Le patrimoine sacrifié pour ériger une Maison des aînés

Le bâtiment original est en pierres grises. Il fait face au presbytère, lui aussi en pierres grises.
Photo: MRC de D'Autray Le bâtiment original est en pierres grises. Il fait face au presbytère, lui aussi en pierres grises.

Afin de construire sa première Maison des aînés, Québec détruira un édifice patrimonial de la municipalité de Sainte-Élisabeth, dans Lanaudière. Construit en 1877, l’ancien couvent des Soeurs de la Providence avait besoin de travaux de mise à niveau. Le gouvernement préfère raser l’immeuble plutôt que de le restaurer.

Le premier couvent de Sainte-Élisabeth de Hongrie avait été érigé en 1849. Endommagé par un incendie, il a été rebâti en 1876. En 1906, un étage et deux ailes ont été ajoutés à l’édifice principal en pierres grises.

Considéré comme ayant une valeur patrimoniale « supérieure » par la MRC de D’Autray — qui a aussi qualifié de « supérieur » son état physique —, l’ancien couvent abrite depuis des années le centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) Sainte-Élisabeth.

 

Mais selon les trois appels d’offres publiés par la Société québécoise des infrastructures (SQI) le 18 janvier dernier et dont Le Soleil faisait état lundi, l’ancien couvent sera démoli pour faire place à un nouvel immeuble plus fonctionnel. « Construit en 1877, cet ancien couvent des Soeurs de la Providence sera démantelé dans le cadre d’un projet distinct hors de la portée du mandat actuel », précise l’appel d’offres pour les services professionnels en architecture de la Maison des aînés.

La construction du nouveau bâtiment de trois étages « à l’ambiance chaleureuse » coûtera 14,9 millions de dollars avant taxes, sans compter les honoraires et les frais de démolition de l’immeuble patrimonial. Rappelons que la réalisation de Maisons des aînés était une promesse électorale de François Legault pour remplacer les CHSLD.

Selon le journal régional L’Action d’Autray, le projet de construction neuve vise à « éviter des travaux de l’ordre de 2 millions pour la mise à niveau de la sécurité » du bâtiment.

Problèmes de gicleurs

L’ancien couvent, situé au 2410, rue Principale, est jugé vétuste. Dans la foulée de l’incendie de L’Isle-Verte, des tests effectués l’an dernier ont démontré que le système d’aqueduc municipal n’était pas en mesure d’assurer le fonctionnement des gicleurs aux quatre étages que compte l’immeuble. Une citerne d’eau avait même été installée devant l’immeuble afin de pallier le manque d’eau en cas d’incendie.

En 2017, le Centre intégré de Santé et de Services sociaux (CISSS) de Lanaudière a donc entrepris de déménager des résidents pour n’occuper qu’un étage, de manière à assurer la sécurité des lieux.

Le CISSS de Lanaudière dit avoir soumis deux scénarios au ministère pour la construction d’une Maison des aînés : « on défait et refait ici » ou on bâtit dans « un autre lieu ».

La réfection de l’ancien couvent de Sainte-Élisabeth ne constitue « pas une option envisagée », a indiqué au Devoir la porte-parole du CISSS de Lanaudière, Pascale Lamy. L’établissement abritant actuellement un CHSLD est « très désuet », en dépit de « plusieurs travaux de rénovation » qui y ont été effectués au cours des dernières années, selon Mme Lamy. « C’est vieux. Les planchers ne sont pas à niveau », a-t-elle précisé dans un échange téléphonique avec Le Devoir.

Le cabinet de la ministre de la Culture, Nathalie Roy, s’est mis à la tâche de « vérifier l’ensemble du dossier », a indiqué l’attachée de presse Brigitte Roussy lundi après-midi.

La ministre responsable des Aînés et des proches aidants, Marguerite Blais, effectuera une « annonce officielle » dans laquelle elle spécifiera le lieu choisi pour accueillir le premier « milieu de soins de longue durée » (MSLD) prochainement. La SQI semble cependant l’avoir prise de vitesse.

« Si ce couvent-là fait partie du patrimoine…, vous savez qu’il y a une ministre de la Culture qui est responsable du patrimoine qui s’appelle Nathalie Roy. On pourra discuter avec elle pour voir ce qu’on peut faire avec ce bâtiment », a déclaré Mme Blais lors d’un point de presse lundi.

