Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Les vins québécois devant l’OMC

    Les vins québécois devant l’OMC

    Des représentants du ministère de l’Économie et de l’Innovation participeront aux audiences de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), en Suisse, afin de protéger l’accès privilégié des vins québécois aux épiceries, dénoncé par l’Australie. 

    Une plainte déposée par Canberra en janvier 2018, jugeant discriminatoire le système de distribution des vins canadiens à l’égard des vins importés, sera examinée au cours de deux journées d’audiences. En cause, la loi 88 qui permet aux vins d’ici d’éviter de passer par la Société des alcools du Québec pour être directement vendu en épiceries et dans les dépanneurs.

  • Sommet Canada-UE : Jour 2

    Sommet Canada-UE : Jour 2

    Alors que le premier ministre Justin Trudeau accueillait hier le président du Conseil européen Donald Tusk et la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström, les échanges se poursuivront aujourd’hui jusqu’à midi.

    Au coeur des discussions de ce bref sommet (moins de 24 heures), toujours le fameux Accord économique et commercial global (AECG). Du côté français, où la ratification du traité devait se faire la veille, les débats se sont avérés trop houleux et la signature sera donc reportée à mardi prochain. L’enjeu est pourtant de taille : étant donné que seuls 13 des 28 États membres l’ont signé, l’accord commercial ne s’applique pas entièrement.

  • UE : Urgence migratoire

    UE : Urgence migratoire

    Les ministres de l’Intérieur des 28 États membres de l’Union européenne, réunis d’urgence la veille en soirée, poursuivront leurs débats lors d’une réunion officielle autour de la répartition systématique des migrants et espèrent ainsi mettre fin à l’errance des bateaux en mer Méditerranée. Ces embarcations qui viennent au secours des migrants subissent souvent une interdiction de débarquement, restant au milieu des eaux pendant plusieurs jours. 

    Sous l’impulsion de Paris et de Berlin, l’idée d’un « partage du fardeau » (selon les mots du ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini) était de mettre fin aux bras de fer à répétition, notamment avec l’Italie, et d’éviter un drame humanitaire cet été. Une proposition qui n’a pourtant pas séduit le ministre italien mercredi soir.