Discours controversé d’une féministe sur les trans à la bibliothèque de Toronto

La Bibliothèque municipale de Toronto est sous le feu de critiques pour son refus d’annuler une conférence en ses murs d’une féministe qui a tenu des propos controversés sur les femmes transgenres.

Dans une pétition en ligne, qui a recueilli plus de 2200 signatures, les opposants soutiennent que la bibliothèque fournit ainsi une plate-forme à Meghan Murphy pour la propagation d’un discours haineux.

Mme Murphy, qui dirige le site Internet « Feminist Current » (Courant féministe), a déjà écrit que « permettre aux hommes de s’identifier en tant que femmes » menace les femmes et leurs droits.

La bibliothèque de Toronto est consciente que l’événement a provoqué « de la colère et de l’inquiétude », mais elle rappelle son obligation de protéger la liberté d’expression. Elle ne croit pas, par ailleurs, que la conférence de Mme Murphy, intitulée « L’identité sexuelle : que signifie-t-elle pour la société, le droit et les femmes ? », constitue une violation de sa politique de location d’espaces.

La pétition en ligne, initiée par les autrices Alicia Elliott, Catherine Hernandez et Carrianne Leung, soutient que si on laisse Mme Murphy prendre la parole dans une bibliothèque publique, cela « équivaut à nier la garantie d’offrir un espace sûr et équitable pour les communautés trans ».

La bibliothèque publique de Vancouver a subi le même sort en janvier lorsqu’elle a permis à Mme Murphy de prononcer une conférence dans l’une de ses salles. La bibliothèque municipale a ensuite été interdite de participation aux événements de la Fierté à Vancouver.