Le Québec engagé dans la francophonie

Stéphane Gagné Collaboration spéciale
Collaboration de FRANCOPOL au projet PAX pour la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants au Maroc
Photo: FRANCOPOL Collaboration de FRANCOPOL au projet PAX pour la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants au Maroc

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Acteur important au sein de la francophonie, le Québec exerce un rôle primordial en matière de droits de la personne, de démocratie et de sécurité publique. Au fil des années, des institutions québécoises ont donné un coup de pouce dans la création d’organismes et de réseaux membres. Coup de projecteur sur quelques initiatives.

En octobre 2018, le Réseau international francophone de formation policière (FRANCOPOL) tenait son cinquième congrès à Dakar, au Sénégal. À cette occasion, il a été question de gestion des risques et des nouvelles menaces. L’organisme qui existe depuis septembre 2008 est l’initiative de l’École nationale de police du Québec (ENPQ), de la Sûreté du Québec et de la Police nationale française. Il a pour mission de favoriser la mise en commun des meilleures pratiques, de partager des expertises et d’offrir des formations.

« Avant, il y avait un partage bilatéral d’expertises entre pays francophones, mais depuis la création de FRANCOPOL, ce partage est devenu multilatéral », explique Pierre St-Antoine, directeur des affaires institutionnelles et des communications à l’ENPQ et trésorier et administrateur numérique de FRANCOPOL. L’organisme a ainsi permis des avancées importantes dans plusieurs domaines liés à la sécurité publique. « Des comités techniques composés d’experts de divers pays francophones ont ainsi rédigé des guides destinés aux corps policiers de ces pays », affirme M. St-Antoine. À ce jour, quatre ont été publiés (ex. : pratiques inspirantes en matière de lutte contre la radicalisation et le contrôle des foules en respect avec les droits et libertés).

Selon M. St-Antoine, le réseau FRANCOPOL reçoit aussi des mandats de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) afin d’offrir des formations ou des séminaires à des corps policiers de pays africains. « Des formations de ce type ont eu lieu notamment sur le terrorisme, sur le droit des femmes et sur la radicalisation », précise son trésorier. D’autres sont à venir.

Pour de meilleures élections

Dans un souci d’améliorer les processus électoraux et démocratiques, le Réseau des compétences électorales francophones (RECEF), dont le siège se trouve à Québec, a aussi été créé en 2011. L’une des réalisations de ce réseau a été la publication d’un guide pour les observateurs d’élections par le Directeur général des élections du Québec (DGE). « Le réseau travaille au développement de bonnes pratiques, accueille des délégations étrangères et participe à des missions électorales », indique Michel Constantin, conseiller aux affaires politiques et institutionnelles à la direction de la Francophonie du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec. Il mentionne d’ailleurs que des représentants de pays francophones se sont rendus à Québec, lors des dernières élections provinciales d’octobre dernier, afin d’en apprendre davantage sur le système électoral en vigueur ici. « Ils ont été impressionnés par la rapidité avec laquelle nous diffusons les résultats du vote », affirme-t-il.

Pour une amélioration du droit

Au fil des années, les membres francophones de l’Association internationale des procureurs et poursuivants (AIPP) ont réalisé l’importance d’accroître la présence francophone au sein de cette instance, dont les travaux se déroulent en anglais. En 2009, l’Association internationale des procureurs et poursuivants francophones a ainsi été créée. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec (DPCP) y a grandement contribué. « L’association a ainsi permis la traduction d’un manuel sur les droits de la personne qui n’était jusque-là disponible qu’en anglais », illustre M. Constantin.

Dans le but de permettre une meilleure entraide et une meilleure coordination entre pays francophones sur les droits de la personne, l’Association des ombudsmans et médiateurs de la Francophonie (AOMF) a quant à elle été créée en 2009. C’est le Protecteur du citoyen du Québec qui en a été l’instigateur et qui a été chargé de rédiger le projet de statuts. Depuis, l’AOMF s’engage à promouvoir et à défendre la démocratie, l’État de droit et la démocratie dans les pays francophones. La formation et le transfert de connaissances sont au cœur de sa mission. Toujours dans le domaine des droits de la personne, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse s’est investie dans la création de l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’Homme. Depuis 2002, elle a pour mission notamment de mettre en réseau des institutions nationales œuvrant dans le domaine des droits de l’homme (INDH), de soutenir les INDH, d’aider à leur développement et de favoriser leur création dans les pays où il n’y en a pas.