Une foule colorée au défilé de la Fierté à Toronto

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a aussi participé au défilé annuel. 
Photo: Chris Young La Presse canadienne Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a aussi participé au défilé annuel. 

Une foule nombreuse et colorée s’est rendue dimanche après-midi au centre-ville de Toronto pour y célébrer la communauté LGBTQ lors du défilé annuel de la Fierté.

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, et le maire de Toronto, John Tory, ont tous deux souligné l’importance de cette fête.

« C’est un formidable privilège de marcher à nouveau au cours du défilé de la Fierté à Toronto, le plus grand au Canada, a dit M. Trudeau. En tant que premier ministre, je pense que c’est important, non seulement pour ceux qui sont ici aujourd’hui, mais pour ceux qui sont à la maison, en particulier les jeunes qui se demandent s’ils doivent reconnaître publiquement leur orientation sexuelle. »

Le premier ministre a salué la foule et lui a envoyé des baisers pendant qu’il marchait. Il s’est arrêté à de nombreuses reprises pour serrer des mains aux spectateurs.

« Salut ! Joyeuse fierté ! J’espère que tu as de la crème solaire », a lancé M. Trudeau à un jeune garçon.

Plusieurs députés libéraux ont aussi participé au défilé, dont les ministres Chrystia Freeland, Mélanie Joly et Carolyn Bennett. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a également marché parmi les participants.

Ford absent

Le premier ministre Doug Ford était absent, lui qui avait déclaré qu’il ne participerait pas au défilé à cause de l’exclusion des policiers en uniforme pour la troisième année d’affilée.

Les agents en uniforme avaient été exclus du défilé en 2017 en raison des préoccupations soulevées par le profilage racial et de nouveau en 2018. On reprochait aux policiers de ne pas prendre en sérieux les disparitions de plusieurs hommes gays à Toronto.

Le tueur en série Bruce McArthur a plaidé coupable au début de l’année pour le meurtre de huit hommes liés au village gay de la Ville-Reine.

Dans un premier temps, la direction du Pride Toronto avait invité les policiers à s’inscrire pour participer au défilé de 2019, mais les membres ont infirmé sa décision lors d’un vote serré.

Ryan Singh, qui participe au défilé depuis 17 ans, a dit qu’il se sentait plus en sécurité sans les policiers en uniforme.

« La police a beaucoup de travail à faire pour se réconcilier avec notre communauté, a-t-il soutenu. Elle a fait beaucoup de tort, notamment pendant l’affaire McArthur. »

Selon lui, le défilé revêt une importance particulière cette année.

2019 marque le 50e anniversaire des émeutes de Stonewall au cours laquelle des membres de la communauté LBGTQ — en particulier des transgenres noirs — avaient confronté les policiers new-yorkais après un raid au Stonewall Inn, un bar gay.

« Savoir que cette communauté a été si résiliente depuis si longtemps — avant même Stonewall —, connaître cette histoire et la célébrer, c’est vraiment important », a dit M. Singh.

Kiki Jordan, qui participe au défilé depuis 11 ans, souhaite de son côté que les policiers en uniforme puissent participer au prochain défilé, faisant valoir que les policiers LGBTQ ont aussi le droit de célébrer les deux côtés de leur identité.

« Cela me rend triste qu’ils ne soient pas autorisés. Ils devraient être ici pour célébrer qui ils sont. »