Paysages et visages du simple soldat

Des militaires canadiens se reposent dans des trous d’obus en marge de la bataille d’Amiens, en août 1918.
Photo: Ministère de la défense nationale – Bibliothèque et Archives Canada. PA-000262 Des militaires canadiens se reposent dans des trous d’obus en marge de la bataille d’Amiens, en août 1918.

Plus de 600 000 Canadiens se retrouvèrent sous les drapeaux de l’Empire britannique entre 1914 et 1918. Environ 60 000 n’en revinrent pas.

Les témoignages directs des soldats canadiens-français de la Première Guerre mondiale sont rares. Très rares. Gens de peu, plongés au milieu de conditions insoutenables pour des motifs qui échappent le plus souvent à l’entendement, il ne leur venait pas à l’idée, au milieu de leur enfer, de coucher par écrit des souvenirs qu’ils ne demandaient à l’avance qu’à oublier au plus vite.

Pour échapper à leur enfer au beau milieu de la guerre, l’humour devint parfois une arme. La plaisanterie sur un ton badin se trouve chez le soldat qui cherche à supporter le difficile. Mais on trouve aussi chez les soldats, toujours sous le couvert commode de l’humour, des critiques acérées de leur condition, explique Bernard Andrès, professeur émérite de l’UQAM.

Bernard Andrès s’est attaché à étudier les récits de Canadiens français. « Il y en a très peu, remarque-t-il. Une poignée, à peine. Il y en a plus au Canada anglais. » Mais il note que dans ces rares témoignages écrits existe « une méchante ironie », qui va même en certains cas jusqu’au pamphlet. « Il y a un humour de base, trivial, dans les écrits de l’époque. Mais il y a aussi un humour réflexif », dit-il en entrevue au Devoir à l’occasion du centenaire de l’armistice.

Photo: Musée Royal 22e Régiment. PH-172-0176 Des membres du 22e Régiment, composé en grande majorité de soldats canadiens-français, dans les tranchées en juillet 1916.

En marge de trois expositions temporaires présentées par le Musée du Château Ramezay à l’occasion de ce centenaire, Bernard Andrès propose sur place, le 11 novembre 2018, à compter de 13 h 30, une conférence intitulée « La fine fleur de l’humour en 14-18. Témoignages de soldats canadiens-français ».

Andrès vient de faire paraître L’humour des Poilus canadiens-français de la Grande Guerre (PUL). Des écrits des soldats Paul Caron, Noël et Henri Chassé, Claudius Corneloup, Joseph Lapointe, Joseph Lavoie et Moïse Martin, sans compter les illustrations tirées des livres et des journaux d’époque, il a tiré les meilleures pointes lancées contre les officiers et les sous-officiers.

« Par moments, ça frôlait l’insubordination. Si on en juge d’après leurs écrits, ces soldats ont été l’objet de mesures injustes », que leur humour montre du doigt. Sans remettre en cause l’armée, comme cela se fera ailleurs, ces soldats canadiens-français dénoncent une structure militaire britannique qui n’est pas propre à assurer leur inclusion dans un registre de commandements où ils se sentiraient, à tout le moins, dûment représentés.

Question de drapeaux

Pour plusieurs engagés canadiens-français, il est impensable de se battre pour l’Empire britannique. C’est ainsi qu’on trouvera au Québec un fort mouvement contre la conscription obligatoire. Le sentiment qui conduit nombre de Canadiens français à la guerre, sous l’uniforme canadien ou autre, n’en devient que plus intéressant. L’élan pour l’Empire n’était certainement pas du même ordre qu’au Canada anglais, où la moitié des engagés étaient nés au Royaume-Uni. C’est ainsi qu’on a pu plusieurs fois menacer Henri Bourassa, le directeur du Devoir, fermement opposé à la conscription, de le pendre haut et court à la première occasion.

Pour certains, l’engagement se fera sous les drapeaux d’une autre armée. Au parc La Fontaine, à Montréal, un monument rappelle les noms de 106 jeunes hommes de la ville qui se sont engagés dans l’armée française. Ils n’étaient pourtant pas tous d’origine française, ces engagés de Montréal. « Six étaient des Canadiens français qui se sont portés volontaires », explique l’historien et généalogiste Marcel Fournier, qui vient de consacrer un ouvrage à ces soldats.

