Pourquoi les robots anthropoïdes reproduisent-ils les clichés sexistes?

L’humoriste américaine Whitney Cummings (à droite) et son alter ego robot
Photo: Netflix L’humoriste américaine Whitney Cummings (à droite) et son alter ego robot

La robotique croisée à l’intelligence artificielle annonce un nouveau monde rempli de merveilles et de menaces, réelles ou rêvées. Premier d’une série de trois textes : le sexisme appliqué aux robots.

Le robot sexuel humoriste existe maintenant. La poupée gonflée (dans les deux sens) apparaît dans le spectacle solo de l’humoriste américaine Whitney Cummings intitulé Can I Touch It ? (« Est-ce que je peux y toucher ? »), qui s’inscrit dans la déferlante des spectacles féministes post-mouvement #MoiAussi. La captation vient tout juste d’apparaître sur Netflix.

Mme Cummings fait venir sur scène son alter ego de caoutchouc à la toute fin du spectacle. La copie conforme, capable d’interactions vocales, a été réalisée par la « Sex Robot Factory » Realbotix.

Le duo assume un humour noir. Un exemple gênant : Mme Cummings dit qu’elle a confié la poupée pendant quelques heures à son fiancé, qui a fini par la tripoter.

« Un robot, c’est une sorte de grande tache de Rorschach, a expliqué la comique dupliquée. Tout le monde peut y projeter ses propres trucs. D’ailleurs, pourquoi ne parle-t-on pas du fait que les robots sexuels existent et que dans 20 ans ils seront partout, comme les iPhones aujourd’hui ? »

La facilité est dans le stéréotype. Pour les scientifiques, le plus simple est finalement de créer des robots facilement reconnaissables.

Les automates sexuels ont effectivement la cote en vrai comme en fiction. La série Westworld montre des Spartacus humanoïdes, dont beaucoup d’esclaves sexuelles, en révolte. L’entreprise créatrice des « RealDolls » a avoué avoir reçu des demandes pour un exemplaire en caoutchouc de Mme Cummings. Les commandes, qu’on devine débauchées, ont toutes été refusées pour des raisons de copyright.

Encore une fois, l’univers artificiel reproduit les qualités et les défauts du monde réel. Les plateformes numériques, les algorithmes, les moteurs de recherche ou les jeux vidéo sont bourrés de préjugés sexistes. Le monde des robots n’échappe pas plus à la règle des stéréotypes que l’humour, et Mme Cummings avoue avoir payé sa maison en jouant des clichés.

Des biais cognitifs

D’innombrables recherches ont documenté les biais cognitifs qui attribuent aux femmes des qualités d’interaction chaleureuses et aux hommes des traits d’action. Et maintenant, la création de machines genrées est en train de devenir un champ d’étude de la psychologie.

Une étude franco-suisse publiée en avril dans la revue Frontiers in Robotics and AI vient de montrer que la manière dont les androïdes sont perçus diffère même selon leur pays d’origine. Les participants (113 femmes et 13 hommes, tous Français) devaient évaluer les robots provenant supposément de quatre pays (la Russie, l’Espagne, la Turquie et le Canada) selon leur niveau de chaleur et de compétence perçu. Ceux made in Canada étaient décrits comme plus chaleureux, tout comme sont perçus les habitants de ce pays.

« Chaque robot a été évalué selon ses traits anthropomorphes et humains, résume la recherche. Comme on pouvait s’y attendre, la chaleur et le niveau de compétence du pays d’origine ont faussé la perception des robots en matière d’attribution de traits sociaux et humains. Nos résultats ont également indiqué que ces effets différaient en fonction de la forme anthropomorphique des robots. »

Un rapport diffusé ce printemps par l’UNESCO et EQALS, organisme allemand prônant l’égalité, emprunte le titre Je rougirais si je le pouvais à une version de l’assistant vocal Siri d’Apple qui répondait par cette réplique quand les utilisateurs lui donnaient du « bitch » ou d’autres insultes sexistes. D’ailleurs, la plupart des aides vocales numériques, dont Alexa (Amazon) et le Google Assistant, reproduisent des voix féminines « à la personnalité docile », note le rapport.

Que faire ?

Il n’y a pourtant rien de naturel dans un robot féminisé vêtu de manière sexy ou dans un humanoïde masculin musclé et agressif. Et si ces représentations existent, il doit bien être possible d’en faire exister d’autres.

Elena Knox, artiste australienne et chercheuse en résidence dans une université japonaise, tente de casser le mauvais moule. « Les robots imitent les humains et, pour l’instant, beaucoup, beaucoup de robots créés par les humains sont très, très genrés, dit-elle au Devoir. J’ai donc décidé de m’impliquer pour tenter d’insuffler un peu plus de diversité dans ce monde, au moins en amorçant une conversation et une réflexion de la part des créateurs de ces machines. »

Elena Knox est chercheuse au laboratoire multimédia de la Faculté des sciences et du génie de l’Université Waseda, à Tokyo, depuis plus de deux ans. Elle est la seule femme dans les équipes.

Elena Knox est elle-même une drôle de créature hybride, mi-artistique, mi-technologique. Elle a défendu un doctorat sur le sujet du genre et de la technique. Elle a beaucoup créé, autour du portrait de la femme-machine. Son expo The Female Is the Future présentée l’an dernier à Tokyo utilisait des fembots, des robots femmes, évidemment le moins cliché possible.

« Je me suis beaucoup intéressée aux robots, surtout à l’humanisation des robots, explique la chercheuse interviewée à Weimar, en Allemagne, en marge d’une conférence sur les femmes et les nouvelles technologies. La facilité est dans le stéréotype. Pour les scientifiques, le plus simple est finalement de créer des robots facilement reconnaissables. »

Le mal du mâle

Comment s’explique ce travers ? Une partie de la réponse vient certainement de la dominance mâle dans le secteur technologique. Le secteur de l’intelligence artificielle n’emploie que 12 % de chercheuses, celui du développement des logiciels, 6 %, selon le rapport de l’UNESCO qui recommande de modifier profondément cette culture.

« Je n’ai rien contre les hommes de sciences, nuance Mme Knox. Ils font un travail fantastique. Je comprends aussi que, quand tu as un million de problèmes techniques à régler pour faire bouger, entendre, voir et se déplacer un robot, tu décides d’y aller au plus simple pour la représentation de cette machine complexe. Mais en tant que femme et en tant qu’artiste, je veux briser ce cycle et cesser cette reproduction en agissant sur la ligne de front de la technologie. »

Seulement, le temps presse. Le modèle sexiste s’étend et il pourrait être bientôt très difficile de s’en débarrasser, autant que dans la vie réelle, quoi.

« À l’heure actuelle, les robots humanisés sont encore rares, conclut Elena Knox. Ils restent dans une sphère expérimentale de recherche et de développement. Quand on va commencer à les reproduire massivement, on va vite atteindre un point critique de non-retour. Nous vivons donc un moment crucial de ce point de vue. »

À lire demain : Qui pourra arrêter les robots tueurs ?

Notre journaliste a séjourné à Weimar en juin à l’invitation du Goethe-Institut.