Un policier témoigne au procès pour agression sexuelle d’un ex-chauffeur de taxi

Bassam Al-Rawi fait face à un chef d’agression sexuelle, pour des événements qui se seraient produits en mai 2015.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Bassam Al-Rawi fait face à un chef d’agression sexuelle, pour des événements qui se seraient produits en mai 2015.

Le nouveau procès d’un ancien chauffeur de taxi de Halifax accusé d’avoir agressé sexuellement une passagère intoxiquée a commencé lundi avec le témoignage d’un enquêteur de la police.

Bassam Al-Rawi fait face à un chef d’agression sexuelle, pour des événements qui se seraient produits en mai 2015. Il avait d’abord été acquitté, mais la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse avait renversé le verdict en janvier dernier.

Le premier témoin appelé par la Couronne, lundi, était le détective Marshall Hewitt, qui travaillait à l’époque à la section de l’identité judiciaire de la police de Halifax.

M. Hewitt a relaté devant la cour provinciale qu’il avait d’abord photographié Bassam Al-Rawi, menotté, alors qu’il se trouvait au poste de police dans les premières heures du 23 mai 2015.

Le policier avait alors pris des échantillons d’ADN sur ses mains, sa bouche et ses parties génitales.

M. Hewitt avait remarqué que le pantalon de l’homme était déboutonné lorsqu’il l’a aperçu.

Le policier, qui travaille maintenant dans la section des enquêtes générales, avait conservé certains vêtements du suspect qui avaient été saisis, dont un chandail blanc, un jean et des sous-vêtements.

Il a aussi décrit des photos qu’il avait prises du taxi, qui avait été saisi dans le cadre de l’enquête.

« Il semble que le siège du chauffeur était incliné davantage que le siège du passager avant », a-t-il raconté.

Un téléphone cellulaire rose, un sac à main et un billet de 20 $ avaient été saisis dans le véhicule. Un condom et un portefeuille étaient aussi dans la console centrale de la voiture, selon le policier.

Lorsqu’il a été contre-interrogé par l’avocat de la défense Ian Hutchison, M. Hewitt a confirmé que le propriétaire du condom était inconnu.

« Il n’y a rien d’illégal à avoir un condom dans un véhicule, n’est-ce pas ? », a demandé l’avocat.

« Non », a répondu M. Hewitt.

Une autre arrestation

Par ailleurs, la police de Halifax a annoncé lundi l’arrestation d’un autre chauffeur de taxi qui est accusé d’agression sexuelle. Selon la police, le chauffeur de 36 ans s’en serait pris à une cliente pendant la fin de semaine.

La police régionale de Halifax dit avoir reçu un appel dimanche à 5 h lui signalant une agression sexuelle qui serait survenue quelques minutes plus tôt.

Le chauffeur aurait reconduit la présumée victime à une résidence de Halifax et l’aurait agressée sexuellement alors qu’elle était encore dans la voiture.

Les policiers ont fait enquête et ont arrêté l’homme plus tard dans la journée. L’individu a été libéré en attendant sa comparution, et son permis de taxi a été suspendu par la municipalité régionale de Halifax.