Une firme d’avocats réclame près de 500 000$ à Tony Accurso

Tony Accurso
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Tony Accurso

Les avocats de Tony Accurso se sont adressés à la Cour supérieure afin d’obtenir le paiement de leurs honoraires. Ils réclament de l’homme d’affaires un montant totalisant 485 000 $.

De Grandpré Chait a déposé une demande introductive d’instance contre Tony Accurso et l’entreprise Simard Beaudry Construction dont il est président.

La firme a représenté diverses personnes dans les dossiers impliquant notamment B. T. Céramiques, une entreprise appartenant à Francesco Bruno, contre l’Agence du revenu du Québec, ainsi qu’Entretien Torelli et une compagnie à numéro.

De Grandpré Chait affirme que, dès novembre 2017, il avait été convenu que les honoraires pour la représentation de ces individus et entreprises seraient payés par Tony Accurso et Simard Beaudry Construction, car le travail effectué allait leur bénéficier dans le cadre de leurs propres procédures judiciaires. La firme a d’abord reçu un montant de 40 000 $ en octobre 2017, puis de 271 206 $ en février 2018.

Mais quelques mois plus tard, soit en octobre 2018, le procureur de Tony Accurso aurait avisé la firme d’avocats qu’à compter du 25 octobre 2018, celui-ci n’assumerait plus le paiement des honoraires.

À ce moment, le montant dû atteignait 300 000 $, allègue Grandpré Chait.

Selon la requête, les procureurs de Tony Accurso auraient assuré à la firme que les honoraires seraient versés lorsque Simard Beaudry Construction aurait reçu le paiement de la vente d’un pipeline dans l’Ouest canadien. Cette transaction aurait été conclue au début de 2019.

En février 2019, Tony Accurso aurait même promis qu’un montant forfaitaire de 185 000 $ serait versé au cabinet d’avocats pour le travail effectué après le 25 octobre 2018, soutient De Grandpré Chait.

« Depuis ce temps, aucun paiement d’honoraires n’a été fait par les défendeurs à la demanderesse malgré les multiples engagements […] et même si les fonds provenant de la vente dudit pipeline ont été perçus par la demanderesse Simard Beaudry Construction », indique Grandpré Chait.

La firme réclame donc une somme de 485 000 $.