Un débat inédit entre Robert Bourassa et Pierre Bourgault

La captation vidéo du débat entre Robert Bourassa et Pierre Bourgault a été retrouvée  par deux bibliothécaires de l’Université de Montréal.
Photo: Université de Montréal La captation vidéo du débat entre Robert Bourassa et Pierre Bourgault a été retrouvée  par deux bibliothécaires de l’Université de Montréal.

À huit semaines de l’échéance référendaire du 20 mai 1980, un débat est organisé entre l’ancien premier ministre Robert Bourassa et le ténor de l’indépendance Pierre Bourgault. La captation vidéo de ce débat, jamais diffusée publiquement à ce jour, est désormais disponible en ligne, après avoir été retrouvée et numérisée par deux bibliothécaires de l’Université de Montréal.

Attablés devant quelques micros, les deux hommes qui ont marqué l’histoire du Québec sont présentés, au soir du 27 mars 1980, par un vice-recteur dont le nom — cela ne s’invente pas — est René Lévesque !

Que disent-ils ? Bourassa et Bourgault présentent tout d’abord, en une vingtaine de minutes chacun, leurs positions, avant d’engager un dialogue. Bourgault débute. « On peut parler de chiffres jusqu’à demain matin, dit-il, mais il me semble qu’il y a des raisons fondamentales que les chiffres, quels qu’ils soient, ne sauraient infirmer. » Il se lance alors dans un cours d’histoire de son cru, avant d’en venir à parler… de politiques fiscales.

À son tour, tandis que Bourgault grille une cigarette Gitane, Bourassa évoque le chômage, sa hausse, ses misères, les coûts sociaux de tout cela. Il s’inquiète du gel du salaire minimum. « On sait que le salaire minimum se trouve à rémunérer les plus démunis de la société. Or actuellement, son taux de croissance est inférieur à l’augmentation du coût de la vie. » L’indépendance, à son avis, ne pourrait qu’aggraver cette situation d’infériorité économique puisque le contexte « est difficile ». Bourassa note encore les avantages d’être unis à d’autres provinces. « Sur le plan des ressources naturelles, on aura toujours l’appui des provinces de l’Ouest. » Il défend néanmoins l’idée d’une nécessaire souveraineté culturelle, dit-il.

Le texte de présentation de ce document audiovisuel de grand intérêt, désormais diffusé par le Département de science politique de l’Université de Montréal, a été rédigé par le politicologue Michel Sarra-Bournet, décédé il y a quelques jours. Sarra-Bournet rappelle à raison que Bourassa et Bourgault se connaissaient bien. Ils ont d’abord tous les deux fréquenté le collège Brébeuf. Mais ils ne se sont vraiment rencontrés qu’à la fin des années 1960.

Lorsque Bourgault se retrouve écarté du Parti québécois par René Lévesque, le chef du parti, c’est Bourassa qui va le sortir du pétrin financier dans lequel il est plongé. Bourgault ira même rencontrer quelques fois le premier ministre à Québec. Et celui-ci fera en sorte de lui trouver du travail.

Mais l’amitié relative qui unit les deux adversaires politiques va se distendre. En 1991, lors du référendum sur l’accord de Charlottetown, Bourgault écrit à propos de Bourassa : « La duplicité de cet homme-là est incommensurable. » Les sorties mordantes vont se multiplier. Bourgault dira encore : « Robert Bourassa pense qu’il n’a pas ce qu’il faut pour devenir premier ministre d’un État indépendant. Il a raison. »