Le cannabis devient légal au Québec, mais l'incertitude politique reste

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Sur le territoire québécois, le cannabis ne pourra être acheté qu’à un seul endroit : dans les succursales de la SQDC.

Ça y est : le cannabis récréatif est officiellement légal ce mercredi au pays.

Sur le territoire du Québec, il ne pourra être acheté qu’à un seul endroit : dans les 12 succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC), qui ont ouvert leurs portes à 10 h mercredi. L’achat en ligne est aussi possible.

L’arrivée au pouvoir de la Coalition avenir Québec (CAQ) a créé de l’incertitude au sein de la Société québécoise du cannabis (SQDC) qui a décidé de « mettre un frein, pour l’instant, au développement de son réseau de succursales », dont les 12 premières ouvrent officiellement leur porte ce mercredi pour répondre à l’entrée en vigueur de la loi qui légalise cette substance psychotrope, partout au Canada.

En conférence de presse, mardi à Montréal, l’architecte de la nouvelle société d’État et ex-président dans la SAQ, Alain Brunet a dit attendre de « voir les nouvelles dispositions que le nouveau gouvernement veut apporter » à la loi qui encadre actuellement la légalisation du cannabis au Québec, avant de songer à ouvrir de nouvelles succursales sur le territoire. « Faire un déploiement prudent, c’est tenir compte qu’à partir de maintenant, il va pouvoir y avoir des changements, a-t-il dit. Nous ne voulons pas investir dans des magasins pour les déplacer ensuite ou les reprendre. Je crois que la sagesse veut qu’on se donne le temps pour s’adapter ».

Au lendemain de son élection, la CAQ, dont les 74 députés ont été assermentés mardi à l’Assemblée nationale, a en effet martelé son intention de rouvrir la loi sur la commercialisation du cannabis légal pour la mettre au diapason de son idéologie. Le gouvernement de François Legault souhaite, entre autres, imposer la prohibition aux Québécois de moins de 21 ans, plutôt que 18 ans actuellement, mais aussi interdire à la grandeur de la province la consommation du cannabis dans tous les lieux publics. Son projet de loi devrait être déposé avant la fin de l’année, a-t-il promis.

Mardi, la SQDC s’est dite prête à faire face à la légalisation du cannabis, même si à peine 61 % des produits de son catalogue vont se retrouver réellement sur les tablettes à l’ouverture des portes de ses premières succursales, ce mercredi à 10 h. Une pénurie temporaire, a rassuré Jean-François Bergeron, copilote du projet de la SQDC, lors de la présentation de la succursale de la rue Saint-Hubert à Montréal, ouverte en primeur pour les médias. « Les produits additionnels vont arriver dans les prochaines semaines », a-t-il.

Photo: Martin Ouellet-Diotte Agence France-Presse Le cannabis se décline en plusieurs formes, formats et prix. L’étalage, sobre, affiche notamment les prix et la teneur en THC.

61 % : c’est 110 des 180 produits listés et qui, pour trois espèces de cannabis (Indica, Sativa, Hybride) vont se décliner en fleur séchée, en poudre, en joints préroulé, en huile, en atomiseur oral et en pilule. Le prix du cannabis de base, en fleur séchée, a été fixé à 5,25 $ le gramme, soit un prix inférieur au 7,30 $ le gramme sur le marché noir, en 2017, selon l’évaluation faite par Statistique Canada. En atomiseur de 40 ml, le cannabis liquide va être vendu 105,90 $ alors qu’en pilule, les 30 unités vont se détailler 44,90 $, selon les prix affichés dans la succursale montréalaise.

L’ensemble de ces produits vont également être offerts à l’achat en ligne. « Le site Web pourrait aller chercher 30 % des parts de marché », a estimé Alain Brunet qui a rappelé la mission sociale de la SQDC dont le mandat est « d’aller chercher les parts du marché noir, sans faire croître le marché », a-t-il résumé.

5,25 $
C’est le prix auquel se détaillera le gramme de cannabis de base en fleur séchée

Outre Montréal, Québec, Lévis, Trois-Rivières, Drummondville, Rimouski, Mirabel, Saint-Jean-sur-Richelieu et Mascouche deviennent mercredi les premières villes à offrir un service légal de distribution du cannabis.

La SQDC a par ailleurs indiqué que les travaux n’étaient pas suspendus dans les trois succursales toujours en construction à Joliette, Brossard et près du métro Berri-UQAM, mais, par la voix d’un porte-parole, n’a pas voulu confirmer si, dans ce climat d’attente, leur ouverture allait se faire à la fin du mois d’octobre, comme prévu. Rappelons que la succursale située à un coin de rue de la Place-Émilie-Gamelin, au coeur du Montréal de la toxicomanie et de l’humanité en état de détresse, métro Berri-UQAM, devait ouvrir fin octobre. Elle vise à être au coeur du marché noir que la société d’État cherche à s’approprier.

