Pour serrer la vis aux constructeurs automobiles

Un sondage de la maison Environics Research publié hier par le Sierra Club du Canada révèle que 94 % des Canadiens souhaitent la mise en place de normes imposant aux constructeurs automobiles une réduction de la consommation d'essence de 25 % afin d'en réduire les rejets de gaz à effet de serre. Ce soutien demeure élevé même si les automobiles devaient devenir plus chères ou si le choix devait être réduit.

Les automobilistes estiment que l'adhésion volontaire des constructeurs aux normes actuelles est révolue et que le gouvernement ne doit pas hésiter à imposer des normes réglementaires pour réduire véritablement la consommation du parc automobile canadien. Le soutien public en faveur de véhicules plus «propres» se retrouve aussi dans toutes les familles politiques: c'est le cas de 96 % des électeurs libéraux, de 91 % des conservateurs, de 96 % des néo-démocrates et de 92 % des bloquistes.

Les constructeurs ont fait reporter l'objectif gouvernemental d'améliorer l'efficacité énergétique du parc automobile de 25 % d'ici 2010. Le gouvernement fédéral a annoncé cet objectif dans son Plan d'action 2000 et l'a réitéré dans son Plan sur le changement climatique en octobre 2002. Cependant, l'industrie automobile a très souvent refusé de s'imposer de nouvelles normes énergétiques. Aux États-Unis, elle a défait toutes les tentatives d'amélioration énergétique au Sénat et au Congrès depuis 1986.