Premier accident mortel impliquant une trottinette électrique à Paris

<p>Apparues il y a un an, les trottinettes sont devenues un véritable casse-tête pour la mairie de Paris, faute de loi pour les réguler.</p>
Photo: Kenzo Tribouillard Agence France-Presse

Apparues il y a un an, les trottinettes sont devenues un véritable casse-tête pour la mairie de Paris, faute de loi pour les réguler.

Un homme de 25 ans qui circulait sur une trottinette électrique à Paris est décédé lundi soir après une collision avec un camion, premier accident mortel dans la capitale française impliquant ce nouveau mode de transport source de vifs débats.

Le jeune homme a refusé la priorité à un camion qui l’a percuté, selon des sources concordantes. Évacué par les pompiers en arrêt cardio-respiratoire, il a succombé à ses blessures à l’hôpital.

Il s’agit du premier accident mortel à Paris concernant un conducteur de trottinette électrique, selon la préfecture de police et la mairie de Paris. En avril, un piéton octogénaire avait été percuté par une trottinette à Levallois-Perret, dans la proche banlieue de Paris, et n’avait pas survécu.

Apparues il y a un an, les trottinettes — dont le nombre dans la capitale est évalué à environ 20 000 — sont devenues un véritable casse-tête pour la mairie de Paris, faute de loi pour les réguler.

Interdiction de stationnement sur les trottoirs, limitation de vitesse à 20 voire 8 km/h : la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a listé jeudi plusieurs mesures pour mettre un terme aux nuisances causées par les trottinettes électriques, par ailleurs impliquées dans plusieurs accidents.

L’incident de lundi montre « la nécessité de rappeler les règles élémentaires à respecter par les usagers », a réagi auprès de l’AFP Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.

« Il faut que la police nationale soit mobilisée pour sanctionner les usagers qui grillent par exemple un feu », a-t-il ajouté.

La ministre des Transports Elisabeth Borne s’est dite « dans le principe favorable au développement des nouvelles mobilités » et a dit voir dans ces engins « une bonne chose ». Mais, a-t-elle noté, le développement est « totalement anarchique, ce qui pose des problèmes de sécurité » pour les usagers et les autres utilisateurs de l’espace public.

Elle a rappelé qu’un décret, actuellement en préparation, était attendu « à la rentrée » sur ces questions. Il devra définir des règles d’usage, sur l’éclairage, la vitesse maximale de ces engins et devrait interdire leur circulation sur les trottoirs.

Vendredi, l’Assemblée nationale a d’ores et déjà voté — au terme de vifs débats — contre le port obligatoire du casque à vélo ou en trottinette électrique, dans le cadre de l’examen du projet de loi sur les mobilités.

« Les Français en ont marre qu’on leur impose des obligations », a jugé Elisabeth Borne.

La trottinette électrique ne fait pas seulement débat en France.

En mai, l’Allemagne a autorisé leur arrivée après de vives discussions, mais encadré plus strictement leur utilisation.