Le nombre de personnes évacuées a plus que triplé au Québec

Dans son bilan, la Sécurité publique estime à 2000 le nombre de maisons inondées et à 5000 le nombre de personnes évacuées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Dans son bilan, la Sécurité publique estime à 2000 le nombre de maisons inondées et à 5000 le nombre de personnes évacuées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Le nombre de maisons inondées et de personnes évacuées à cause des inondations a bondi au cours de la nuit, notamment à cause de la rupture d’une digue à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dans les Laurentides.
 

Selon le bilan provisoire publié dimanche à 19 h par la Sécurité publique, le nombre de résidences inondées est passé de 3584 à 6424. Celui des personnes évacuées a grimpé de 2572 à 9522. On comptait aussi 3508 maisons isolées, comparativement à 3101, samedi soir. «Ce sont des chiffres importants, nous en sommes bien conscients», a reconnu la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors de son point de presse quotidien.

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, l’eau a monté si rapidement dans un secteur d’une cinquantaine de rues qu’on pouvait apercevoir des voitures complètement submergées dimanche matin, a indiqué le sergent Daniel Thibaudeau de la Sûreté du Québec (SQ) qui était sur place. L’eau a même atteint les fenêtres au rez-de-chaussée à certains endroits.

Dans son bilan, la Sécurité publique chiffre à 2500 le nombre de maisons inondées et à 6000 le nombre de personnes évacuées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, une ville d’environ 18 000 habitants située en bordure du lac des Deux Montagnes.

En point de presse, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a indiqué dimanche matin qu’un autre quartier de la petite municipalité avait été évacué de manière préventive. Cette opération porte le total des personnes évacuées dans cette ville à environ 6500.

Le premier ministre François Legault s’est rendu sur place, dimanche après-midi.
«C’est presque un miracle qu’il n’y ait eu personne de blessé», a-t-il lancé. Il a aussi annoncé une aide d’un million de dollars à la Croix-Rouge «afin de répondre aux besoins les plus pressants au cours des prochaines heures».

Un répit
La ministre Guilbault s’est voulue rassurante en disant que les conditions météorologiques donneront un peu de répit «bien mérité» à la population et aux équipes d’intervention au cours des prochains jours puisqu’on n’annonce aucune précipitation d’ici mercredi. «Cela va enfin offrir l’occasion à nos équipes et aux personnes sinistrées de reprendre leur souffle», a-t-elle lancé.

La situation en Mauricie et au Centre-du-Québec semblait se stabiliser puisqu’on n’y comptait que 14 personnes évacuées, dimanche matin. En Beauce, aussi, la situation semble se résorber. À Sainte-Marie, le nombre de maisons inondées avait chuté à 100, mais 10 personnes avaient été évacuées.

Autre exemple: dans les Laurentides, la ville d’Amherst a annoncé qu’elle levait les mesures d’urgence même si, selon les données de la Sécurité publique, 200 maisons étaient encore inondées, dimanche soir.

La situation semble aussi s’améliorer du côté de Rigaud, en Montérégie, où le nombre des évacués avait légèrement baissé à 567.

Par ailleurs, la ville de Montréal a tenu dimanche après-midi une assemblée extraordinaire de son conseil municipal à Pierrefonds afin de renouveler de l’état d’urgence décrété vendredi. Dans son communiqué, elle mentionne «qu’il s’agit de la première fois, depuis la reconstruction en 1926 de l’hôtel de ville actuel, que le conseil de ville siégera à l’extérieur de la salle du conseil municipal».

En point de presse, la mairesse Valérie Plante a indiqué que les inondations à répétition, année après année, amènent tous les ordres de gouvernement à s’interroger sur la suite des choses. «On ne peut plus se dire maintenant : ’ah coudonc! Ça s’est passé il y a deux ans, donc cela ne pas se produire dans 20 ans’. Ce n’est plus la situation, a-t-elle souligné. On voit que les ravages, les impacts négatifs des changements climatiques sont de plus en plus fréquents et de plus en plus forts et touchent même des endroits qui ne l’étaient pas avant.»

À Gatineau, où le nombre de personnes évacuées dépasse 1100 personnes, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a lancé un appel à la population en vue du retour au travail. «Il faut libérer le réseau routier le plus possible, et ça, pour plusieurs semaines», a-t-il fait savoir.

François Duguay, de la police de Gatineau, a renchéri. «On tente de maintenir les routes ouvertes le plus longtemps possible, mais on ne le fera pas au détriment de la sécurité des citoyens», a-t-il prévenu.

Les autorités de la ville devront aussi tenir compte de la décision des Services publics et Approvisionnement Canada de fermer le pont Union sur la traverse des Chaudières depuis dimanche matin à cause du débit élevé de l’eau.

Plus tôt, Mme Guilbault avait annoncé que les bureaux du gouvernement québécois à Gatineau seront fermés «pour limiter les déplacements et éviter de surcharger le réseau routier».

Interdiction de navigation
Le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a annoncé samedi soir que certains secteurs étaient interdits à la navigation.

Ainsi, aucun bâtiment autre que les navires d’urgence ne peut circuler sur la rivière des Outaouais entre Gatineau, d’une part et la centrale hydroélectrique de Carillon. L’interdiction s’étend au lac des Deux Montagnes et aux rivières des Mille-Îles et des Prairies.

