Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Le pré-record du jour: le «shutdown»

    Le pré-record du jour: le «shutdown»

    Après 21 jours de paralysie administrative aux États-Unis, c'est aujourd'hui que la marque du plus long shutdown de l'histoire est égalée aux États-Unis. Sous la présidence de Bill Clinton, le pays avait en effet connu 21 jours d'arrêt — entre le 16 décembre et le 6 janvier 1996 — en raison d'une mésentente autour du Medicare. Cet anniversaire sera-t-il célébré avec une entente?

    Cette issue est plutôt improbable. Le président américain a une nouvelle fois défendu hier son projet de mur dans la ville de McAllen, à la frontière avec le Mexique, et a même annulé sa présence au Forum économique de Davos étant donné la paralysie administrative. Quant aux discussions avec les démocrates, elles sont au point mort.

  • Un an de lockout chez ABI

    Un an de lockout chez ABI

    Pour souligner le premier anniversaire du lockout à l'Aluminerie de Bécancour (ABI), des employés de l'entreprise iront manifester en début d'après-midi devant le bureau du député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel. Des représentants syndicaux seront sur place.

    Depuis un an, le sort d'ABI met à cran tant les employés que les élus de la région. Pour le maire de la municipalité, la disparition de l'entreprise, qui génère une forte activité économique, serait une « catastrophe pour la région ». Pour l'instant, les deux parties demeurent campées sur leurs positions malgré les négociations et une médiation menée en décembre.

  • L'annonce du jour: le glyphosate

    L'annonce du jour: le glyphosate

    Des fonctionnaires de Santé Canada doivent tenir en début d'après-midi une séance d'information au sujet du glyphosate, ce puissant herbicide utilisé partout dans le monde et principal agent actif du Roundup de Monsanto. Si on ne sait pas exactement ce qu'ils annonceront (ce pourrait être, par exemple, un changement à la réglementation), on sait toutefois que le sujet est d'envergure. 

    Au printemps 2017, Santé Canada avait en effet renouvelé l'autorisation du glyphosate au pays pour une période de quinze ans. Mais l'automne dernier, avec la révélation des Monsanto Papers et la condamnation de Monsanto par un jury américain dans un procès sur les effets cancérigènes de ses herbicides, Santé Canada a annoncé qu’il reprenait l'analyse de centaines d’études qui avaient mené à sa décision.