Quoi retenir de la fin de semaine?

  • Crue printanière 2019

    Crue printanière 2019

    La crue printanière a forcé l’évacuation d’environ 1700 personnes au Québec en fin de semaine. Près de 3000 résidences ont été inondées et au moins 1500 maisons étaient isolées par les eaux à cause des routes et des rues coupées.

     

    Sept inondations majeures étaient toujours en cours lundi soir, toutes causées par le lac des Deux-Montagnes, le Saint-Laurent à la hauteur du lac Saint-Pierre et la rivière Chaudière, dont les ravages se sont étendus sur toute la longueur en aval de Beauceville.

     

    Dès samedi, une aide militaire a été déployée dans la province, où 800 militaires sont venus remplir des sacs de sable et renforcer des digues.

     

    Le premier ministre François Legault a rendu visite aux sinistrés de l’île Bigras à Laval. M. Legault s’est voulu rassurant, expliquant que Québec avait tiré des leçons de la crue printanière de 2017. Mais il a également indiqué qu’il fallait être « lucide ». « Si c’est nécessaire de forcer les gens à déménager, il faudra le faire », a-t-il indiqué.

  • Jour de la Terre à Québec

    Jour de la Terre à Québec

    Environ 5000 personnes ont manifesté lundi à Québec à l'occasion du Jour de la Terre. Dans une volonté de faire symboliquement pression sur le gouvernement Legault, les manifestants ont encerclé l'Assemblée nationale. Ils réclament notamment l'adoption d'une loi sur le climat afin de réduire les émissions de CO2 et l'arrêt du projet Énergie Saguenay.

  • Pâques sanglantes au Sri Lanka

    Pâques sanglantes au Sri Lanka

    Le dimanche de Pâques a été endeuillé par une vague d’attentats au Sri Lanka contre des hôtels de luxe et des églises, qui ont fait au moins 290 morts, et plus de 500 blessés.

     

    Au total, huit explosions ont retenti sur l’île et une « bombe artisanale » retrouvée tard dimanche sur une route de l’aéroport de Colombo a été désamorcée.

     

    Aucun groupe n’a revendiqué ces attaques, mais lundi les autorités ont incriminé un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama’ath (NTJ). Tout en désignant le NTJ comme responsable des attaques, le porte-parole du gouvernement a indiqué avoir « du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout cela ». Les autorités sri-lankaises ont aussi annoncé l’arrestation de 24 personnes, sans donner de détails sur les suspects.

  • Étonnante présidentielle en Ukraine

    Étonnante présidentielle en Ukraine

    En Ukraine la réalité a dépassé la fiction dimanche alors que le comédien et humoriste Volodymyr Zelensky a été élu président avec 73 % des voix, face au président sortant, Petro Porochenko. « Regardez-nous ! Tout est possible ! », a lancé à « tous les pays de l’espace post-soviétique » l’insolite vainqueur qui jouait le rôle du président ukrainien dans la série télévisée Serviteur du peuple.

     

    L’élection d’un candidat inexpérimenté, qui promet de « casser le système », apparaît comme une sanction du peuple ukrainien envers l’élite politique éclaboussée par des scandales de corruption. Le nouveau président commencera son mandat en pleine crise politique, avec notamment l’annexion de la Crimée par la Russie et une guerre dans l’est avec les séparatistes prorusses, qui a fait près de 13 000 morts en cinq ans.

     

    La réaction russe à l’élection pourrait être qualifiée de mi-figue mi-raisin. Aux yeux des autorités russes, Zelensky représente un interlocuteur potentiellement plus conciliant que Porochenko, tout en restant favorable à l’adhésion de son pays à l’UE et à l’OTAN.

  • 23e samedi de colère des gilets jaunes

    23e samedi de colère des gilets jaunes

    L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris n’aura pas refroidi la colère des gilets jaunes, qui, pour un XXIIIe acte, se sont réunis samedi dans les rues françaises. Les manifestants voulaient lancer un nouvel « ultimatum » au président français, Emmanuel Macron. Ce dernier doit annoncer dans quelques jours les réformes issues du débat national lancé dans le cadre de cette contestation populaire, qui dure maintenant depuis 5 mois.

     

    Les images de la cathédrale en feu étaient bien présentes dans les esprits des gilets jaunes, qui ont usé de multiples métaphores liées au monument pour faire passer leur message. On pouvait par exemple lire sur une des pancartes : « Victor Hugo vous remercie pour Notre-Dame de Paris, mais n’oubliez pas les misérables. »