Le moulin du Petit-Sault en partie rasé à la pelle mécanique

Le moulin, datant de 1823, était pourtant classé de longue date par le gouvernement.
Photo: Robert Tremblay Le moulin, datant de 1823, était pourtant classé de longue date par le gouvernement.

Le moulin du Petit-Sault à L’Isle-Verte finira-t-il par échapper à la démolition complète ? Après qu’il s’est désagrégé et qu’une partie de sa structure s’est retrouvée à entraver le cours des eaux, une pelle mécanique a fait disparaître une large portion de ses vestiges samedi. Environ le tiers du bâtiment demeure pour l’instant debout.

Le propriétaire actuel, Yves Côté, a obtenu les autorisations nécessaires pour enlever les parties qui ont fini par s’effondrer et qui risquaient désormais d’entraver le débit de la rivière. Les murs est et sud du vieux moulin ont été mis à terre. L’intervention de la pelle mécanique survient près d’un an après l’obtention des autorisations, à la veille de la dure saison. Selon le ministère de la Culture et des Communications, le propriétaire a signalé sa volonté de restaurer le moulin.

Ce bâtiment historique, datant de 1823, était pourtant classé de longue date par le gouvernement. L’État québécois avait en effet reconnu dès 1962 son intérêt majeur. Fait de pierres dans un plan rectangulaire à deux étages, ce moulin à farine est situé près de la route 132, le long d’une chute, un « sault » en ancien français. Les citoyens ont pu le voir se désagréger petit à petit au fil du temps, même s’il est censé être protégé par l’État depuis près de soixante ans.

Appelée à réagir, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a indiqué par voie de communiqué que « les travaux visent à freiner la détérioration du bien classé en vue de sa restauration par le propriétaire ». De plus, elle ajoute que son « ministère suivra de très près les travaux et accompagnera le propriétaire dans ses démarches ».

La ministre Roy promet surtout d’agir rapidement pour que des situations pareilles soient mieux encadrées. « Notre gouvernement agira pour renforcer l’obligation d’entretien [auprès des] propriétaires récalcitrants. Je ferai connaître mes intentions au cours des prochains jours », en collaboration, dit-elle, avec la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest.

Qui est responsable ?

En 2016, le Réseau d’information sur les municipalités avait demandé des comptes aux élus locaux à l’égard du bâtiment, dont la toiture venait de s’effondrer dans l’indifférence quasi générale, bien qu’il s’agisse du « plus ancien moulin à farine qui subsiste dans le Bas-Saint-Laurent ». C’est un des plus vieux sites historiques reconnus de tout le Bas-Saint-Laurent.

On arrêta d’utiliser ce moulin à farine dans les années 1940. Sa grande roue fut sortie au milieu des années 1950. Le moulin à eau du Petit-Sault de L’Isle-Verte, connu aussi sous le nom de Moulin à eau Robert-Lagacé, fut laissé à lui-même, malgré son intérêt patrimonial reconnu par le gouvernement du Québec dès 1962.

Photo: Domaine public Le moulin à farine de l’Isle-Verte en 1925.

Construit en pierres des champs, il a été victime du manque d’entretien de ses propriétaires et de soutien de la part du gouvernement. Selon Monique Lagacé, fille de celui qui fut propriétaire du moulin jusqu’en 1971, le ministère de la Culture du temps avait demandé des travaux de solidification, « mais les travaux avaient été bâclés ». Selon les explications qu’elle a fournies au Devoir, son père « a demandé la permission de démolir le moulin […] et le ministère des Affaires culturelles [a] refusé la démolition ». Le Conseil de la culture de l’Est-du-Québec, au début des années 1980, a fait en vain de nombreuses démarches auprès du gouvernement pour qu’on s’occupe enfin du bâtiment. Depuis 2010, plusieurs citoyens avaient milité pour qu’on s’occupe du moulin laissé à l’abandon.

Une structure de protection était présente au début des années 2000, mais celle-ci a fini par aussi montrer des faiblesses. En 2010, la propriétaire des lieux était une Montréalaise qui se disait prête à le céder à qui voudrait bien s’en occuper, à la suite de l’insistance de citoyens qui notaient l’urgence de la situation. En 2012, le quotidien Le Soleil notait que le nouveau propriétaire, Yves Côté, souhaitait tout simplement le démolir pour reconstruire sur place un immeuble de trois étages. Yves Côté avait déclaré que ça lui « fendait le coeur de voir le moulin dépérir aux abords de la route 132 » et que c’est pour cette raison qu’il en avait fait l’acquisition. Son projet était de reconstruire un lieu d’interprétation lié à l’univers des meuniers. Le ministère de la Culture, responsable de l’application de la loi, avait alors dit que celle-ci serait respectée. La destruction d’une partie du bâtiment, notamment à l’aide d’une pelle mécanique, est aujourd’hui présentée par la ministre comme une étape de la restauration, ce dont plusieurs spécialistes doutent, considérant la nature des travaux.

L’avocat Charles Breton-Demeule, administrateur à la Fédération Histoire Québec, considère que cette nouvelle affaire de destruction d’un bâtiment historique soulève des questions importantes quant à l’attention que nous accordons au Québec aux bâtiments patrimoniaux. « Le système de classement fait en sorte qu’on peut limiter l’exercice du droit de propriété au nom de l’intérêt collectif. […] Malheureusement, il y a une certaine frilosité, d’un point de vue politique, à imposer une obligation d’entretien aux propriétaires récalcitrants. C’est tout à fait malheureux, car le législateur aurait la possibilité de rendre la loi plus sévère, mais ne le fait pas entre autres pour cette raison, parce que le droit de propriété jouit d’une importance qui est trop souvent incompatible avec la protection du patrimoine. »