Photo: Musée Royal 22e Régiment. PH-172-0172 Les soldats du 22e Régiment bivouaquent à proximité du front de la bataille d’Amiens.

Dans Les soldats français de Montréal morts en Europe, Marcel Fournier fait remarquer que ce monument aux engagés sous le drapeau français est le seul du genre au Canada. Mais au Québec seulement, ils ont pourtant été 1200 à s’engager sous les drapeaux de cette armée. De ces soldats, plusieurs étaient bel et bien inscrits dans la réalité québécoise de longue date.

C’est le cas de Paul Caron. Né en 1889 à Montmagny, entré au service du journal Le Devoir en 1909 à titre de sténographe, puis comme journaliste deux ans plus tard, Caron signera plusieurs chroniques dans le journal. Catholique ultra, dans l’esprit nationaliste d’un Henri Bourassa, Caron envoyait régulièrement ses écrits au journal. On y perçoit son vif sentiment de mener une guerre juste, au milieu de conditions pourtant nouvelles. « Il n’y a plus de bataille, c’est un embrasement général. Mourir le coeur troué par une balle ou une baïonnette ennemie, c’est triste, sans doute, mais […] autre chose est de se faire occire à distance par un engin qui vous tombe dessus sans crier gare et contre lequel vous ne pouvez rien », écrit-il dans Le Devoir en 1915, en donnant ainsi une idée de ce nouveau type de guerre menée avec des moyens industriels. Le 16 avril 1917, Caron est tué sous l’uniforme français à Nivelle, dans le nord, à titre d’adjudant du 133e Régiment d’infanterie. Ses chroniques ont été rassemblées et commentées par Béatrice Richard, doyenne à l’enseignement du Collège militaire royal de Saint-Jean.

Garder une trace

« Les francophones ont été plus enclins à s’engager quand le 22e Régiment a été mis en place. Là, ils pouvaient au moins être commandés en français », dit l’historien Mourad Djebabla-Brun, professeur au Collège militaire royal du Canada à Saint-Jean-sur-Richelieu, qui vient de faire paraître, à l’enseigne de l’éditeur Septentrion, les carnets de guerre du soldat Joseph Alphonse Couture. « Avec les écrits de Couture, on se rend compte que les Canadiens français se trouvaient aussi dans des unités anglo-saxonnes. » Souvent, explique l’historien, ces Canadiens français servaient de sauf-conduits une fois en Europe. « On les mettait devant, comme premier contact avec les populations, parce que les liens étaient beaucoup plus faciles avec les Canadiens français, à cause de la culture et de la langue », explique le professeur Djebabla-Brun au Devoir.

Dans ses carnets publiés sous le titre Du Saint-Laurent au Rhin, le soldat Couture note la proximité qui se trouve à l’unir avec les Français et les Belges de la Wallonie. « Il parle avec émerveillement de sa découverte de l’Europe, de ses permissions à Londres, mais surtout de Paris, des théâtres, des amusements. Pour lui, c’est vraiment l’émerveillement. » Il vient de Saint-Agapit. Il a 19 ans. Il écrit comme il parle, très simplement. « Il veut garder une trace. Il écrit. » Une trace d’émerveillement, au beau milieu de l’horreur de cette guerre.

Enjeux de l’après-guerre

Pour souligner les 100 ans de l’armistice, la Fédération Histoire Québec et le Collège militaire royal de Saint-Jean organisent au collège militaire une rencontre scientifique qui abordera la fin des hostilités et les effets de la sortie de guerre au Québec, sous le titre général « Défis et enjeux de l’après-guerre au Québec ». Plusieurs conférenciers seront présents, dont Bernard Andrès, Marcel Fournier et Béatrice Richard. Après l’ouverture officielle vendredi soir, l’événement a lieu toute la journée aujourd’hui, samedi 10 novembre, à compter de 8 h 30, et le public est invité.