Grand format Les photos de la semaine du 3 février

1 Washington (États-Unis), 5 février 2019 | Le président américain, Donald Trump, a livré son deuxième discours sur l’état de l’Union, mardi soir à Washington. Comme le veut cette tradition annuelle, le président a exposé son programme et sa vision pour l’avenir du pays devant les élus des deux chambres du Congrès. Sous le regard de son vice-président, Mike Pence, et de la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, Donald Trump a lancé un appel à l’unité. «La victoire, ce n’est pas de gagner pour notre parti; la victoire, c’est de gagner pour notre pays», a-t-il déclaré sur un ton solennel. Si un compromis n’est pas trouvé d’ici le 15 février sur le financement du mur que le président républicain souhaite construire à la frontière mexicano-américaine, les États-Unis plongeront à nouveau dans un «shutdown», soit une paralysie partielle de l’appareil gouvernemental.  Andrew Harnik Associated Press
2 Washington (États-Unis), 5 février 2019 | La fierté se lisait sur le visage de nombreuses élues démocrates, mardi soir, à leur arrivée au Congrès pour le traditionnel discours sur l’état de l’Union. Ces élues s’étaient vêtues de blanc pour rendre hommage au mouvement des suffragettes, qui fête cette année son 100e anniversaire. Un blanc lumineux qui contrastait de manière saisissante avec l’austérité des costumes de leurs collègues masculins. Depuis janvier, 127 élues féminines siègent au Congrès, un record que le président américain, Donald Trump, n’a pas manqué de souligner. «Tous les Américains peuvent être fiers de voir que nous avons plus de femmes dans la population active que jamais auparavant. Et cent ans exactement après que le Congrès a approuvé un changement à la Constitution donnant aux femmes le droit de vote, nous avons aussi plus de femmes au Congrès que jamais auparavant», a déclaré Donald Trump, avant d’annoncer qu’il souhaitait restreindre le droit à l’avortement, en interdisant les avortements tardifs.  Saul Loeb Agence France-Presse
3 Tijuana (Mexique), 3 février 2019 | Des fidèles se sont rassemblés, dimanche à Tijuana, des deux côtés du mur qui sépare les États-Unis du Mexique afin de célébrer une cérémonie religieuse. Au même moment, le Pentagone annonçait que le gouvernement américain envoyait 3750 soldats supplémentaires à la frontière mexicano-américaine pour combattre l’immigration clandestine. Désormais, ce sont donc 4350 militaires américains qui assurent la sécurité le long de la ligne de démarcation entre les États-Unis et le Mexique. Le président américain, Donald Trump, s’est dit déterminé cette semaine à empêcher une nouvelle caravane de migrants, provenant essentiellement du Honduras, de traverser la frontière de manière illégale. Le président républicain souhaite prolonger le mur antimigrants sur l’entièreté de la frontière sud des États-Unis. La Chambre des représentants, à majorité démocrate, refuse toutefois d’octroyer les 5,7 milliards de dollars nécessaires à son érection. Si républicains et démocrates ne trouvent pas un compromis d’ici le 15 février, une partie de l’appareil gouvernemental américain sera une nouvelle fois paralysée (en «shutdown»). Guillermo Arias Agence France-Presse
4 Montréal, 4 février 2019 | Le procès de Michel Cadotte, accusé du meurtre non prémédité de sa conjointe, s’est tenu cette semaine au palais de justice de Montréal. L’homme a donné la mort à celle qui était sa conjointe depuis dix-neuf années en l’étouffant avec un oreiller. Jocelyne Lizotte était atteinte de la malade d’Alzheimer et avait complètement perdu son autonomie. Lors de son interrogatoire, qui s’est tenu mardi, M. Cadotte, qui a plaidé non coupable, a avoué qu’il était conscient que le geste qu’il a posé en février 2017 était «mal». La défense a fait appel à un psychiatre et à un psychologue qui ont soutenu devant le jury que le jugement de l’accusé était perturbé lorsque ce dernier a mis fin aux jours de sa femme. Le procès se poursuivra lundi au palais de justice de Montréal avec le témoignage d’un autre psychiatre, appelé cette fois par la Couronne.  Jacques Nadeau Le Devoir
5 Abou Dhabi (Émirats arabes unis), 4 février 2019 | Pour la première fois de l’Histoire, un souverain pontife a foulé le sol de la péninsule arabique cette semaine. Arrivé dimanche aux Émirats arabes unis, le pape François a été accueilli lundi par le grand imam sunnite d’Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, à qui il avait rendu visite en Égypte en 2017. Le grand imam préside le «Conseil musulman des anciens», une fondation qui est à l’origine de la grande rencontre interreligieuse internationale qui s’est tenue à Abou Dhabi cette semaine. Quelque 700 personnalités y ont pris part. À la suite de cette grande conférence interreligieuse, les deux leaders religieux ont publié un texte appelant à la liberté de croyance et d’expression, à la protection des lieux de culte et prônant la pleine citoyenneté pour les «minorités» discriminées.  Vincenzo Pinto Agence France-Presse
