Le domaine des esséniens, en Estrie, à l’abri des taxes municipales

Une petite communauté d’une centaine de personnes vit dans un cadre enchanteur dans le village de Cookshire-Eaton en Estrie. Bercés par le calme et la nature luxuriante, les membres de l’Église essénienne chrétienne semblent vivre à l’abri du temps… mais aussi du fardeau fiscal imposé aux contribuables.

Dans un domaine de 41 hectares parsemé d’arbres et enjolivé par les cris des enfants se trouvent une vingtaine de maisons et une dizaine d’appartements. Une fermette, une salle de prière et un site de pèlerinage extérieur, comprenant une statue de l’archange Gabriel et un grand escalier évoquant 22 commandements, complètent le site évalué à environ 3 millions de dollars.

L’ensemble des installations bénéficie d’une exemption de taxes foncières puisque le site est considéré comme un lieu de culte. Même les résidences ? « Oui, puisqu’elles appartiennent à l’Église », spécifie Pierre-Simon Cleary, secrétaire de l’Église essénienne chrétienne.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Fondée en France au tournant des années 1990 par Olivier Manitara, l’Église essénienne chrétienne est apparue au Québec en 2006. En décembre de la même année, le groupe faisait l’acquisition du site à Cookshire-Eaton. « Nous sommes animistes, explique le primat pasteur Wilfrid Richard Amvane, rencontré sur place. Pour nous, Dieu n’est pas abstrait. Dieu c’est la plante, c’est l’animal. Nos pensées, nos émotions sont vivantes. »

Après dix ans à suivre l’enseignement des esséniens, Martin Paré a décidé en septembre dernier de déménager sur le site avec sa femme et ses trois enfants. « Je ne me retrouvais plus dans les discussions que j’avais à l’époque avec mes voisins. Quand je leur parlais d’énergie, de sagesse, ça ne les intéressait pas. »

Le village essénien de Cookshire-Eaton est le « centre mondial » de l’Église essénienne chrétienne — non reconnue par l’Église catholique —, qui compte d’ailleurs moins d’un millier de membres à travers le monde.

Un conflit oppose la communauté religieuse à la municipalité de Cookshire-Eaton au sujet du paiement des taxes foncières et de la construction de certains édifices faisant partie du domaine des esséniens se trouvant sur des terres zonées agricoles. La municipalité de Cookshire-Eaton ne nous a pas rappelé.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

La Commission de protection du territoire agricole du Québec, elle, réclame le démantèlement d’une vingtaine de bâtiments, dont des résidences, construits sur le site sans les autorisations nécessaires. L’affaire se trouve devant les tribunaux.

« La spécificité de notre religion, c’est notre proximité avec la nature. Ça fait en sorte qu’il faut qu’elle soit pratiquée en zone agricole », fait valoir Pierre-Simon Cleary.

La majorité des enfants de la communauté sont scolarisés à la maison, et le mouvement, entièrement financé par les dons effectués par ses fidèles, a été qualifié de secte dans les reportages diffusés par certains médias. Une accusation que rejettent les esséniens. « Pour moi, la seule utilité du mot est pour s’attaquer à un groupe », répond M. Cleary, qui utilise plutôt le terme « nouveau mouvement religieux ».

Pierre-Simon Cleary estime qu’il est tout à fait souhaitable que la société québécoise continue de soutenir les groupes religieux minoritaires. « Qu’il y ait une critique au niveau des exemptions fiscales accordées aux églises qui ont des milliers de membres [plus solides financièrement], je peux comprendre, mais pour les religions minoritaires comme la nôtre, ça serait plus difficile financièrement si on n’avait pas cette aide », avance-t-il.

Selon M. Cleary, les religions ont encore aujourd’hui « un impact social positif sur nos sociétés ». Croisées sur place, des jeunes femmes hippies, hébergées gracieusement sur le site des esséniens en échange de travail bénévole, semblaient contribuer à cette vision idyllique d’un monde à l’abri du temps.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Consultez la suite du dossier