Comment expliquer la popularité exponentielle du tatouage?

La peau encrée exprime une distinction ou une volonté de particularité individuelle.
Photo: Marco Piunti Getty Images La peau encrée exprime une distinction ou une volonté de particularité individuelle.

Le tatouage connaît un engouement sans précédent depuis des années. Au moins un Québécois sur quatre est tatoué, y compris le premier ministre du Canada. Ce premier article d’une série sur le sujet analyse la signification globale du phénomène.

La professeure Mariette Julien, grande spécialiste de l’histoire de la mode et des apparences, héberge depuis quelques jours deux jeunes parentes de 20 et 33 ans venues de Colombie-Britannique. Sitôt arrivées à Montréal, elles sont allées se faire tatouer, et l’une des deux a choisi une pièce de broderie de sa grand-mère, une abeille rouge et blanc.

« Elle était très près de sa grand-mère et il n’y a rien d’anodin dans ce geste », explique la sociologue de l’UQAM, qui a notamment coécrit Éthique de la mode féminine (PUF). Le tatouage peut fournir un rituel à une société qui en manque. »

Mme Julien rappelle que le mot tahitien tatau, qui a donné tatouage, signifie quelque chose s’approchant de « dessin de l’esprit » ou de « marque divine ». La pratique douloureuse accentue l’idée d’un « passage intense » et significatif. Le résultat compte d’autant plus que la démarche fait mal.

C’est aussi l’opinion de Maximiliano Jose Grebe Cabrera, qui a déposé un mémoire de maîtrise sur le thème à l’UdeM l’an dernier (Le tatouage contemporain : vecteur d’identité ou artefact de consommation ?). « Avec une partie du tatouage, on explore les limites de son endurance à la douleur, dit-il. Il y a beaucoup d’hormones qui viennent jouer là-dedans. C’est une épreuve au fond et, quand on passe à travers, on en sort renforcé. »

Vieille peau

Le marquage de la peau existe depuis la nuit des temps dans beaucoup de civilisations. Le British Museum conserve deux momies tatouées vieilles de 5000 ans, arrachées à Luxor, un homme avec un dessin de mouton sur l’épaule et une femme avec une forme stylisée de S, également à l’épaule. Le couple serait peut-être passé inaperçu dans un bar branché de Matane ou de Manhattan.

En tout cas, la professeure Julien prédit que « dans 200 ans, quand il faudra une image pour présenter l’homme social d’aujourd’hui, c’est évident qu’il sera tatoué ». Un sondage Ipsos Reid établissait qu’un Canadien sur quatre était déjà tatoué en 2016, y compris le premier ministre Justin Trudeau. Le tatouage n’a plus d’âge, mais la proportion en serait à un sur trois chez les jeunes de 18 à 35 ans. La pratique demeure plus en vogue ici, en Amérique, qu’en Europe. Cependant, après quelques années, un tatoué sur dix regretterait son choix d’image ou même le fait d’être marqué.

 
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau est l’un des millions de Québécois qui possèdent au moins un tatouage.

Les spécialistes interrogés lient le développement de ce nouveau phénomène culturel de masse à l’individualisme impérial de notre temps. La peau encrée exprime une distinction ou une volonté de particularité individuelle. La légende de soi, ce que chacun raconte de lui-même, ce que chacune projette d’elle-même, passe par une image sur un mollet, un signe à l’avant-bras, un nom ou une citation sur l’épaule.

« On vit en extimité », résume la professeure Julien en reprenant une expression du psychiatre Serge Tisseron. L’extimité est faite du désir de rendre visibles certaines caractéristiques relevant autrefois de l’intime.

« C’est une manière drastique de s’approprier sa personne en inscrivant dans sa peau un message, un symbole qui ne va jamais disparaître, poursuit M. Grebe Cabrera. Avant, se faire tatouer une ancre, un aigle, une épée ou une tête de mort signalait l’appartenance à un gang, à un mode de vie marginal. Maintenant, les tatouages sont extrêmement variés et servent à affirmer son individualité. »

Il cite encore plus précisément l’exemple des jeunes femmes, encore plus adeptes de la pratique que les hommes. « Elles disent et montrent que leur corps leur appartient et qu’elles en font ce qu’elles veulent », dit-il.

Joue-le comme Beckham

En même temps, comme le rappelle le titre du mémoire du jeune sociologue, le tatouage est aussi un « artefact de consommation » dans une culture hypercommerciale. Les célébrités tatouées, de David Beckham à Justin Bieber, ne font qu’accentuer cette impression que la mode du « bijou cutané » et coloré se vend et se promeut, comme tout le reste.

« Nous sommes des produits, dit M. Grebe Cabrera. Nous nous mettons en valeur et en vente sur les réseaux sociaux. Les gens qui se font tatouer s’imaginent qu’ils choisissent les images par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Bien souvent, en fait, ils subissent l’influence de l’extérieur, y compris d’une image idéale imposée par la mode ou la publicité. Nous sommes des marques. »

La professeure Julien utilise la même expression. « Les gens ont l’impression de faire un geste singulier en se faisant tatouer. Ils ont l’impression d’exprimer une forme de marginalité. Mais on sait très bien qu’il s’agit d’un phénomène de contagion sociale. Le fait de choisir son tatouage et son tatoueur accentue l’illusion de la singularité. »

Le phénomène culturel de masse s’étend aussi à la faveur de la mondialisation des échanges. Beaucoup ont un penchant pour les images japonaises colorées ou les symboles tribaux maoris. D’autres critiquent au contraire une forme d’appropriation culturelle.

Mme Julien et M. Grebe Cabrera connaissent le débat. Le sociologue ne veut pas prendre position. La professeure de l’UQAM préfère souligner que la technique ancestrale devient une forme d’expression que s’approprient les artistes dans notre ère de l’esthétique. Elle cite le cas du plasticien Wim Delvoye, qui a exposé le dos tatoué d’un humain au Louvre et dans des galeries, mais aussi des peaux de porcs tatoués, y compris chez DHC/Art, à Montréal en 2017.

M. Grebe Cabrera a lui-même reçu sa première encre épidermique à l’adolescence, « vers 14 ou 15 ans », dit-il. Comme il est originaire de l’Uruguay, il a choisi un soleil, comme sur le drapeau national, qu’il a fait reproduire sur ses pectoraux, près du coeur. D’autres dessins ont suivi. Il a célébré l’obtention de sa maîtrise avec une belle chouette de sagesse, comme celle d’Athéna.

Sans jamais juger les choix faits par les uns et les autres, dont ses jeunes visiteuses de Victoria, Mariette Julien prédit que cette habitude maintenant massive de l’ornement personnel pourrait passer avec la prochaine génération ou la suivante. Le cycle habituel des modes fait se succéder les tendances contradictoires, dit la spécialiste.

« C’est un phénomène de mode et je peux vous dire que, dans 20 ans — et c’est rare qu’on puisse faire des prédictions assurées —, ce sera complètement dépassé, conclut-elle. Habituellement, l’apparence d’une génération devient antiaphrodisiaque pour la génération suivante. On pourra donc connaître l’âge des gens au fait qu’ils ont un tatouage. »