Démission en bloc aux Marchés publics de Montréal

La Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM), gère entre autres les marchés Jean-Talon, Maisonneuve et Atwater.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir La Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM), gère entre autres les marchés Jean-Talon, Maisonneuve et Atwater.

Les membres du conseil d’administration de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM), qui gère entre autres les marchés Jean-Talon, Maisonneuve et Atwater, ont démissionné en bloc de leurs postes dans les derniers jours.

Dans une lettre datée du 16 août envoyée aux membres des marchés publics et signée par la directrice générale, Isabelle Laliberté, il est écrit que les administrateurs ont quitté « par crainte à leur intégrité personnelle ». La lettre ne donne pas plus de détails à ce sujet.

Invité à préciser les craintes, Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial au comité exécutif de la Ville de Montréal, a indiqué au Devoir qu’une enquête du Service de police de la Ville de Montréal serait en cours. Le SPVM n’a pas voulu confirmer ni infirmer cette information.

Le président du conseil d’administration, Nicolas Villeneuve, n’a pas donné suite à nos messages. Un administrateur démissionnaire que Le Devoir a joint n’a pas souhaité faire de commentaires.

« Suivi très serré »

Interpellée à ce sujet lors de l’assemblée du conseil municipal mardi matin, l’administration de Valérie Plante a dit suivre de près la situation de la CGMPM. « On a depuis plusieurs mois un suivi très serré avec la directrice, Mme Laliberté, que j’ai rencontrée à deux reprises », a expliqué Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial au comité exécutif.

L’élu a indiqué qu’un plan d’action avait été proposé à la corporation pour remédier aux problèmes de gouvernance. « Nous leur avons demandé d’ouvrir le conseil d’administration à des gens de l’extérieur », a-t-il dit. « Nous leur avons également demandé de se faire accompagner par des experts. »

Nous avons appris que des espaces pour les locataires ont été vendus, alors que c’est illégal dans le bail

En entrevue avec Le Devoir, M. Beaudry précise qu’il y avait un manque de transparence dans l’ancien fonctionnement du conseil d’administration et qu’il y a eu des écarts concernant la réglementation. « Nous avons appris que des espaces pour les locataires ont été vendus, alors que c’est illégal dans le bail », dit-il.

Selon Radio-Canada, un rapport du contrôleur général datant de 2018 aurait fait état d’un système de revente et de sous-location de baux qui s’effectuent depuis plusieurs années entre certains producteurs et distributeurs, plutôt que par l’entremise de la Corporation. Le rapport appelle à des changements pour redresser la situation, ce que les démissionnaires auraient tenté de faire.

1 commentaire
  • Francine Ouellette - Abonnée 21 août 2019 14 h 20

    Marché Maisonneuve, marché public?

    Est-ce une question de gouvernance? Personne ne s’est jamais avisé que depuis des années, il y a un seul supermarché de fruits et légumes au marché Maisonneuve? A qui faut-il poser la question pour avoir une explication de ce monopole dans un marché dit public? Il n’y a pas une carotte à vendre au Marché Maisonneuve hors dans ce supermarché.