Latimer blâme la Cour suprême

Ottawa — Robert Latimer estime que la Cour suprême du Canada a «inventé» des traitements médicaux en rendant sa sentence contre lui en 2001.

Ce fermier de la Saskatchewan qui a déjà passé trois ans en prison pour le meurtre de sa fille gravement handicapée exige des explications de la plus haute cour du pays, mais il n'a aucunement l'intention, dit-il, de demander la clémence.

M. Latimer n'en revient toujours pas que sept juges de la Cour suprême aient conclu à l'unanimité qu'il avait d'autres solutions médicales que le meurtre de sa fille par compassion.

«S'ils sont si fiers de leur jugement, alors pourquoi ne fournissent-ils pas d'explication?», a-t-il demandé lors d'une rare interview accordée de sa cellule au pénitencier à sécurité minimum William Head, en Colombie-Britannique.

La Cour suprême a jugé en 2001 que Latimer devra rester un minimum de dix ans de prison pour meurtre au deuxième degré. Dans son jugement, la Cour suprême évoquait, mais sans rien préciser, une médication «plus efficace» que Latimer aurait pu utiliser pour aider Tracy.