L'Iran en bref

Iran République islamique

Guide suprême Ali Khamenei (depuis le 4 juin 1989, 80 ans). Plus haut responsable politique et religieux du pays, nommé à vie, gardien de la jurisprudence qui consacre la prédominance du religieux sur la politique.

Président Hassan Rohani, modéré élu en 2013, réélu en 2017. Met en œuvre la Constitution, exerce le pouvoir exécutif, mais ne contrôle pas l’armée.

Système électoral Suffrage universel. Candidats choisis par le Conseil des gardiens de la Constitution.

 

 

Capitale Téhéran

19e économie mondiale

Population 82 millions d’habitants. 24 % des Iraniens ont moins de 15 ans.

Diaspora De deux à trois millions d’Iraniens vivent en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et dans les pays du golfe Persique. Religions 92 % de chiites et 8 % de sunnites.

Les dates clés

16 janvier 1979 Fortement contesté, le shah d’Iran est contraint de quitter le pays et est condamné à l’exil. Il mourra en Égypte en 1980.

11 février 1979 Figure de proue de la révolution, l’ayatollah Rouhollah Khomeini, porté par le Parti républicain islamique, prend le pouvoir en Iran.

Photo: Associated Press L’ayatollah Khomeini est lourdement escorté en quittant l’aéroport de Téhéran le 1er février 1979.

Mai 1979 Les Gardiens de la révolution prennent le contrôle de tous les gouvernements locaux et des tribunaux. Des exécutions sommaires se multiplient pour purger le pays des éléments fidèles au shah.

Juin 1979 Khomeini devient le Guide suprême après l’adoption d’une nouvelle Constitution lui conférant les plus hauts pouvoirs et consacrant la suprématie de la religion dans toutes les sphères de l’État.

Novembre 1979 Prise en otage de 56 diplomates et civils américains pendant 444 jours au sein de l’ambassade américaine, propulsée par la décision des États-Unis d’offrir le refuge au shah, atteint d’un cancer.

1980-1988 Guerre Iran-Irak. L’Irak, à majorité sunnite, envahit l’Iran, puissance chiite, craignant que la révolution islamique n’alimente les soulèvements de ses minorités chiites, réprimées en Irak. Cette guerre de tranchées et le recours aux armes chimiques feront d’un demi à un million de morts en Iran, et 200 000 en Irak. En Iran, la majorité des enrôlés sont des mineurs, glorifiés en tant que « martyrs de la révolution ».

1989 Khomeini lance une fatwa contre l’auteur des Versets sataniques, Salman Rushdie. Fatwa qui tient encore aujourd’hui.

Juin 1989 Mort de Khomeini. Le président sortant Ali Khamenei est choisi pour lui succéder à titre de Guide suprême de la République.

2009 La réélection de l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, qui veut déployer le programme nucléaire iranien, donne lieu à des soulèvements à la grandeur du pays. Ces manifestations, réprimées dans la violence, font une centaine de morts.

2012 Rupture des relations diplomatiques du Canada avec l’Iran par la fermeture de son ambassade à Téhéran.

2013 Élection du modéré Hassan Rohani à la présidence, ouvrant la porte à un accord sur le nucléaire avec l’Occident.

2015 Un accord sur l’arrêt de l’enrichissement de l’uranium est conclu entre Téhéran et les pays membres du Conseil de sécurité (États-Unis, Royaume-Uni, France, Chine, Russie), l’Union européenne et l’Allemagne, en échange de la levée partielle des sanctions occidentales. En mai 2018, le président américain Donald Trump retirait l’appui de son pays à cet accord.


Une version précédente de cet article mentionnait que la prise d'otage de 56 diplomates et civils américains au sein de l’ambassade américaine en novembre 1979 avait duré 44 jours. Il s'agit plutôt que 444 jours. Nos excuses.

Consultez la suite du dossier