Menace sur le patrimoine bâti de Saint-Jérôme

Saint-Jérôme assure que «des règlements municipaux sont en vigueur pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti, funéraire, paysager et naturel».
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Saint-Jérôme assure que «des règlements municipaux sont en vigueur pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti, funéraire, paysager et naturel».

Un promoteur des Laurentides rachète massivement des maisons anciennes et d’autres types de bâtiments de Saint-Jérôme en vue de faire place à un éventuel projet immobilier. La Société en commandite Bon Apparte, active jusqu’à récemment surtout à Laval, a acheté au cours des derniers mois un grand nombre d’immeubles parmi les plus anciens de la région situés dans les rues Saint-Louis, Saint-Faustin, Boyer, Perrault et Sarto. Plusieurs de ces maisons datent du XIXe siècle ou du début de XXe siècle, c’est-à-dire des premiers temps du développement de cette ville considérée comme la capitale des Laurentides.

« Un promoteur achète effectivement des bâtiments près du parc de l’Île-Perreault à Saint-Jérôme », confirme la municipalité au Devoir. Ce secteur est inclus, dit la ville, dans le Programme particulier d’urbanisme du centre-ville de Saint-Jérôme. En 2016, la ville a adopté ce plan en vue de reconfigurer son centre-ville. « L’impact de ces interventions sur le cadre bâti, la structure urbaine et le centre-ville est indéniable », observe un document officiel. L’objectif est de développer un environnement « contemporain » qui soit d’« envergure régionale ». Ces maisons parmi les plus anciennes de la municipalité risquent-elles d’y être sacrifiées ?

Selon Maxime Doyon-Laliberté, chargé de communication pour la Ville, « ce secteur se veut significatif, notamment en raison des bâtiments patrimoniaux qui s’y retrouvent comme le Vieux-Moulin ». Mais « à l’heure actuelle, aucun projet n’a été proposé à la Ville de la part du promoteur », la compagnie Bon Apparte.

Ils sont venus me voir deux fois pour acheter. Ma maison est patrimoniale. Il n’est pas question de la vendre. La plupart de mes voisins ont vendu. C’est sûr que ça m’inquiète.

 

Fondée en 1999, la société en commandite Bon Apparte faisait jusqu’ici, selon sa directrice générale, surtout des affaires à Laval. « On a toujours été à Laval. Ça ne fait pas longtemps qu’on est installé à Saint-Jérôme parce que le président habite dans le coin », explique la directrice générale de la société, Nicole Laroche. Après plus de 35 années d’activités à titre de promoteur et de gestionnaire immobilier à Laval, l’entreprise ne possède plus désormais qu’un seul immeuble dans cette municipalité. Elle a recentré ses activités et ses acquisitions à Saint-Jérôme. « C’est moins de transport et d’embouteillages, Saint-Jérôme », explique Mme Laroche. La directrice ne nie pas que sa compagnie achète en ce moment un grand nombre de vieilles maisons dans la municipalité, mais ne souhaite pas commenter de futurs projets de construction de l’entreprise. « Je préfère que vous parliez à M. Joël Warmet », le grand patron. Âgé de 62 ans, Joël Warmet est un vieux routier de l’immobilier qui a notamment oeuvré dans l’univers du prêt hypothécaire. M. Warmet devait être mis au fait mercredi par Mme Laroche de la demande d’entrevue du Devoir. Il n’a pas rappelé le journal.

Des achats multiples

Plusieurs citoyens à proximité des eaux de l’Île-Perreault se sont vu présenter un plan sommaire de développement par des acheteurs de la société Bon Apparte. Dans ce cadre, ils leur proposaient d’acheter leurs maisons.

