Quoi surveiller cette fin de semaine?

  • La campagne électorale, jours 39-40

    La campagne électorale, jours 39-40

    Ça y est, la campagne électorale est dans sa dernière ligne droite. Les chefs politiques fédéraux passeront la fin de semaine, pour certains, dans leur circonscription, pour d’autres, dans les bastions qui leur échappent. Après, lundi, place au vote.

    En attendant de savoir ce qu’offriront les chefs au cours de ces derniers kilomètres, nous vous avons préparé un outil interactif qui regroupe l’ensemble des promesses des partis depuis le début de la campagne. Jetez-y un oeil.

  • Sous les projecteurs : le Brexit

    Sous les projecteurs : le Brexit

    Pour la première fois depuis la guerre des Malouines, en 1982, le Parlement britannique se réunit un samedi. La cause n’est pas peu spéciale: les députés doivent voter, à dix jours du Brexit théorique, sur l’accord enfin conclu entre Londres et l’Union européenne.

    Mais l’opposition est encore grande dans les rangs du Parlement, et le gouvernement n’a pas la majorité absolue. Il faut voir, mais ce serait un miracle si l’accord était validé par les élus — et cela, après trois refus du temps de Theresa May. Pendant ce temps, comme d’habitude, des manifestants se feront entendre dans Londres.

  • Fragile cessez-le-feu en Syrie

    Fragile cessez-le-feu en Syrie

    La trêve de cinq jours dans le nord de la Syrie, acceptée jeudi par la Turquie, tiendra-t-elle le coup? Déjà, hier, des bombardements ont fait 14 morts parmi la population civile. Recep Tayyip Erdoğan a exigé que les Kurdes libèrent la zone durant le cessez-le-feu, soit d’ici mardi soir; mais si les combats continuent, de trêve, il n’y a plus.

    En attendant, des rassemblements contre l’offensive turque et en soutien aux Kurdes auront lieu ce samedi à Cologne, en Allemagne (où vit une importante population turque) ainsi qu’à Paris.

  • Toujours des manifestations à Hong Kong

    Toujours des manifestations à Hong Kong

    Trois jours après le discours avorté de la cheffe de l’exécutif de Hong Kong devant le Conseil législatif, les manifestants prodémocratie retournent dans la rue. En quatre mois de mobilisation, c’est devenu une habitude — et aucune sortie de crise ne se dessine.

    L’enjeu, comme toujours, reste de savoir si la police aura autorisé les rassemblements et, si non, comment réagiront les contestataires. Et il n’y a pas qu’eux: les élus prodémocratie ont chahuté deux fois plutôt qu’une la cheffe de l’exécutif cette semaine.