Les travaux préliminaires se mettent en route à Notre-Dame

La Fondation Notre-Dame a mentionné que l’un des aspects les plus complexes du chantier actuel de sécurisation est le démontage de l’échafaudage.
Photo: Lionel Bonaventure Agence France-Presse La Fondation Notre-Dame a mentionné que l’un des aspects les plus complexes du chantier actuel de sécurisation est le démontage de l’échafaudage.

Le démontage de l’échafaudage qui se trouvait autour de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris avant l’incendie va commencer d’ici à un mois, a annoncé lundi la Fondation Notre-Dame.

« L’un des aspects les plus complexes du chantier actuel de sécurisation est le démontage de l’échafaudage comptant 50 000 tubes chauffés à plus de 800 degrés, qui avait été installé avant l’incendie » pour la restauration prévue de la flèche, a écrit dans un communiqué la Fondation Notre-Dame.

Cette organisation est l’une des quatre institutions choisies pour collecter les dons pour la restauration de la cathédrale touchée par l’incendie spectaculaire du 15 avril lors duquel ce monument historique a perdu sa flèche et une partie de sa toiture.

« Une structure parallèle doit être très bientôt installée ainsi que des grues pour procéder à [la] découpe [de l’échafaudage] dans des conditions particulièrement délicates », ajoute-t-elle. « Ce sera effectif d’ici à un mois », a déclaré à l’AFP Christophe-Charles Rousselot, délégué général de la Fondation, précisant que ce démontage allait durer « quatre mois ».

Dons versés

Pour ces « travaux préliminaires », mis en oeuvre par l’État, « plusieurs mécènes importants ont accepté, sans attendre la signature des conventions en cours de préparation, de procéder à un premier versement au titre des dons promis », précise la Fondation.

Bernard Arnault, actionnaire majoritaire du groupe de luxe LVMH, sa famille et le groupe LVMH ont versé 10 millions d’euros, tout comme François Pinault, fondateur du groupe de luxe Kering et son fils François-Henri Pinault, selon elle.

Les gros donateurs élaborent actuellement, avec les quatre institutions collectrices de dons, des conventions sur l’affectation des sommes importantes qu’elles verseront. Les mécènes Arnault et Pinault ont promis respectivement 200 et 100 millions d’euros.