Pour Jeannot Lalonde, propriétaire d’une maison de la vieille rue Saint-Louis, il n’est pas question de vendre. « Ils sont venus me voir deux fois pour acheter. Ma maison est patrimoniale. Il n’est pas question de la vendre. La plupart de mes voisins ont vendu. C’est sûr que ça m’inquiète. Qu’est-ce qui va arriver si tout se construit avec des tours ? Le quartier est tranquille. Je n’ai pas envie de partir d’ici. »

Installé rue Laviolette depuis quelques années, Alain Auger s’est aussi vu lui aussi offrir de l’argent pour sa maison. « Il y a un côté complet de la rue Saint-Louis qui est déjà vendu ! C’est sûr que les gens n’aiment pas ça. Ils se sentent coincés. C’est un beau quartier, près de l’eau. Ils défendent un projet, mais quand on va à la ville, on nous dit que ça n’existe pas, que rien n’a été officiellement déposé devant eux. Pourtant, c’est un immense projet. »

Pas de protection du patrimoine

Si la municipalité elle-même « n’a aucun projet d’expropriation dans ce secteur », comme l’assure son chargé de communication, il est toujours possible à un promoteur privé de démolir et de construire, selon certaines modalités.

Saint-Jérôme assure que « des règlements municipaux sont en vigueur pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti, funéraire, paysager et naturel », mais confirme du même souffle au Devoir qu’elle n’a aucune politique en matière de patrimoine. Le « Service de l’urbanisme et du développement durable » de la municipalité s’affairerait à en élaborer une. En attendant, les maisons anciennes sont soumises au même règlement général sur la démolition, sans compter que « des exceptions sont prévues lorsque la sécurité du public est menacée ».

La directrice de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Linda Rivest, estime que « la Ville ne favorise pas la protection du patrimoine. Elle n’est ni pour ni contre : il n’y a pas de politique du patrimoine ! Il existe un inventaire des maisons, mais ce ne sont essentiellement que quelques bâtiments publics qui ont fait l’objet d’une citation, d’une protection. Les maisons privées ne sont pas protégées. »

Une seule maison de Saint-Jérôme, la résidence du juge Prévost, a droit à une protection publique, après avoir manqué de peu, il est vrai, d’être démolie.

Bien au fait de l’histoire de la ville, Linda Rivest considère que ces rues où s’accélèrent et se multiplient les transactions immobilières comptent parmi les plus anciennes de la municipalité. Toutes les maisons qui s’y trouvent, des maisons des classes populaires, ne s’avèrent pas toujours dans un état d’origine satisfaisant, mais elles constituent tout de même le coeur historique du lieu.

Inquiétudes

Jacques Benoit, un citoyen de la rue Perrault, indique qu’un acheteur de la société Bon Apparte est aussi venu le voir pour acheter sa maison. « Je ne suis pas plus cave qu’un autre ! Le gars t’offre le prix que tu veux : tu pars. Mais ça étouffe ensuite les autres… Ils sont venus il y a un mois, un mois et demi. J’ai demandé ce qui arriverait si je ne voulais pas vendre. Le monsieur a été très gentil. Il m’a dit : « On peut mettre un bloc devant chez vous. » On m’a parlé de huit étages près de chez nous. C’est sûr que ça nous inquiète. Les gens dorment au gaz. » Un nouvel appel du Devoir à ce propos passé auprès de Nicole Laroche de la société Bon Apparte est resté sans réponse.

Coeur de l’édification d’un pays nouveau que défend au XIXe siècle le curé Antoine Labelle, immortalisé dans Les Belles Histoires des pays d’en haut, Saint-Jérôme voit ses premières maisons s’édifier dans la décennie 1830. Mais ce n’est qu’en 1881 que la ville, située au bord de la rivière, est constituée par une charte. Elle compte alors 2000 habitants. On estime aujourd’hui sa population à 75 000 habitants.

 
 

Une version précédente de cet article, qui indiquait que le Vieux-Moulin avait été racheté par la Ville de Saint-Jérôme en 2006, a été modifiée. Contrairement à ce qui avait d'abord été indiqué par la Ville, la transaction n'a pas eu lieu, a tenu à corriger l'administration municipale à la suite de la parution de ce texte.

9 commentaires
  • Bernard LEIFFET - Abonné 5 juillet 2019 07 h 09

    Le problème : ceux et celles qui sont à la tête des municipalités du Québec!

