Une coalition se forme contre la hausse de l’âge légal pour la consommation de cannabis

Le projet de loi 2 du gouvernement Legault fait passer à 21 ans l’âge pour un accès légal au cannabis.
Photo: Darryl Dyck Archives La Presse canadienne Le projet de loi 2 du gouvernement Legault fait passer à 21 ans l’âge pour un accès légal au cannabis.

Unis contre la répression. Une coalition formée de médecins, de chercheurs et de spécialistes en santé publique est partie en guerre lundi contre le rehaussement à 21 ans de l’âge légal envisagé par Québec pour la consommation de cannabis. Un resserrement qui tient du « geste politique », dénoncent-ils, plus que d’une préoccupation pour la santé publique, tout en faisant fi des avis d’experts majoritairement en faveur d’un âge légal cohérent avec celui du tabac et de l’alcool.

En matière de santé publique, « il y a de meilleurs moyens que la répression, a résumé Isabelle Samson, médecin spécialiste en santé publique et présidente de l’Association des spécialistes en médecine préventive du Québec, par voie de communiqué. Plus de 40 % des 18-20 ans qui consomment déjà du cannabis, soit 110 000 jeunes, vont être contraints de s’approvisionner sur le marché illicite, sans accès à du cannabis de qualité contrôlée ».

« Ces jeunes adultes seront privés des activités de prévention, comme les conseils de consommation responsable donnés par les employés formés de la Société québécoise du cannabis. En ignorant les 18-20 ans, la société perd une occasion de réduire les impacts à la santé de leur consommation », a ajouté David-Martin Millot, médecin spécialiste en santé publique à la Direction de santé publique de la Montérégie et professeur-chercheur en toxicomanie à l’Université de Sherbrooke.

La semaine dernière, le gouvernement du Québec est allé de l’avant en déposant son projet de loi 2, qui vise à resserrer le cadre autour de la consommation du cannabis légal. Le projet étend les interdictions de consommer dans les lieux publics et augmente à 21 ans l’âge pour un accès légal à cette substance.

« Il n’y a aucun argument logique ni scientifique pour que l’âge d’accès au cannabis soit plus tardif que l’âge d’accès à l’alcool ou au tabac », a indiqué Jean-Sébastien Fallu, professeur à l’école de psychoéducation de l’Université de Montréal, qui a pris part à cette coalition. Une revendication appuyée par Émilie Dansereau-Trahan, spécialiste de contenus en substances psychoactives à l’Association pour la santé publique du Québec, qui a rappelé lundi que 60 à 67 % des experts consultés partout au Québec pour préparer l’actuelle loi encadrant le cannabis sont pour un âge légal cohérent avec celui du tabac et de l’alcool.

« Actuellement, l’État considère les personnes âgées de 18 ans et plus comme étant en droit de voter, de consommer de l’alcool et du tabac et d’avoir un permis pour la possession d’une arme à feu, mais l’État continuera de sévir pour le cannabis avant 21 ans, parce qu’il veut leur bien… Il y a manque de cohérence », a-t-elle indiqué.

Si le projet de loi est adopté en l’état, Québec deviendra la province canadienne la plus restrictive en matière d’accès au cannabis. Or, « si le gouvernement souhaite réellement avoir un impact sur la santé des jeunes, c’est dans la prévention qu’il doit investir, plutôt que dans des mesures répressives », estime Robert Perreault, psychiatre membre de l’Association des spécialistes en médecine préventive du Québec.