Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Le G20 commence

    Le G20 commence

    Un quartier complet de Buenos Aires est maintenant bouclé par les forces de sécurité pour mettre à l’abri les dirigeants des pays, dont Justin Trudeau, qui participent au sommet du G20. L’aréopage en Argentine cumule 85 % du PIB mondial.

    Des manifestations se dérouleront loin du périmètre de sécurité. L’embarrassante participation de Mohammed ben Salmane risque de stimuler les protestations et peut-être même des critiques de certains chefs d’État.

    Le prince héritier saoudien effectue sa première grande sortie mondiale depuis l’assassinat par son régime de fer du journaliste Jamal Khashoggi, en Turquie. Celui qui est surnommé MBS a visité quatre pays arabes avant son arrivée en Amérique du Sud. Il a été vertement conspué par des manifestations publiques plus tôt cette semaine en Tunisie.

  • Ça barde

    Ça barde

    L’affrontement commence. Le nouveau gouvernement caquiste subit son baptême du feu parlementaire à Québec, au lendemain du discours inaugural du premier ministre, François Legault.

    Le cabinet compte un nombre record de recrues, avec deux et seulement deux ministres expérimentés, soit Marguerite Blais, une ex-libérale, et François Legault lui-même, un ex-péquiste.

    La première question de l’opposition officielle libérale pourrait porter sur les moyens envisagés pour lutter contre la pénurie de main-d’oeuvre alors que le nouveau gouvernement veut abaisser les seuils d’immigration.

  • À la manifestation

    À la manifestation

    Les employés de la SAQ profitent de ce premier affrontement parlementaire pour faire grève et appeler à une grande manifestation dans la capitale nationale. Les quelque 5500 syndiqués sont affiliés à la CSN. Ils réclament « la protection de leur pouvoir d’achat ».

    Leur convention collective est échue depuis le 31 mars 2017. Les mandats de grève votés prévoient encore quatorze journées de débrayage à la pièce.

    [Mise à jour: jour de grève et manifestation des 5500 syndiqués de la SAQ]

  • L’Ontario verte…

    L’Ontario verte…

    On pourrait rire jaune. Le gouvernement progressiste-conservateur de l’Ontario dévoile dans les prochaines heures son plan pour lutter contre les changements climatiques.

    Le chef Doug Ford promettait en campagne électorale de retirer la province du marché du carbone proposé par les libéraux fédéraux tout en proposant des solutions politiques pour le climat.

    En même temps, comme pour en rajouter dans le malaise, le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, et le commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Michel A. Carrier, témoignent devant le Comité permanent des langues officielles à Ottawa.