Les pères homosexuels plus investis que les pères hétérosexuels

L’étude a porté sur 46 familles homoparentales.
Photo: Lillian Suwanrumpha Agence France-Presse L’étude a porté sur 46 familles homoparentales.

Donner le bain, les repas, jouer ou faire la lecture avant le coucher : les pères homosexuels se montrent plus investis et équitables que les pères hétérosexuels dans le partage des tâches parentales, révèle une première étude sur le comportement des pères adoptifs gais au Québec. Mais comme dans les familles « traditionnelles », des différences d’implication demeurent.

« Même s’ils sont très impliqués, on a distingué chez plusieurs [couples] un père “principal” et un père “secondaire”, comme dans le modèle de la famille hétérosexuelle traditionnelle, où les mères sont plus impliquées dans les soins et le soutien émotionnel auprès de l’enfant », explique Éric Feugé, professeur de psychologie au Collège de Maisonneuve.

Pour sa thèse de doctorat, il s’est intéressé à l’engagement des pères homosexuels adoptifs auprès de leurs enfants, s’appuyant sur le vécu de 46 familles, soit 92 pères et 46 enfants de 1 à 9 ans. Les résultats ont été publiés dans les revues Psychology of Sexual Orientation and Gender Diversity et Attachment & Human Development.

En entrevue avec Le Devoir, l’auteur parle de « gaybyboom », expliquant que nombre de couples du même sexe se tournent vers l’adoption, ces dernières années. Rappelons qu’au Québec, ils n’ont pas accès à l’adoption internationale, la majorité des pays étant réticents à l’idée de leur confier leurs enfants. Ils peuvent toutefois depuis 2002 avoir recours aux services de la banque mixte du Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ), qui traite les cas d’enfants abandonnés ou retirés à leurs parents.

Une chance qu’on a des jumeaux, sinon on se chicanerait presque pour s’en occuper

S’il reste difficile de chiffrer la situation au Québec, le dernier recensement de 2016 de Statistique Canada donne une idée du portrait. « 10 020 enfants âgés de 0 à 14 ans vivaient dans une famille comptant des parents de même sexe. Les couples composés d’hommes représentaient un cinquième des couples de même sexe qui vivaient avec des enfants », peut-on lire dans l’étude.

Mais peu d’études se sont penchées sur l’engagement et la répartition des tâches chez les familles homoparentales, un sujet pourtant documenté chez les familles hétéroparentales et lesboparentales.

Une question de féminité ?

Si la thèse de M. Feugé vient appuyer d’autres études, montrant que le revenu peut jouer un rôle dans le niveau d’implication des pères — hétérosexuel ou homosexuel — le « degré de féminité » des pères gais apparaît bien plus déterminant.

« Ce sont des stéréotypes sexuels arbitrairement définis par la culture, mais on va dire d’une mère qu’elle est beaucoup plus sensible, compatissante, chaleureuse, douce… » Des « qualités féminines » que possèdent les pères homosexuels de son étude.

Particulièrement la sensibilité, définie comme la « capacité à comprendre les besoins de l’enfant et à y répondre de façon adéquate rapidement ». « On associe ça à l’instinct maternel, ramenant ça au sexe de la personne, mais ça n’a rien à voir, c’est un apprentissage tant pour les hommes que pour les femmes », soutient M. Feugé.

Une opinion partagée par Maxime-Olivier Leclerc, conseiller en créativité média. Son conjoint et lui ont adopté il y a plus d’un an des jumeaux, un garçon et une fille désormais âgés de seize mois. « On garde en tête le stéréotype que la maman est plus sensible, mais les gais ont un côté un peu féminin. Je généralise, mais en même temps je connais assez d’homosexuels autour de moi pour confirmer qu’on est plus près de nos émotions et qu’on a une sensibilité à l’autre plus développée que les [hommes] hétérosexuels », assure-t-il.

S’il n’a pas participé à l’étude de M. Feugé, il vient appuyer ses conclusions, racontant partager équitablement les responsabilités parentales avec son conjoint. « Notre implication est globalement la même. Une chance qu’on a des jumeaux, sinon on se chicanerait presque pour s’en occuper. »

Multifonctions

S’ils endossent ces rôles dits féminins, les pères homosexuels assument aussi les rôles dits masculins, note M. Feugé. Ils sont donc aussi compétitifs, meneurs ou encore analytiques. « Ils sont plus androgynes dans les rôles qu’ils occupent et dans leurs traits de personnalité. Les rôles sont plus interchangeables dans leur couple, moins définis, et donc plus équitables. »

À ses yeux, ces pères « redéfinissent ce qu’est la paternité et plus largement la parentalité » en se présentant comme des parents multifonctions. Le professeur se dit même curieux de voir comment, d’ici quelques années, leurs propres enfants occuperont leur rôle de parent, après avoir grandi dans un tel modèle d’équité.