Photoreportage: résolument arctique

Le photojournaliste Renaud Philippe, collaborateur régulier du Devoir, s’est envolé pour le Grand Nord il y a quelques jours afin de photographier un exercice militaire à Resolute (ou Qausuittuq, en inuktitut : « là où il n’y a pas d’aube »), au Nunavut. En 2013, un centre de formation des Forces armées canadiennes y a été établi pour que les militaires apprennent à évoluer dans ce milieu hostile, mais surtout pour accroître la présence du pays en Extrême-Arctique. « L’armée doit disposer d’une solide préparation pour travailler là-bas, remarque Renaud Philippe. Les températures chutent régulièrement sous les -50 °C, sans compter les vents. » Voyage en images.

1 Déjà, se rendre au 74e parallèle nord n’est pas de tout repos. De Québec, en passant par Fredericton, puis Goose Bay, il faut presque une journée entière pour rejoindre le village de 200 personnes. Renaud Philippe Le Devoir
2 Le dernier segment s’est fait à bord d’un C-130 Hercules, un robuste avion militaire conçu dans les années 1950. Renaud Philippe Le Devoir
3 Les membres des Forces armées sur place participaient à un exercice militaire reproduisant l’écrasement d’un satellite dans le Grand Nord, explique Renaud Philippe. Pour se déplacer rapidement sur la banquise, les militaires, chaussés de skis et encordés, sont tirés par des motoneiges. Renaud Philippe Le Devoir
4 Dans le cadre de la simulation, ils étaient à la recherche de débris pouvant indiquer la position du satellite écrasé. Renaud Philippe Le Devoir
5 Dans un petit avion de la taille d’un Cessna, le photographe et d’autres visiteurs sont ensuite partis de la base aérienne pour être déposés sur la banquise, où l’exercice avait lieu. Les militaires avaient piqué quelques tentes en bordure de l’île Devon — la plus grande au monde qui soit complètement inhabitée —, voisine de celle de Cornwallis où se trouve Resolute. Au pied d’un plateau rocheux érodé typique de l’Arctique, ils avaient bâti des murs de neige pour couper leur campement du vent glacial. Renaud Philippe Le Devoir
6 Du 30 avril au 13 août, le soleil ne se couche jamais sur Resolute. Et du 7 novembre au 4 février, il ne se lève jamais. Renaud Philippe Le Devoir
7 Malgré les conditions, les militaires de l’armée canadienne s’y exercent toute l’année. Renaud Philippe Le Devoir
8 Avant que le gouvernement canadien ne décide d’y établir une présence, personne ne vivait dans la baie de Resolute. Renaud Philippe Le Devoir
9 En 1947, Ottawa y installe une station météorologique. Deux ans plus tard, l’Aviation royale canadienne y fonde une base. À l’époque, seuls quelques employés provenant du sud habitent périodiquement dans le hameau, mais le gouvernement souhaite y établir des résidents permanents afin de consolider sa présence en Arctique. Renaud Philippe Le Devoir
10 En 1953, l’État procède au déplacement forcé vers Resolute de 23 Inuits d’Inukjuak, au Québec, et de Pond Inlet, aujourd’hui au Nunavut. En 1955, 34 personnes supplémentaires provenant des mêmes villages y sont installées sans qu’on leur demande leur avis. La chasse et la pêche sont considérablement plus difficiles dans ce territoire inhospitalier. En août 2010, le gouvernement de Stephen Harper a présenté des excuses officielles aux personnes déplacées dans les années 1950 vers Resolute et Grise Fiord, un autre hameau à 400 km au nord-est. Renaud Philippe Le Devoir