6 Marseille (France), 5 février 2019 | Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi en France, à l’appel principalement de la Confédération générale du travail (CGT), mais aussi, pour la première fois, avec la participation de gilets jaunes, citoyens qui mènent une fronde sociale depuis près de trois mois et qui jusqu’à présent regardaient les syndicats avec méfiance. Dans les cortèges, les revendications étaient nombreuses: hausse des salaires, justice fiscale, opposition à la réforme de l’école secondaire (lycée) ou à l’augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers, droit de manifester ou défense du service public. À Paris, 30 000 personnes ont défilé selon la CGT, 18 000 selon la police, 14 000 selon le cabinet Occurrence, mandaté par un collectif de médias dont fait partie l’AFP. La CGT a estimé à 300 000 le nombre de manifestants dans toute la France.  Gérard Julien Agence France-Presse
7 Le pont Tienditas (à la frontière entre le Venezuela et la Colombie), 6 février 2019 | L’aide humanitaire, véritable nerf de la guerre dans le bras de fer auquel se livrent les deux «présidents» vénézuéliens. Les premiers camions transportant notamment des aliments non périssables sont arrivés à la frontière entre la Colombie et le Venezuela. La veille, des correspondants de l’AFP ont toutefois remarqué que la route reliant les deux pays était totalement barrée par un camion-citerne, deux grands conteneurs, des barrières et des blocs de béton, tandis que des militaires patrouillaient aux abords du barrage. Le chef de l’État vénézuélien s’oppose à l’arrivée de l’aide humanitaire, qu’il croit être une «action interventionniste de Trump». De son côté, le président autoproclamé, Juan Guaidó, désormais reconnu par une quarantaine de pays, États-Unis en tête, reste déterminé à faire entrer ces vivres et ces médicaments au Venezuela. Le Canada, qui soutient M. Guaidó, a promis en début de semaine 53 millions de dollars d’aide.  Edinson Estupinan Agence France-Presse
8 Montréal, 5 février 2019 | Corriger l’histoire, une toile à la fois. Voilà la (vaste) tâche que s’est donnée le peintre canadien d’ascendance crie Kent Monkman. «Honte et préjugés: une histoire de résilience», une relecture — souvent railleuse, voire amusante — de l’histoire canadienne par la lorgnette autochtone, se tient jusqu’en mai au Musée McCord. Monkman signe quelques toiles révoltantes, dont «Le cri», scène de séparation d’un hyperréalisme bouleversant dans laquelle hommes en soutane, bonnes soeurs et policiers de la GRC arrachent des enfants aux bras de leur mère. La lumière que braque l’artiste sur la surreprésentation autochtone en milieu carcéral et chez les itinérants, sur l’épidémie de suicides dans les réserves ainsi que sur les ravages provoqués par l’Église avec l’aval de l’État émeut et fait assurément réfléchir. Valérian Mazataud Le Devoir
9 Boston (États-Unis), 5 février 2019 | Après la victoire, le défilé! Mardi, des centaines de milliers de partisans ont acclamé leurs champions dans les rues de Boston. Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont vaincu, dimanche, les Rams de Los Angeles 13-3 pour triompher une sixième fois au Super Bowl. Sous les applaudissements de la foule, le quart-arrière des Patriots, Tom Brady, portait fièrement à bout de bras le trophée Vince-Lombardi, remis chaque année à la meilleure équipe de la National Football League (NFL). La controverse qui a émergé en 2016 dans la ligue a terni cette année le spectacle de la mi-temps. Plusieurs stars américaines, telles Rihanna, P!nk ou encore Cardi B, ont refusé de participer à l’événement, suivi par 100 millions de téléspectateurs afin d’exprimer leur soutien au joueur Colin Kaepernick, qui avait le premier posé son genou à terre pour dénoncer le racisme et la discrimination dont sont victimes les Noirs. Il n’a pas retrouvé de contrat dans la ligue.  Billie Weiss Getty Images Agence France-Presse
10 Bratislava (Slovaquie), 2 janvier 2019 | Félix Auger-Aliassime a permis samedi au Canada d’accéder à la finale de la Coupe Davis grâce à sa victoire face au Slovaque Norbert Gombos. À 18 ans, le Canadien — qui faisait ici ses débuts à la Coupe Davis lors de cette compétition de deux jours au NTC Arena — est le plus jeune joueur du top 200, dont il occupe le 106e rang. Le Canada disputera la finale de la Coupe Davis à Madrid en novembre. Vladimir Simicek Agence France-Presse