Quoi retenir de la fin de semaine?

  • «Opération grand rattrapage»

    «Opération grand rattrapage»

    Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé dimanche matin le lancement de son « opération grand rattrapage » pour remettre en état les bâtiments scolaires délabrés à travers la province. Pour ce faire, le gouvernement Legault investira plus de 2,3 milliards de dollars dans des projets de rénovation. Une augmentation de près de 156 % des fonds consacrés « au maintien des bâtiments et à la résorption du déficit de maintien » par rapport à l’année précédente, précise Québec. Près de 625 millions de dollars iront aux cinq commissions scolaires de la région de Montréal.

  • La saga «blackface» perd de la vitesse

    La saga «blackface» perd de la vitesse

    Les photos controversées du premier ministre Justin Trudeau maquillé de noir ont amené le Parti libéral à prendre contact avec le chef du NPD, Jagmeet Singh, seul dirigeant de l’un des principaux partis fédéraux appartenant à une minorité visible, pour organiser une rencontre. Ce à quoi M. Singh a répondu samedi qu’il ne voulait pas « être instrumentalisé pour exonérer M. Trudeau », bien qu’il ait accepté la rencontre, dont la date reste encore à établir.

    Du côté du Parti vert, la polémique a éclaboussé l’un des candidats vedette d’Elizabeth May. En effet, Greg Malone, qui se présente dans la circonscription d’Avalon, à Terre-Neuve-et-Labrador, a admis qu’il s’était lui aussi grimé la peau afin de jouer le rôle de Mahatma Gandhi dans un sketch pour une émission humoristique de la CBC diffusée dans les années 1980 et 1990, et qu’il le regrettait aujourd’hui. Mme May a salué cette admission de faute et s’est dite « reconnaissante qu’une personne de cette intégrité soit candidat du Parti vert du Canada ».

  • Des promesses pour la classe moyenne et le climat

    Des promesses pour la classe moyenne et le climat

    Dimanche, Justin Trudeau a voulu mettre la classe moyenne à l’avant-scène de sa campagne, histoire de faire oublier la fameuse saga du « blackface ». Si le Parti libéral reste au pouvoir, il allégera les impôts des Canadiens en enlevant la taxation sur la première tranche de 15 000 $ de revenus pour la plupart d’entre eux. Une promesse qui jure quelque peu avec le précédent engagement des libéraux de revenir à l’équilibre budgétaire, qu’ils n’ont pas respecté. Le premier ministre sortant a rétorqué que son équipe et lui seraient « responsables » sur le plan fiscal, en investissant plutôt qu'« en amenant de l’austérité ». La deuxième annonce libérale de la journée portait sur les coûts des forfaits de téléphonie cellulaire, que le parti s’engage à réduire de 25 %.  

    Le Nouveau Parti démocratique s’est engagé dimanche à améliorer la résilience des municipalités face à la météo extrême. Jagmeet Singh, de passage chez les sinistrés des inondations du printemps dernier à Gatineau, a promis d’investir 2,5 milliards de dollars supplémentaires dans le financement des projets d’infrastructures adaptées, en plus d’en assouplir les critères d’admissibilité.

    Le week-end dernier, le Bloc québécois lançait une idée de réforme fiscale qui transformerait la péréquation en une « bourse d’excellence » pour les provinces plus vertes. Dimanche, Yves-François Blanchet a offert plus de détails sur cette proposition. En résumé, il s’agirait de taxer sévèrement les provinces pollueuses, c’est-à-dire qui émettent plus de gaz à effet de serre que la moyenne nationale, pour ensuite verser le fruit de cette taxe aux provinces affichant un bilan environnemental positif… comme le Québec. Les provinces les plus vertes se verraient même exemptées de la taxe carbone. Ce sont ces nouveaux transferts que le Bloc voit comme un potentiel substitut à l’actuel système de péréquation. Le chef bloquiste y voit un incitatif pour les provinces à entreprendre un réel virage écologique.

    Le chef conservateur Andrew Scheer, qui s’était accordé un congé samedi, a courtisé les anciens combattants dimanche matin. Il a promis aux vétérans une amélioration du régime de pensions, notamment en éliminant les retards dans les demandes de prestations, et ce, dans un délai de deux ans. En date du mois de novembre 2018, près de 40 000 vétérans attendaient toujours de savoir si leur demande d’aide financière allait être approuvée, selon les données du gouvernement. Il en coûterait 50 millions de dollars sur deux ans pour éliminer l’arriéré de ces demandes.

  • Contre Nétanyahou, les partis arabes soutiennent Gantz

    Contre Nétanyahou, les partis arabes soutiennent Gantz

    Les partis arabes israéliens sont déterminés à mettre un terme au règne de Benjamin Nétanyahou. Pour preuve, pour la première fois depuis 1992, ils ont recommandé dimanche un candidat pour le poste de premier ministre d’Israël. Ainsi, la Liste unie des partis arabes israéliens d’Ayman Odeh s’est rangée derrière Benny Gantz, mais cet appui ne permet pas pour l’instant à ce dernier de franchir le seuil des 61 députés nécessaire pour former une coalition majoritaire à la Knesset. Le message envoyé au président du pays, Reuven Rivlin, est toutefois clair : la troisième force politique du pays ne souhaite pas voir Nétanyahou comme chef d’une éventuelle coalition.

  • Un marathon de Montréal chaud… et en retard

    Un marathon de Montréal chaud… et en retard

    Des milliers de personnes ont participé dimanche au marathon de Montréal, dont le coup d’envoi a été donné… avec 50 minutes de retard. Les premiers coureurs de l’épreuve de 42,2 km ont pu s’élancer à 8 h, au lieu de 7 h 10 comme prévu. La raison ? Un manque d’effectifs pour sécuriser le parcours. Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal ont dû intervenir pour pallier le manque de ressources de l’organisation du marathon.

    Quant aux coureurs, ils ont dû composer avec une chaleur inhabituelle à ce moment de l’année, mais moindre que celle qui avait annulé l’événement l’an dernier. Si le temps était plus clément en avant-midi, la course s’est finie avec une chaleur ressentie dépassant les 30 °C en après-midi. Au total, près de 18 000 personnes étaient inscrites aux cinq épreuves du Marathon Oasis Rock’n’roll de Montréal.

    Le gagnant du marathon cette année est le Kényan Boniface Kongin, qui portait le dossard numéro 3.