Ensaf Haidar veut rencontrer Trump pour faire libérer Raïf Badawi

Ensaf Haidar a déclaré jeudi qu’elle aimerait rencontrer le président Donald Trump pour discuter des moyens par lesquels il pourrait favoriser la libération de son mari.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Ensaf Haidar a déclaré jeudi qu’elle aimerait rencontrer le président Donald Trump pour discuter des moyens par lesquels il pourrait favoriser la libération de son mari.

La femme de Raif Badawi se dit reconnaissante envers le vice-président américain, Mike Pence, qui a appelé l’Arabie saoudite à libérer son mari de prison.

Ensaf Haidar, qui vit à Sherbrooke avec leurs trois enfants, a déclaré jeudi qu’elle aimerait rencontrer le président des États-Unis, Donald Trump, pour discuter des moyens par lesquels il pourrait favoriser la libération de son mari.

Plus tôt jeudi, M. Pence a déclaré lors d’une conférence sur la liberté religieuse à Washington que l’Arabie saoudite contribuerait grandement à rétablir sa réputation internationale en libérant le blogueur dissident Raif Badawi.

Le vice-président a mentionné le nom de M. Badawi parmi une liste de quatre hommes détenus dans différents pays pour s’être exprimés sur la religion malgré ce qu’il a qualifié de « pression inimaginable ».

Raif Badawi, 35 ans, a été arrêté en juin 2012 et condamné à 1000 coups de fouet et à 10 ans de prison pour avoir critiqué les dirigeants religieux saoudiens dans des publications sur Internet.

Mme Haidar croit que le président américain peut en faire plus que le premier ministre Justin Trudeau pour aider son mari. Elle estime que M. Trudeau n’en a pas fait assez dans ce dossier.