La responsabilité de Monsanto fait débat

San Francisco — « La question n’est pas de savoir si vous aimez Monsanto ou pas », a exhorté l’avocat du groupe mercredi devant le jury d’un tribunal américain, chargé de déterminer si le géant agrochimique a volontairement caché la dangerosité du désherbant Roundup. Mardi, ce même jury a estimé que le célèbre — et controversé — produit au glyphosate avait bien contribué au cancer d’un septuagénaire américain, qui a vaporisé du Roundup sur sa propriété pendant plus de vingt-cinq ans.