    Que ce soit pour la laïcité, les commissions scolaires, les zones inondables, la protection du patrimoine, etc., ils sont en première ligne pour s'octroyer des pouvoirs qu'ils n'ont pas, camoufler bien des activités à garder au secret, bref, faire comme ils veulent, puisque c'est monnaie courante, participer aux nombreuses magouilles, comme on l'a vu dans les plus grandes villes.
    Pendant qu'on nous parle des crminels de la prohibition au début du siècle passé, animé par notre R-C, au nom exponenliatisé à s'en arracher les oreilles, elle-même au service d'un gouvernement fédéral qui se fout des autorités québécoises (du gouvernement PROVINCIAL)...voilà dans quel bourbier on est!
    Avant de critiquer la politique des autres pays il serait bon de faire un nettoyage complet dans les moeurs actuels qui font du Québec un malade, une société bancale...

  • Gilles Théberge - Abonné 5 juillet 2019 09 h 04

    Il y’a un maire qui dort sur la « switch ». Ou bien qui attend des dividendes après...

    Ah, les taxes. Qu’est-ce qu’on ne sacrifierait pas pour des taxes.... Saintes taxes, priez pour nous, pauvres pauvres !

    Ce maire innocent me fait vomir.

  • Josée Delamirande - Inscrit 5 juillet 2019 09 h 35

    La rue Perreault et Sarto

    Il est déjà difficile de circuler au centre-ville et de se stationner dans les rues...Il est urgent d'avoir un plan d'urbanisme qui respecte le patrimoine, mais également les propriétaires et leur qualité de vie. Ce n'est pas très agréable d'acheter une maison dans un quartier résidentiel et de le voir se transformer sans préavis. On se faire dire que les maisons seront détruites et que des tours seront érigées devant nos propriétés. La peur et l'angoisse de vivre l'enfer de la construction s'installe... Comment est-il possible de croire qu'il y a encore de l'espace autour de l'Université pour se stationner. De plus, il faut penser aux étudiants qui devront payer des prix plus élevés pour se loger, car cela fera augmenter le prix des logements. Avez-vous encore le goût d'investir à Saint-Jérôme dans une maison privée? Je vous suggère de bien vous informer, car vous n'avez aucune idée de ce que vous aurez comme paysage dans les prochaines années...

  • Josée Delamirande - Inscrit 5 juillet 2019 09 h 56

    Rue Perreault et rue Sarto

    Il est déjà difficile de circuler au centre-ville et de se stationner dans les rues...Il est urgent d'avoir un plan d'urbanisme qui respecte le patrimoine, mais également les propriétaires et leur qualité de vie. Ce n'est pas très agréable d'acheter une maison dans un quartier résidentiel et de le voir se transformer sans préavis. On se faire dire que les maisons seront
    détruites et que des tours seront érigées devant nos propriétés. La peur et l'angoisse de vivre l'enfer de la construction s'installe. Comment est-il possible de croire qu'il y a encore de l'espace autour de l'Université pour se stationner. De plus, il faut penser aux étudiants qui devront payer des prix plus élevés pour se loger, car cela fera augmenter le prix des logements. Avez-vous encore le goût d'investir à Saint-Jérôme dans une maison privée? Je vous suggère de bien vous informer, car vous n'avez aucune idée de ce que vous aurez comme paysage dans les prochaines années...

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 5 juillet 2019 14 h 55

    C'est le déclin…

    … de vinyle, qui endimanche nos villages depuis une quarantaine d'années, qui donne le ton et la mesure de notre engouement collectif pour l'architecture et l'art décoratif…

    ... Ce qui explique que, grâce au concours occulte de l'administration municipale -fonctionnaires et élus confondus-, des tours à coup sûr jailliront du centre-ville où s'enchâsseront quelques vieilles maisons -converties en kiosques d'informations touristiques, en bureaux municipaux et en cabinets de dentiste, d'avocats ou de notaire- pour préserver l'aspect patrimoniale (sic) du quartier.