Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Nouveau gouvernement, jour 1

    Nouveau gouvernement, jour 1

    Le Canada se réveille ce matin avec de nouvelles couleurs : un gouvernement libéral minoritaire a été élu hier soir, dans un scrutin plus serré qu’en 2015. Le Bloc québécois, lui, a fait élire une trentaine de députés, un résultat nettement supérieur au dernier scrutin.

    Il va sans dire que la journée sera chargée : non seulement Justin Trudeau sera sous tous les projecteurs, mais les réactions — locales, nationales, internationales — pleuvront pour commenter le nouveau paysage politique canadien.

  • La commission du jour : la protection de la jeunesse

    La commission du jour : la protection de la jeunesse

    C’est ce matin que commencent, à Montréal, les auditions publiques de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, très attendues. La présidente, Régine Laurent, s’adressera d’abord aux médias.

    Cette commission, mise sur pied dans la foulée du décès d’une fillette de 7 ans à Granby, en avril, entendra une panoplie de témoins, d’experts, d’organismes et de jeunes, pour certains à huis clos. Cinq semaines d’audiences sont prévues d’ici Noël, puis le processus reprendra en 2020.

  • Encore des débats sur le Brexit

    Encore des débats sur le Brexit

    Le feuilleton du Brexit se poursuit à Londres aujourd’hui. Mais le vote sur l’accord conclu avec l’Union européenne — repoussé samedi, puis refusé hier — n’est pas à l’ordre du jour : c’est plutôt une étape technique qui doit occuper les députés.

    Le Parlement doit en effet commencer à étudier des projets de loi qui concernent l’application future de l’accord et qui mèneront plus tard dans le processus à un vote sur l’accord lui-même. Tout cela, pendant que l’Union européenne examine, elle… un possible nouveau report du Brexit.

  • Sous les projecteurs : la Syrie

    Sous les projecteurs : la Syrie

    C’est aujourd’hui, à minuit, qu’expire le délai accordé par la Turquie aux forces kurdes pour se retirer du nord de la Syrie. Si la trêve continue de tenir depuis bientôt cinq jours malgré des incidents, l’offensive reprendra sans faute à minuit si Ankara juge que l’accord n’a pas été respecté.

    Pendant ce temps, le président russe, Vladimir Poutine, s’entretiendra au cours de la journée à Sotchi avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan. Une entente avec la Russie, alliée du régime syrien, semble en effet nécessaire au président turc pour l’instauration de sa fameuse « zone de sécurité ».