Trudeau rassure les parents

À la veille de l’entrée en vigueur de la légalisation, Justin Trudeau a voulu rassurer les parents et citoyens inquiets en rappelant que la loi fédérale vise avant tout à protéger les jeunes Canadiens. « On n’est pas en train de contrôler le cannabis parce qu’on pense que c’est bon pour la santé. Au contraire, on est en train de contrôler le cannabis parce qu’on sait que c’est pas bon pour nos enfants, c’est un produit qui n’est pas recommandé », a fait valoir le premier ministre. « Mais on sait que nous devons faire une meilleure job pour protéger nos enfants et éliminer ou réduire massivement les profits qui vont au crime organisé. »

Conservateurs et néodémocrates lui ont reproché d’avoir mal géré tout ce dossier. Le conservateur Gérard Deltell a parlé d’une « triste journée » mercredi, déplorant une fois de plus que le gouvernement fédéral légalise le cannabis alors qu’il s’agit de la « porte d’entrée des drogues dures ». « C’est de banaliser la réalité. C’est ça que fait le gouvernement Trudeau en rendant ça légal », a-t-il dit.

Le néodémocrate Matthew Dubé a quant à lui sommé une fois de plus les libéraux d’accorder immédiatement des pardons aux Canadiens qui traînent un dossier criminel en raison d’accusations de possession simple de cannabis.

Doug Ford rechigne

Justin Trudeau a eu à gérer les critiques d’un autre politicien : le premier ministre ontarien Doug Ford, qui lui a envoyé une lettre mardi arguant que les choses allaient trop vite. M. Ford dénonce notamment dans sa missive que les policiers ne seront pas prêts pour déceler la conduite avec facultés affaiblies par le cannabis car Santé Canada n’a approuvé qu’un seul appareil de dépistage de la salive.

M. Trudeau a rétorqué que les provinces avaient eu amplement de préavis, puisque son gouvernement planche sur la légalisation du cannabis depuis trois ans. « L’Ontario avait demandé de six à douze semaines pour se préparer. On leur en a donné quinze, seize. »

Son ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a renchéri que « personne ne devrait être surpris ». « À 20 minutes de minuit, de commencer à exagérer ou à tirer l’alarme à feu, je pense que ça ne sert à rien », a-t-il fait valoir en rappelant que l’Association canadienne des chefs de police s’était au contraire dite prête lundi à gérer la légalisation du cannabis à compter de mercredi. Au Québec, les corps policiers ont maintes fois assuré qu’ils devaient déjà déceler les cas de conduite avec facultés affaiblies par le cannabis depuis des années, même si la drogue était jusqu’à présent illégale.

3 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 17 octobre 2018 04 h 20

    La filiation et les preuves...

    Le père en fumait sans trop se géner, les plus vieux et les journalistes qui ont un minimum de mémoire doivent s'en rappeler. Cela faisait partie de sa grande modernité...
    Le fils en légalise l'usage, quoi de plus normal ?

    Ne pourrait-on pas parler d'une filiation dans la continuité qui a ses propres exigences...?

    Tous les chloroformes, ou les "opiums", ne sont-ils pas bons pour endormir les peuples qui pourraient déranger les tenants du pouvoir qui si habilement, les maîtrisent ?
    Plus d'alcools, plus de drogues, plus de spectacles, plus de sang présenté et ainsi, moins de rébellion. Voilà la formule mathématique et économique magique qui, avec les masses, sous masque de liberté, fait ses preuves depuis des millénaires.

    "Dort mon public dort..."

    Tourlou quand même !

  • Jacques Morissette - Inscrit 17 octobre 2018 06 h 49

    La garderie est agitée.

    Comme au temps du bug de l'an 2000, au tournant du XXIe siècle.

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 17 octobre 2018 11 h 01

    Il y a 45 ans le Rapport Le Dain, extrait:

    « C’est pourquoi nous recommandons que le gouvernement du Canada modifie la Loi réglementant certaines drogues et autres substances afin que la production et la vente de cannabis soient exemptées des infractions criminelles sous réserve d’obtention d’une licence. Certaines conditions seront attachées à l’obtention des licences ainsi qu’à la production et à la vente, conditions que nous avons tenté de préciser et qui se trouvent à la fin de ce chapitre afin de ne pas alourdir le texte. Notons immédiatement que nous proposons d’exclure les fabricants de cigarettes de la production et de la vente de cannabis.»