Fonte des neiges et pluie: l’Outaouais retient son souffle

Les niveaux d’eau de la rivière des Outaouais pourraient dépasser ceux déjà vécus ce printemps.
Photo: Guillaume Levasseur Archives Le Devoir Les niveaux d’eau de la rivière des Outaouais pourraient dépasser ceux déjà vécus ce printemps.

Les précipitations qui ont commencé à tomber dans l’ouest du Québec, jeudi soir, pourraient signifier qu’en fin de semaine, les niveaux d’eau de la rivière des Outaouais pourraient dépasser ceux déjà vécus ce printemps.

La Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais ajoute que l’atteinte de records historiques est possible à partir de ce vendredi jusqu’à lundi, selon les endroits.

La plupart des réservoirs dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue étant maintenant pleins, le surplus de ruissellement qui ne peut être retenu par les réservoirs va continuer à s’écouler dans la rivière en aval. Entre Mattawa et le lac Deschênes situé dans le secteur Aylmer, à Gatineau, les niveaux d’eau devraient continuer à monter au cours des prochains jours en raison de l’accroissement du ruissellement provenant de l’Abitibi-Témiscamingue et des chutes prévues d’entre 25 et 45 millimètres de pluie.

Les autorités font observer que les ouvrages qui sont situés dans le centre et le sud du bassin sont principalement au fil de l’eau et ont une capacité d’emmagasinement négligeable. Par conséquent, ils ne peuvent réduire la hausse des débits et des niveaux d’eau engendrée par le ruissellement printanier.

À Mattawa et à Pembroke, en Ontario, les niveaux pourraient dépasser le record historique de 1960. À Gatineau, les autorités municipales assurent que les équipes demeurent mobilisées

D’autre part, la Commission signale dans ses plus récentes prévisions publiées en fin de journée, jeudi, que le long de la rivière des Outaouais de Pointe-Gatineau jusqu’à l’archipel de Montréal, les niveaux devraient augmenter sans toutefois dépasser les niveaux de pointe qui ont été atteints la semaine dernière.