Rude concurrence pour le Cirque du Soleil

Pour le Cirque du Soleil, Franco Dragone a mis en scène La Magie continue (1986), Le Cirque réinventé (1987), Nouvelle expérience (1990), Saltimbanco (1992), Mystère (1993), Alegria (1994), Quidam (1996), La Nuba et O (1998). Il n’a donc réalisé
Photo: Pour le Cirque du Soleil, Franco Dragone a mis en scène La Magie continue (1986), Le Cirque réinventé (1987), Nouvelle expérience (1990), Saltimbanco (1992), Mystère (1993), Alegria (1994), Quidam (1996), La Nuba et O (1998). Il n’a donc réalisé

L'affrontement s'annonce titanesque. Après avoir largement contribué à faire du Cirque du Soleil (CS) une référence mondiale, le metteur en scène belge Franco Dragonne s'apprête à lui livrer une chaude lutte esthétique et commerciale.

Le champ de la bataille se trouve évidemment à Las Vegas. Le Groupe Dragone, derrière le mégasuccès A New Day de Céline Dion, prépare un nouveau spectacle multimédia et multidisciplinaire qui sera présenté dans le complexe de 2,4 milliards $US du promoteur Steve Wynn, actuellement en construction.

L'alliance ajoute du piquant puisque le même Steve Wynn a introduit le Cirque du Soleil dans la capitale américaine du jeu il y a une décennie. Il est considéré comme l'homme le plus riche et le plus influent du Nevada.

«Franco Dragone a passé une quinzaine d'années au Cirque du Soleil et il en est très fier», a commenté Philippe Degeneffe, vice-président chez Dragone, joint cette semaine au siège social de la compagnie, en Belgique. «Nos rapports demeurent très bons avec cette entreprise, même si c'est une donnée objective que nous sommes maintenant en concurrence, en tout cas sur Las Vegas.»

Italien de naissance, Belge d'adoption, un peu Québécois par la force des choses professionnelles, Franco Dragone a accompagné et soutenu la poussée fulgurante du cirque montréalais en mettant en scène La Magie continue (1986), Le Cirque réinventé (1987), Nouvelle expérience (1990), Saltimbanco (1992), Mystère (1993), Alegria (1994), Quidam (1996), La Nuba et O (1998). Il n'a donc réalisé ni les derniers spectacles (Dralion, Varekai, Zumanity) ni le prochain, confié à Robert Lepage.

Franco Dragone est rentré chez lui à La Louvière, en Belgique, à la fin du siècle dernier. Sitôt fondée, sa compagnie décrochait le contrat de création d'A New Day, de Céline Dion, au Caesar's Palace. «Les négociations pour la nouvelle salle de Steve Wynn datent de plusieurs années, a expliqué M. Degeneffe. Déjà, quand nous travaillions sur A New Day, ce projet était en route.»

Steve Wynn, récemment décrit comme l'homme le plus puissant du Nevada par le New York Times, a été à l'origine de la première incursion du Cirque du Soleil à Las Vegas. Il y a importé Mystère pour transformer la sin city en capitale du divertissement pour toute la famille et ainsi prouver que l'argent pouvait aussi couler à flots autour des machines à sous. Le promoteur, grand amateur d'art moderne et contemporain, dirigeait alors le complexe Mirage, passé depuis aux mains de MGM, qui demeure l'associé privilégié du CS.

Sa nouvelle folie table sur un budget mammouth pour développer un casino rattaché à un hôtel de 45 étages comprenant une centaine de suites et de villas luxueuses, un lac artificiel et même une montagne, deux chapelles pour les mariages, un golf et un musée pour les Van Gogh, Matisse et Cézanne de M. Wynn.

Pendant quelques mois, ce complexe récréotouristique s'est appelé Le Reve (sans accent circonflexe), un titre emprunté à une toile de Picasso payée plus de 48 millions $US par le magnat des casinos en 1997. Un sondage a révélé que ce nom déplaisait à trois clients potentiels sur quatre, forçant le choix de la nouvelle appellation contrôlée: Wynn Las Vegas. N'empêche, le futur spectacle de Dragone a préservé le nom onirique, selon le site promotionnel de Wynn Resort. En anglais, le slogan de la compagnie de création belge proclame: «We dream. We do.»

À elle seule, la salle de quelque 2000 places coûtera une bonne centaine de millions. Les architectes ont conçu un espace de forme globulaire où l'eau devrait circuler tout autour des spectateurs, au-dessus de leurs têtes comme à leurs pieds. Les places ne seront jamais à plus d'une douzaine de mètres de l'action.

«Ce ne sera pas un spectacle de cirque, a annoncé M. Degeneffe. Le show aquatique O, que Franco a mis en scène, est présenté à 500 mètres du nouveau complexe. Nous devons donc proposer quelque chose de différent. Il y aura du théâtre, de la danse, peut-être du cirque, mais pas de manière exclusive. Il y aura aussi des projections vidéo. La liste des artistes n'est pas encore complétée. Le casting sera international, avec des nageuses synchronisées, des acrobates, des danseurs ou des clowns venus d'Europe, des États-Unis ou du Canada. Mais il n'y a pas de star dans cette liste, si ce n'est quelques champions olympiques. Le spectacle sera la vedette.»

Le Groupe Dragone refuse de révéler l'investissement réservé à la création comme telle. Par contre, la compagnie avoue vouloir imposer son Reve pendant une dizaine d'années, à raison de dix représentations par semaine. À ce rythme, la production attirerait environ un million de spectateurs par année, générant des revenus d'au moins 100 millions $US bon an, mal an. «L'investissement créatif est en proportion de l'investissement de la salle», dit simplement le vice-président Degeneffe. «Mystère a été créé en nonante-trois et tient toujours l'affiche dix fois par semaine. Le contrat initial de Céline prévoyait trois ans. On peut donc avoir bon espoir de faire rouler notre spectacle une décennie.»

Plusieurs Québécois et plusieurs autres anciens du Cirque du Soleil s'activent au sein de l'entreprise belge. Le scénographe Michel Crête, responsable du show de Céline Dion, habillera la nouvelle scène. Le vice-président responsable de la production (Patrice Bilodeau) et le président (Louis Parenteau) viennent aussi du Cirque du Soleil. «On a pas mal de Québécois», dit M. Degeneffe, qui, lui, vient du centre culturel de La Louvière. «Certains ont déménagé ici avec leur famille.»

N'empêche, cette omniprésence de la touche belgo-québécoise ne commence-t-elle pas à poser problème? Las Vegas compte déjà trois spectacles signés Dragone: Mystère, O et Céline. Le Cirque du Soleil en rajoute avec Zumanity et bientôt le nouveau Lepage. Un show de plus de cette mouture, n'est-ce pas un de trop?

«Il n'y a pas de comparaison possible entre le show Céline et les spectacles du Cirque du Soleil, répond le vice-président Philippe Degeneffe. Franco Dragone n'a pas mis en scène Zumanity, ni le prochain spectacle de cette compagnie. Je le redis: nous voulons et nous devons nous démarquer. Ce serait stupide de notre part de faire un copier-coller des propositions existantes. En plus, je crois que Franco, à titre tout à fait personnel, n'a pas envie de se répéter.»