L’arrêté ministériel souligne tous les agents d’application de la loi, y compris les agents de la GRC et tous les policiers provinciaux et municipaux, peuvent «ordonner à tout bâtiment de s’arrêter ou de quitter la zone concernée». M. Garneau a ajouté que «les contrevenants sont passibles d’amendes allant jusqu’à 5000 $».

Le ministère a aussi restreint l’utilisation des systèmes d’aéronefs télépilotés dans un rayon de 9 km de toute région touchée par les inondations au Québec.

Au Québec, plusieurs routes et ponts demeurent fermés à la circulation automobile.
Dans la région montréalaise, l’autoroute 20 demeurera fermée lundi à la hauteur des ponts Proulx et Galipeault, à l’ouest de Montréal. Parmi les mesures palliatives prévues pour atténuer ces fermetures, la ministre a énuméré la gratuité de la ligne de train de banlieue Vaudreuil-Hudson et la suspension du péage sur l’autoroute 30.

EXO a annoncé que la ligne de train Saint-Jérôme sera également gratuite à compte de lundi.

La ministre Guilbault a rappelé à la population qu’il était important de «collaborer avec les consignes» et a demandé de ne pas approcher les structures et de ne pas circuler sur les routes fermées.

Inondations majeures en cours

  • Fleuve Saint-Laurent - Au lac Saint-Pierre - en hausse
  • Lac des Deux Montagnes - À Sainte-Anne-de-Bellevue- en baisse
  • Lac des Deux Montagnes - À Terrasse-Vaudreuil - en baisse
  • Lac des Deux Montagnes - À Pointe-Calumet - en hausse
  • Rivière de la Petite Nation - En amont de Ripon - en baisse
  • Rivière des Mille Îles - En amont du barrage du Grand-Moulin à Deux-Montagnes - en baisse
  • Rivière des Mille Îles - En aval du barrage du Grand-Moulin à Deux-Montagnes - en baisse
  • Rivière des Mille-Îles - À Bois-des-Filion- en baisse
  • Rivière des Outaouais - À la marina de Hull - en hausse
  • Rivière des Outaouais - À la baie Quesnel - en baisse
  • Rivière des Outaouais - À la baie de Rigaud - en baisse
  • Rivière Gatineau - Au pont du boulevard Fournier - En hausse
  • Rivière Rouge - En amont de la chute McNeil - en hausse

Inondations moyennes en cours

  • Fleuve Saint-Laurent - À Trois-Rivières - en baisse
  • Lac des Deux Montagnes - Sainte-Anne-de-Bellevue - en baisse
  • Lac Maskinongé - À Saint-Gabriel-de-Brandon - en baisse
  • Rivière des Prairies - À la tête des rapides du Cheval Blanc (chenal sud) - en baisse
  • Rivière du Lièvre - En amont de Lac-Saint-Paul - en baisse
  • Rivière du Nord - En amont de Saint-Jérôme - en baisse
  • Rivière du Nord - Près de Sainte-Agathe-des-Monts - en baisse
  • Rivière Saint-Charles - En amont de la Lorette - en baisse

Inondations mineures en cours

  • Fleuve Saint-Laurent - À Lanoraie - en baisse
  • Fleuve Saint-Laurent - À Bécancour - en baisse
  • Fleuve Saint-Laurent - À Port-Saint-François - en hausse
  • Fleuve Saint-Laurent - À Sorel - en hausse
  • Lac Aylmer - À Stratford - en baisse
  • Lac Champlain - À Saint-Armand - en hausse
  • Lac Champlain - À Rouses - en hausse
  • Lac des Trente et Un Milles - À Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau - en hausse
  • Lac Louise - À Weedon - en baisse
  • Lac Memphrémagog - À Memphrémagog - en hausse
  • Lac Saint-Louis - À Sainte-Anne-de-Bellevue - en hausse
  • Rivière Chaudière - À Saint-Lambert-de-Lauzon - en baisse
  • Rivière Chaudière - En aval du barrage Mégantic - en baisse
  • Rivière Croche - en aval du ruisseau du Huard - en hausse
  • Rivière Désert — en amont de la chute Rouge - en baisse
  • Rivière des Outaouais - À Ottawa - en hausse
  • Rivière des Trois-Pistoles - En amont du pont-route 132 - en baisse
  • Rivière du Diable - En amont du pont de la route 117 - en baisse
  • Rivière du Loup - À Saint-Joseph-de-Kamouraska - en hausse
  • Rivière du Nord - À Lachute - en baisse
  • Rivière L’Assomption - À Joliette - en baisse
  • Rivière Maskinongé - Au pont du C.N. près de Sainte-Ursule Inondation mineure - en hausse
  • Rivière Matawin - En aval à Saint-Michel-des-Saints - en hausse
  • Rivière Noire - À Sainte-Émélie-de-l’Énergie - en baisse
  • Rivière Ouareau - À la tête des chutes Dorwin Inondation - en baisse
  • Rivière Picanoc - À Gracefield Inondation - en baisse
  • Rivière Richelieu - À Carignan - en baisse
  • Rivière Richelieu - À Saint-Jean-sur-Richelieu - en baisse
  • Rivière Richelieu - À Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix - en baisse
  • Rivière Saint-François - À Weedon - en baisse
  • Rivière Saint-François - En aval du barrage Aylmer - en hausse