Un vent francophile souffle sur l'Ontario

Une quarantaine de rassemblements se sont tenus en Ontario, samedi, pour dénoncer les compressions du gouvernement Ford dans les services aux francophones.
Photo: Lars Hagberg Agence France-Presse Une quarantaine de rassemblements se sont tenus en Ontario, samedi, pour dénoncer les compressions du gouvernement Ford dans les services aux francophones.

L’heure est à la résistance pour les francophones de l’Ontario échaudés par les décisions du gouvernement Ford. Mais si on s’attardait un instant à la francophilie ontarienne pour comprendre comment certaines vieilles tensions et rancoeurs s’essoufflent face à la complexité d’un nouveau paysage sociolinguistique ?

Le samedi 8 décembre, à Kingston, le théâtre du Centre culturel Frontenac présentera un concert de Noël du trio Barbecue, un ensemble de jazz manouche de Montréal qui se produit en français. Cet hiver, l’humoriste Jean-Michel Anctil se produira sur cette scène, qui programme à l’année du théâtre et des spectacles jeunesse en français. Au centre-ville de Kingston, un restaurant bien en vue tient le deuxième jeudi du mois un 5 à 7 francophone.

Il n’est pas rare d’être accueilli par un « Bonjour et bienvenue ! » dans les commerces et lieux touristiques de la ville, ou d’entendre parler français rue Princess ou au bar d’une cidrerie du coin. À l’Université Queen’s, des étudiants créent des groupes de conversation en français, parce que le bilinguisme sera un atout de plus pour lancer leur carrière ou pour avoir accès à certains documents anciens ou à des ouvrages non traduits.

Vent francophile

Il ne s’agit pas d’un mirage : un vent francophile souffle bel et bien sur le sud de l’Ontario. Selon Chantal Prud’homme, directrice du Centre culturel Frontenac, le tournage à Kingston de La petite séduction, en 2017, pourrait avoir noué l’idylle spontanée entre les Kingstoniens et le français. « Cela a mis Kingston sur la “mappe” ! Les touristes québécois connaissaient déjà Sandbanks, mais désormais, ils découvrent les croisières, le lac Ontario. Cela motive les commerçants de la ville à mieux servir la clientèle francophone. »

Depuis qu’elle a élu domicile à Kingston, il y a deux ans, la Québécoise Chantal Prud’homme observe comment cette francophilie influe sur la décision de nombreux parents du coin (francophones et anglophones) d’inscrire leurs enfants à l’école en français. « De plus en plus, les gens cherchent à offrir toutes sortes d’expériences culturelles à leurs jeunes. Ils trouvent ça important de développer le bilinguisme chez les jeunes qui vont faire la société de demain », exprime celle qui dessert aussi une clientèle d’aînés. Une clientèle qui, par simple esprit de découverte et de curiosité, aime aussi assister à des spectacles en français.

De plus en plus, les gens cherchent à offrir toutes sortes d’expériences culturelles à leurs jeunes. Ils trouvent ça important de développer le bilinguisme chez les jeunes qui vont faire la société de demain.

Si le Centre Frontenac n’a pas été touché par les politiques de Doug Ford, la directrice témoigne que l’organisme a été atteint « au coeur. » « On se sent visés, parce qu’on reçoit des subventions du Conseil des arts de l’Ontario. Pour l’instant, il n’y a pas eu d’annonce touchant le milieu culturel. Mais on est sur le qui-vive. »

Porte ouverte sur le monde

« Je suis désolé, j’aurais aimé vous parler en français pour l’entrevue ! » s’excuse John Done, un avocat de Kingston et père de deux adolescents qui ont fréquenté des programmes d’immersion et des écoles francophones de la ville. Marié à une Colombienne, John Done est un grand fervent de l’éducation en français, d’abord parce qu’il se dit privilégié de pouvoir offrir cet accès à une langue seconde à ses filles inscrites à l’école secondaire Marie-Rivier.

« S’il existait une école espagnole, c’est là qu’iraient nos filles. J’ai grandi au Manitoba, dans un contexte où on n’entendait personne parler français dans la vie courante, mais on nous forçait à l’apprendre à l’école. La réalité est bien différente aujourd’hui. Nous sommes privilégiés d’avoir ce choix. »

Certes, comprendre le français est un atout pour apprécier la dramaturgie de Jean Marc Dalpé ou la poésie de François Desbiens, mais la langue de Molière a aussi un côté utilitaire, pour des universitaires qui veulent lire Bourdieu ou Foucault dans la langue d’origine, ou des gens d’affaires soucieux de servir leurs clients.

Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin

Si en septembre dernier, Louis-Patrick St-Pierre a eu l’idée de composer un cercle de conversation en français avec ses collègues doctorants de l’Université Queen’s, c’est avant tout parce qu’il a compris que sa langue natale avait une valeur dans le monde professionnel et universitaire.

« J’ai un ami qui vient de la région du Bengale en Inde et s’intéresse à l’histoire de la poudre à canon. Il veut avoir accès à certains documents anciens liés à ce domaine de recherche qui sont seulement disponibles en français. Mon ami franco-ontarien, quant à lui, veut perfectionner son français pour améliorer ses perspectives d’emploi alors que, pour mon ami turc, c’est pour des raisons scolaires », raconte ce chercheur originaire de la Gaspésie, qui pense que les vieilles tensions « anglais-français » s’atténuent dans un contexte de mondialisation.

« Il y a toute une diplomatie qui commence à réfléchir sur le rôle de la francophonie comme résistance dans un monde où l’anglais prend toute la place. L’année passée, j’ai participé à un séminaire sur l’histoire et la mémoire de la Commémoration. J’ai rencontré des professeurs et étudiants de Queen’s qui s’étaient fait dire “Speak White.” Depuis que je suis arrivé ici il y a un an, je n’ai jamais vécu ça. »

Langue des arts et des affaires ?

À l’instar des Gabrielle Goulet, Brian St-Pierre, Stef Paquette, Andrea Lindsay, Julie Kim, Véronic DiCaire, Improtéine et Damien Robitaille, la chanteuse franco-ontarienne Melissa Ouimet poursuit une carrière dans sa langue natale et recueille la sympathie et l’intérêt des mélomanes bilingues.

Ces jours-ci, elle pense aux luttes de son père, « une tête de cochon francophone ! » « J’avais 12 ans au moment de la bataille de Montfort. Je me souviens de la signification de ces manifs, nos profs nous en parlaient, nous disaient que c’était important », dit la musicienne, aussi bien accueillie dans les provinces anglophones que dans le monde francophone. « La musique, c’est universel, c’est le monde des émotions. »

« Je pense que plusieurs anglophones voient une richesse dans la culture franco-ontarienne, qui est très vivante et vibrante. Pour plusieurs d’entre eux, c’est une façon de s’initier au français », estime Chantal Prud’homme.

Cela dit, les cours de français pour les adultes de Kingston recrutent de plus en plus de francophones établis en Ontario, qui veulent renouer avec leur langue maternelle, et d’anglophones souhaitant maîtriser le français pour se débrouiller au Québec ou dans les pays de la francophonie. « Un peu comme d’autres apprennent l’italien ou l’espagnol », fait remarquer Chantal Hudon, la directrice générale de la Route du savoir à Kingston.

« D’année en année, la clientèle augmente. Plusieurs employeurs paient d’ailleurs des cours de français. C’est un peu le même phénomène que pour les francophones qui s’intéressent à l’anglais pour être polyvalents, converser plus facilement et avancer dans leur profession. »