On compte près de 5800 itinérants «visibles» au Québec

Le nombre d'itinérants «visibles» a légèrement augmenté à Montréal, passant de 3016 à 3149.
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir Le nombre d'itinérants «visibles» a légèrement augmenté à Montréal, passant de 3016 à 3149.

En avril dernier, lorsqu’on a dénombré pour la première fois l’ensemble des itinérants « visibles » dans 11 régions du Québec, il y en avait 5789.

À Montréal, c’était la deuxième fois que l’on procédait alors à leur dénombrement. Et le nombre a légèrement augmenté, passant de 3016 à 3149.

Ce portrait de l’itinérance « visible » a été dévoilé lundi à Montréal par la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, accompagnée d’un chercheur, de représentants d’organismes communautaires du milieu et de représentants de la région de Montréal.

On parle ici de l’itinérance visible, c’est-à-dire de personnes qui ont fréquenté des services d’hébergement d’urgence, de transition ou qui ont passé la nuit à l’extérieur, le 24 avril 2018, soit le jour du dénombrement officiel.

Les femmes sont sous-représentées, admettent les autorités, parce que le contexte de leur itinérance peut être différent.

À l’opposé, les Inuits et les représentants des Premières Nations sont surreprésentés par rapport à leur proportion réelle dans la population.