La participation citoyenne renforce la démocratie

Institut du Nouveau Monde Collaboration spéciale
La participation citoyenne est en plein changement, au contact d’une multitude de facteurs.
Photo: Alexandre Claude La participation citoyenne est en plein changement, au contact d’une multitude de facteurs.

Ce texte fait partie du cahier spécial Institut du Nouveau Monde

La participation citoyenne occupe une place centrale dans cette édition de L’état du Québec. Avec le 15e anniversaire de l’INM, l’occasion était belle de faire le bilan de l’évolution de la participation au Québec. Dans cette optique, nous avons invité cinq experts à réfléchir aux manières dont elle s’est développée, depuis 15 ans, et à proposer des pistes d’actions et de réflexion pour les 15 années à venir.

Ces analyses montrent que la participation citoyenne est en plein changement, au contact d’une multitude de facteurs, dans les mouvements sociaux, dans les villes, ou dans certaines pratiques politiques. Que ce soit en éducation, en santé ou en politique électorale, la population doit rester à l’affût des débats politiques et être incluse dans les réflexions à leur sujet.

Retour et perspectives sur 15 ans de participation citoyenne

À titre de directrice générale de l’INM, Julie Caron-Malenfant signe un bilan de l’évolution de la participation au Québec. Contribuent également à la réflexion d’autres analyses, comme celle du politologue de l’Université Laval François Gélineau, qui présente les hauts et les bas de la participation électorale en s’intéressant plus particulièrement au taux de participation des jeunes ; celle de l’expert des mouvements sociaux et chargé de cours à l’UQAM Marc-André Cyr, qui propose un bilan critique de la répression des mouvements sociaux au Québec ; ou celle de la professeure à l’Université de Montréal Laurence Bherer, qui revient sur l’évolution des mécanismes de participation publique en urbanisme. La professeure à l’UQAM Eve Seguin conclut cette section spéciale sur la participation citoyenne avec une critique de la technocratisation du politique en cours au Québec et ailleurs dans le monde, elle qui estime que la technocratie irait jusqu’à remettre en cause la démocratie partisane.

Des experts d’horizons divers présentent également des analyses originales de la place de plus en plus importante accordée à la participation citoyenne, dans différents secteurs. Jonathan Durand Folco, par exemple, réfléchit à la participation citoyenne dans les municipalités. Marie-Dina Salvione s’intéresse au lien entre participation citoyenne et patrimoine, et Louise Lortie au rôle de la consultation publique dans le développement de projets en éducation.

Pour favoriser le développement d’un « réflexe citoyen », la chercheuse à l’Université de Montréal Valérie-Anne Mahéo a d’ailleurs mené une étude auprès d’enfants du primaire et de leurs parents en proposant un projet d’éducation citoyenne visant à développer des comportements démocratiques, dont les conclusions sont présentées dans L’état du Québec 2019. Les résultats positifs de cette étude démontrent l’importance du travail à faire en amont pour développer chez les Québécois le goût de la participation et les compétences civiques pour exercer celle-ci.

Notre démocratie ne s’en portera que mieux.

Une réforme attendue du mode de scrutin

La réforme du mode de scrutin a été remise à l’ordre du jour lors de la campagne électorale fédérale de 2015 avec la promesse des libéraux de Justin Trudeau de faire de cette élection la dernière avec le mode de scrutin actuel.

Au Québec, le Parti québécois (PQ), la Coalition avenir Québec (CAQ), Québec solidaire (QS) et le Parti vert du Québec (PVQ) ont récemment conclu un accord transpartisan visant l’instauration pour les élections générales de 2022 d’un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire régional. Jean-Pierre Charbonneau, Hélène Daneault, Françoise David et Christiane Pelchat, qui ont respectivement été élus dans le passé pour le PQ, la CAQ, QS et le Parti libéral du Québec (PLQ), livrent dans L’état du Québec 2019 un plaidoyer pour la réforme du mode de scrutin.

Le politologue Henry Milner présente quant à lui l’état de l’avancement du processus de réforme du mode de scrutin en Colombie-Britannique et au Québec. Dans ces deux provinces, les prochaines élections pourraient se faire avec un nouveau système électoral, qui inclurait des éléments de proportionnalité. Rien ne garantit toutefois que la réforme souhaitée s’opérera. Dossier à suivre.

Une veille importante sur les politiques et services publics

L’éducation et la santé occupent bien sûr une place importante dans l’édition 2019 de L’état du Québec. Les sociologues Pierre Doray et Stéphane Moulin réfléchissent à la dramatisation de la question du décrochage scolaire alors que selon certaines études, le Québec porterait le bonnet d’âne en matière de lutte contre le décrochage scolaire. Mais la situation est-elle si dramatique qu’on le pense ?

La coordonnatrice de la Commission de l’enseignement secondaire du Conseil supérieur de l’éducation, Catherine Lebossé, présente de son côté la vision gouvernementale pour favoriser l’atteinte du plein potentiel des élèves du Québec : l’éducation inclusive, qui permettrait de mieux s’adapter à la diversité des élèves. C’est de cette manière, selon le Conseil, que nos objectifs en matière de réussite éducative seront atteints. Tour d’horizon d’une nouvelle approche en éducation.

Le professeur à l’Université de Carleton Marc-André Gagnon pose un regard critique sur les transformations des politiques du médicament en cours au Québec et au Canada et sur leurs impacts sur les citoyens, tandis que l’économiste Érik Bouchard-Boulianne et le coordonnateur du collectif Échec aux paradis fiscaux, Samuel-Élie Lesage, font le bilan de l’action du gouvernement Trudeau dans la lutte contre les paradis fiscaux, et que les chercheuses en relations internationales Juliette Bourdeau de Fontenay, Mathilde Bourgeon, Thalia D’Aragon-Giguère et Élisabeth Vallet se penchent sur la théâtralisation de la frontière québéco-américaine et sur l’effet Trump sur les flux migratoires entre le Québec et les États-Unis.

À lire à ce sujet dans «L’état du Québec 2019»

CLÉ 7 – SANTÉ
Les transformations en cours des politiques du médicament : au bénéfice des citoyens ?
Marc-André Gagnon, professeur agrégé à l’École d’administration publique de l’Université Carleton

CLÉ 19 – VILLES
Les municipalités comme tremplins potentiels de la participation citoyenne
Jonathan Durand Folco, professeur adjoint à l’École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère de l’Université Saint-Paul