«Dorian» arrosera le Québec cette fin de semaine

L’ouragan «Dorian», qui a ravagé les Bahamas, est en route vers le nord. Bien qu’affaibli, il pourrait toucher la Basse-Côte-Nord et les Îles-de-la-Madeleine cette fin de semaine, selon Environnement Canada.
Photo: HO / NOAA / RAMMB / Agence France-Presse L’ouragan «Dorian», qui a ravagé les Bahamas, est en route vers le nord. Bien qu’affaibli, il pourrait toucher la Basse-Côte-Nord et les Îles-de-la-Madeleine cette fin de semaine, selon Environnement Canada.

L’ouragan Dorian, qui a ravagé les Bahamas, est en route vers le nord. Bien qu’affaibli, il pourrait toucher la Basse-Côte-Nord et les Îles-de-la-Madeleine cette fin de semaine, selon Environnement Canada.

« Cela pourrait être un ouragan de force 1 plutôt faible ou une forte tempête tropicale », prédit Simon Legault, météorologue pour l’organe fédéral. Dorian est censé débarquer samedi et amener avec lui entre 50 et 60 mm de pluie ainsi que des vents variant entre 100 et 110 km/h, sur l’est de la province.

M. Legault précise que le seuil de vitesse des vents qui différencie un ouragan d’une tempête tropicale est de 120 km/h. « Au-dessus, c’est un ouragan, en dessous, c’est une tempête tropicale », résume-t-il.

Le météorologue ajoute que la trajectoire actuelle de Dorian, émise par le National Hurricane Center (NHC), envoie la tempête vers les provinces maritimes. « Pour les autres régions du golfe du Saint-Laurent, c’est un peu plus imprécis, qui sera touché, qui ne le sera pas », explique-t-il, ajoutant que la Gaspésie ne figure pas dans les zones potentiellement sur la trajectoire de Dorian, mais que « ce n’est pas à exclure complètement encore ».

Les députés péquistes Lorraine Richard et Joël Arseneau, dont les circonscriptions se situent respectivement dans Duplessis et les Îles-de-la-Madeleine, ont appelé la population vivant des les zones potentiellement touchées à demeurer aux aguets concernant l’évolution de la situation. « Lorsque les vents annoncés vont jusqu’à 100 km/h, il y a habituellement moins d’inquiétude que lorsqu’on annonce des vents qui dépassent les 100 km/h. C’est là le point de rupture où on peut avoir des dommages à la propriété ou aux infrastructures », précise M. Arseneau en mêlée de presse.

Lors de son passage, Dorian générera des vagues pouvant causer de l’érosion côtière, avertit M. Legault. « Pour les gens qui s’approchent trop près de l’eau pour voir le spectacle des vagues, ça peut être un peu dangereux », prévient-il. Il ajoute que la pluie peut également engendrer des inondations locales et que les forts vents qui emportent des objets posent un risque de blessures.