Un regard français sur le modèle de cohabitation à la québécoise

Selon Sabine Choquet, le vivre-ensemble canadien est notamment caractérisé par une construction identitaire spécifique, fondée sur la valorisation des différences culturelles, linguistiques et religieuses.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Selon Sabine Choquet, le vivre-ensemble canadien est notamment caractérisé par une construction identitaire spécifique, fondée sur la valorisation des différences culturelles, linguistiques et religieuses.

C’est le monde à l’envers. Ou alors c’est l’arroseuse arrosée… qui arrose.

La Française Sabine Choquet est arrivée ici il y a une quinzaine d’années pour critiquer la cohabitation multiculturaliste à la canadienne ou interculturaliste à la québécoise (elle connaît la différence). Elle en est repartie avec une thèse de doctorat et maintenant un nouvel essai exposant une compréhension lucide mais finalement favorable à cet exemple de vivre ensemble, Unis par la diversité. Ces pays forgés par leurs différences (Les Belles lettres). Elle peut même se permettre de critiquer les savants et commentateurs québécois qui n’en ont que pour le modèle de la laïcité républicaine et de l’unité nationale.

« J’ai vécu des années à Montréal et je connais la situation du Québec, dit Mme Choquet, rencontrée au Devoir la semaine dernière alors qu’elle amorçait une tournée universitaire. Je n’idéalise pas le Canada. Je connais aussi les mouvances d’extrême droite anti-immigration ici. Oui, il y a des tensions, mais vous arrivez à la cohabitation. Je crois aussi que les Français vivent dans une fabulation par rapport au Canada. Ils pensent que le multiculturalisme fait que les gens ne cohabitent pas et vivent dans l’entre-soi. Ce n’est pas du tout comme ça. Ce n’est pas la réalité que j’ai observée ici. La cohabitation dans les villes me paraît au contraire dynamique et enrichissante. »

Cette vision tranche évidemment avec les zélateurs ou les nostalgiques de la république laïque et du cadre de l’État-nation à la française. Le nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec, tout en voulant mieux intégrer les immigrants, semble un peu pousser vers ce modèle d’outre-mer avec sa volonté d’exclure les signes religieux de certaines fonctions d’autorité.

« Nous accueillons en France des intellectuels québécois qui sont très pro laïcité », dit encore Mme Choquet en citant le cas concret de Mathieu Bock-Côté, chroniqueur du Journal de Montréal et maintenant du Figaro à Paris. « Il est extrêmement écouté en France. On le prend pour modèle en disant : regardez, il dit que c’est horrible là-bas au Canada. En fait, il idéalise énormément la France et je crois qu’il faut faire attention aux imaginaires des deux côtés. »

E pluribus unum

Quels deux côtés au fait ?

D’un bord, il y a la France, État-nation qui semble assez obsédé par son unité nationale et du coup hanté par la peur de la reconnaissance de la diversité. Les particularités individuelles y sont bien sûr respectées. Seulement, dans l’espace public, c’est le vieux fantasme de l’un et de l’uniformité qui prévaut.

D’un autre bord, il y a ce que les spécialistes comme Mme Choquet nomment la consociation. Cet autre modèle, incarné en Suisse comme au Canada, se veut plus souple et conciliant vis-à-vis les différences.

« La consociation n’est pas seulement un mode de gouvernement, elle désigne aussi et surtout une forme spécifique de cohabitation fondée sur la volonté respective des groupes de préserver leurs particularités et un certain degré d’autonomie, explique-t-elle en introduction de son ouvrage Unis par la diversité. Ce vivre ensemble est aussi caractérisé par une construction identitaire spécifique, fondée sur la valorisation des différences culturelles, linguistiques et religieuses. »

Je n’idéalise pas le Canada. Je connais aussi les mouvances d’extrême droite anti-immigration ici. Oui, il y a des tensions, mais vous arrivez à la cohabitation.

 

Les plus critiques voudront conclure que la chercheure française idéalise la consociation canado-québécoise. Sabine Choquet rappelle que dans son livre elle souligne tous les travers de nos sociétés en citant les criminels internats de l’assimilation forcée des Autochtones, toujours discriminés partout, les tensions entre le Québec et le Canada ou les faillites de l’intégration à l’emploi des nouveaux arrivants.

« Ma propre conclusion, c’est qu’il faut apprendre la cohabitation dans tous les pays, réplique Mme Choquet. Il y a donc des exemples de pays qui donnent une certaine autonomie à des communautés, en leur laissant garder leur langue, leur religion, tout en développant le sentiment de vivre dans le même pays en partageant les mêmes valeurs. C’est possible quand on a deux langues officielles comme au Canada ou quatre comme en Suisse. »

Actum est de republica

Cela dit elle considère que la loi de la République française de 1905 sur la laïcité était « une bonne chose ». Seulement, la France a muté pendant un siècle et en 2004 une nouvelle loi est venu interdire le port de signes religieux à l’école. Le nouveau gouvernement du Québec ira dans un sens similaire en les bannissant pour les enseignants.

« On focalise sur une religion. La laïcité doit permettre aux gens de cohabiter ensemble dans le respect de leurs différentes croyances. C’est malheureusement ce que je déplore, en France aujourd’hui ou au Québec parfois, c’est qu’on utilise la laïcité pour discriminer des personnes sur la base de leur religion. À mon avis, c’est quelque chose de très dangereux. La laïcité de l’État pour permettre la cohabitation ? Oui. Le discours antimusulman ou antivoile ? C’est justement le chemin à ne pas prendre. Ca devient de la stigmatisation et moi je lutte contre la discrimination. »

Mme Choquet ajoute qu’on ne peut pas demander aux immigrants de s’assimiler culturellement en perdant toute distinction. Apprendre une langue commune, partager des valeurs, répondre aux lois, comprendre l’histoire du pays, tout cela peut et doit être exigé.

« Mais demander à l’immigrant de ne plus pratiquer sa religion ou d’enlever son signe religieux ou de ne pas apprendre la langue de ses parents, pour moi, c’est intolérable. Je ne vois pas en quoi garder un attachement à sa langue d’origine serait un obstacle à la cohabitation. Au contraire, je crois que plus il y a des réflexes d’intolérance à l’égard des minorités, plus se développent une polarisation entre la majorité qui ne supporte pas l’expression des différences et les minorités qui se sentent exclues. »

Elle s’y connaît d’autant plus en cette matière qu’elle est maintenant secrétaire générale du Centre d’études des radicalisations et de leur traitement (CERT). Sabine Choquet lie l’exclusion à la montée des mouvements d’extrême droite mais aussi à la radicalisation de certaines personnes, le sujet de la dernière partie de son essai.

« Je pense que la radicalisation se comprend en contexte et j’en suis convaincu, conclut-elle. On ne peut pas comprendre de la même façon la radicalisaiton en Égypte, en Syrie, en France ou au Canada. Dans les interviews menées des personnes radicalisées, j’ai pu établir une corrélation entre se sentir exclu et se radicaliser. Tous les exclus ne se radicalisent pas. À l’inverse, ceux qui se radicalisent ont ressenti à un moment un sentiment d’exclusion. Le fait de ne pas avoir de polarisation sur une religion en particulier, déjà, pour moi ça tend à apaiser ce genre de phénomène. Et puis après, il faut des mécanismes de prévention, écouter, prendre en charge, y compris dans les écoles. »