De son côté, la SQI n’a pas été en mesure de fournir des renseignements supplémentaires au Devoir lundi.

Le coeur du village

L’ancien couvent de Sainte-Élisabeth, qui est répertorié dans l’inventaire de la MRC de D’Autray, est considéré comme ayant une valeur patrimoniale supérieure. Il apparaît aussi dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec, mais il n’est pas classé et ne bénéficie d’aucune protection particulière.

« L’ancien couvent est vraiment au coeur du village. Ça va avoir un grand impact, ce qui va être fait avec ce bâtiment », note Marie-Julie Asselin, responsable de la culture et du patrimoine à la MRC de D’Autray. À proximité de l’édifice se trouvent l’église moderne de Sainte-Élisabeth de Hongrie (1953) ainsi que le presbytère (1874) en pierres grises. « Ces bâtiments composent vraiment le noyau villageois. »

L’ancien couvent est particulier parce qu’il comporte une aile plus ancienne de pierres grises, à laquelle ont été ajoutées une portion en brique de style Beaux-Arts ainsi qu’une section très contemporaine. « La façade en pierres grises fait un bel écho au presbytère, situé en face, qui lui, est protégé. »

Sainte-Élisabeth, une municipalité comptant 1400 habitants, a accordé le statut de citation à ce presbytère, mais pas au couvent. « La complexité avec le couvent, c’est que c’est un bâtiment qui appartient au gouvernement. Une municipalité ne peut pas citer un bâtiment qui appartient à une instance gouvernementale supérieure », explique Marie-Julie Asselin.

L’ancien couvent est jugé en bon état par la MRC de D’Autray, qui a inventorié quelque 2000 bâtiments sur le territoire. Mais Mme Asselin signale que l’évaluation a été faite à partir d’observations extérieures. L’intérieur n’a pas été inspecté dans le cadre de cet exercice.

Joint lundi, le maire de Sainte-Élisabeth, Louis Bérard, a décliné notre demande d’entrevue.

Avec la collaboration de Dave Noël

22 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 22 janvier 2019 05 h 03

    Ce n'est pas la bonne démolition...

    Ce n'est pas l'ancien couvent des Soeurs de la Providence qui doit être démoli pour vétusité et coûts de mises à niveau élevés mais la Société québécoise des infrastructures (SQI) qui doit être démantelée, et tout son personnel congédié sans égard au grade et tire d"occupation.
    La Société québécoise des infrastructures a à moult reprises démontré son incurie administrative, comme si l'on avait besoin de "remarks" pour s'en rendre compte. En fait, il s'agit d'une autre patente, créature faisant partie des 2004 sociétés périe-gouvernementale, "made in GV-Q" pour y assoir les copains et amis des petits copains.

  • Samuel Prévert - Inscrit 22 janvier 2019 07 h 16

    Destruction massive des traces de notre passé

    Odieux.

  • Yvon Bureau - Abonné 22 janvier 2019 08 h 23

    CLSC 24/7 ou CLSC 18/7

    Ces CLSC, d'abord et avant tout, pour favoriser/coordonner la proche aidance et surtout le maintien à domicile.

    Ce serait moins éclatant mais plus approprié aux demandes de la population. Et ce serait si simple et peu coûteux.

    CLSC 24/7, ô CLSC 24/7, que de ...

    Pour du mieux et du meilleur, au même prix et même moins,
    Moins de GMS et Plus de CLSC.

  • André Hamel - Abonné 22 janvier 2019 08 h 48

    Pourtant,

    Pourtant, en Europe, ils arrivent à conserver des bâtiments datant du moyen-âge !

    Faudrait leur demander c'est quoi leurs trucs.

    ... à moins que ce ne soit une question de manque de culture.

    André Hamel

    • Françoise Maertens - Abonnée 22 janvier 2019 14 h 01

      Vous avez bien raison!!!

  • Denis Paquette - Abonné 22 janvier 2019 08 h 48

    démolir et reconstruire peut être est ce tout a fait nous

    encore et encore , peut être est-ce dans notre nature de démolir et reconstruire

    • Jean-Charles Morin - Abonné 22 janvier 2019 16 h 07

      Vous voulez sans doute dire: "démolir SANS reconstruire".