Les chicanes controversées et coûteuses du pont Jacques-Cartier

Sitôt installées, les chicanes sur le pont Jacques-Cartier ont suscité les critiques de plusieurs cyclistes, qui les jugent dangereuses.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Sitôt installées, les chicanes sur le pont Jacques-Cartier ont suscité les critiques de plusieurs cyclistes, qui les jugent dangereuses.

Combien d’argent a été consacré cette année à l’installation de chicanes d’un nouveau genre censées réduire la vitesse des cyclistes sur le pont Jacques-Cartier ? Des documents obtenus grâce à la loi d’accès à l’information montrent que la firme CIMA +, responsable de ces travaux pour le compte de la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain, a reçu 653 940 $ plus taxes pour installer cinq entraves, une facture qui comprend aussi une amélioration des garde-corps de la piste multifonction.

En mai dernier, Le Devoir avait en vain demandé le coût exact de ces installations dont se plaignaient déjà plusieurs usagers en raison des dangers qu’elles créaient. Mais la société des ponts n’avait pas voulu révéler ces coûts. Il était tout simplement « prématuré de parler de prix », avait-elle plutôt répondu au Devoir. Les documents confidentiels obtenus montrent qu’elle les connaissait pourtant avec précision.

En fait, révèlent les documents, la société avait sciemment choisi de ne pas communiquer cette information après en avoir discuté à l’interne, comme le montrent des échanges de courriels. Elle avait même consulté à cet effet une avocate-conseil. Pour justifier son mutisme, le service des communications de la société avait tout bonnement évoqué une entente « confidentielle ».

Dans un courriel daté du 23 mai 2018, un ingénieur chargé du projet chez Construction Interlag inc. indiquait pourtant que sa firme n’avait « pas d’objection à ce que le coût de fourniture et d’installation des chicanes réalisées dans le cadre du présent projet soit divulgué au public ». À ce jour, cette information précise sur une dépense concernant une installation publique demeure caviardée dans les copies de documents originaux qu’a finalement pu consulter Le Devoir.

Dans ces documents, on apprend tout de même comment ces installations très simples ont fini, au bout du compte, par mobiliser des services complexes et coûteux, sans pour autant s’avérer efficaces.

Haute importance

Jusqu’en 2017, il existait déjà cinq chicanes sur le pont Jacques-Cartier. Faites d’un plastique orange, très simples, elles étaient accompagnées d’une signalisation sur la priorité de passage à respecter dans ces installations. La société des ponts a souhaité « remplacer ces chicanes par d’autres, plus fonctionnelles ». En quoi les nouvelles installations, placées au même endroit que les anciennes et dans le même esprit, devaient-elles être plus fonctionnelles ? Selon Denis Jacob, directeur des opérations et de l’entretien aux Ponts Jacques Cartier et Champlain, les sacoches à vélo et les triporteurs passaient « tout juste » dans la configuration précédente. Aussi y a-t-il eu besoin « de remplacer les chicanes amovibles actuelles sur le pont Jacques-Cartier par des chicanes amovibles mécaniques ». C’est ce qu’explique en 2017 l’ingénieur Hind Zahr dans un courriel coiffé de la mention « importance : haute ».

Selon les indications fournies par la société, il s’agissait « de réduire le nombre d’accidents graves » et de « favoriser la sécurité des utilisateurs ». Réunions, visite des lieux, comités, plans, relevés et études se sont donc multipliés.

En juillet 2017, des ingénieurs en génie civil se sont par exemple penchés sur « la largeur maximale à obturer de la piste cyclable pour permettre un passage sécuritaire des cyclistes et s’assurer de l’efficacité des chicanes ». Des tests ont été effectués à cette fin sous la supervision d’experts. Le tout a suscité une volumineuse correspondance, des plans, des croquis, des photographies. Puis, au printemps 2018, cinq nouveaux points de contraintes pour la circulation des cyclistes ont été installés, là même en fait où se trouvaient les anciens.

Les habituels blocs de plastique orange qui jouaient précédemment ce rôle d’entrave aux cyclistes ont donc été remplacés par de simples poteaux de métal surmontés de triangles rigides dont la hauteur approximative équivaut à celle d’un guidon de vélo.

Dès l’ouverture de la piste le 2 avril, les commentaires sur le caractère inapproprié des nouvelles installations fusent. Une femme doit même être évacuée en ambulance après qu’elle eut été incapable de contourner ces installations. De nombreux individus et des groupes se sont plaints des conséquences fâcheuses, voire dangereuses, induites par ces installations. Dès le 6 avril 2018, Karine Beaudet, ingénieure au service de la société des ponts, questionne la firme CIMA +, responsable du projet, sur ses choix. Mais la Société des ponts ne modifie pas pour autant les chicanes.

En date du 30 avril, un compte rendu de réunion indique déjà que la Société des ponts a continué de répertorier plusieurs problèmes : accrochages, impossibilité pour certains vélos qui transportent des enfants de franchir les nouvelles installations, rigidité des matériaux, hauteur des chicanes qui se trouvent au niveau du cou des enfants.

À la suite de la parution d’un article du Devoir sur ces « clôtures dissuasives » et de commentaires des utilisateurs, la Société avait finalement retranché des portions de ses installations jugées dangereuses. En juin, la firme CIMA + a sollicité l’installation de caméras pour contrôler la bonne circulation des cyclistes dans ces écluses vouées à réguler leur débit et où l’argent a coulé jusqu’ici à flots.

5 commentaires
  • Luc michaud - Abonné 30 août 2018 09 h 44

    Chicanes, d'os d'âne, poteaux....

    Depuis quelques années on assiste à la prolifération d'obstacles à la circulation, pour ralentir les véhicules.

    Le dos d'âne devant chez moi , en pleine montée, force les véhicules à réaccélerer , produisant bruit et pollution.

    Et je ne vous parle pas des automobilistes exédés qui dépassent par le droite , dans la piste cyclable, et des ambulances ( à toutes les heures) qui doivent stopper. Il y a cinq de ces machins sur le chemin de l'hopital St Mary. On dépenses des millions pour gagner quelques secondes dans les systèemes d'urgence, et on mets des dos d'äne.

    Jamais les gens qui installent ces dispositifs ne font la mesure des coûts versus les bénéfices.

    Où s'arrêtera ce délire sécuritaire ?

    Ces sont des onnets d'âne qu'il faudrait distribuer....

  • Jean-Guy Henley - Inscrit 30 août 2018 13 h 34

    Encore une fois, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué...

    Un coût de 653 940$, des ingénieurs en génie civil, une volumineuse correspondance, des plans, des croquis, des photographies, tout ça pour installer des chicanes exactement au même endroit où elles étaient au départ et qui causent plus de problèmes que les anciennes. Personne n'a pensé à simplement augmenter la distance entre les chicanes existantes pour s'assurer que tous les types de vélos puissent passer sans accrocher? Ça aurait pu se faire en quelques jours tout au plus et ça n'aurait pratiquement rien coûté. À croire que c'est trop compliqué de penser simplement.

  • Éric Thibodeau - Abonné 30 août 2018 15 h 26

    Opacité généralisé à la SPJCCI

    Ils ont dû faire une mise au point suite à votre article (MERCI pour l'article!)
    http://jacquescartierchamplain.ca/mise-au-point-qu

    Par ailleurs, ce à quoi a servi cette somme demeure toujours aussi flou, ça aurait vraiment coûté 650k$ pour remplacer (change pour change) les garde-corps et décider ou mettre de nouvelles clôtures?!

  • François Boucher - Abonné 30 août 2018 18 h 30

    Pourquoi ne pas les retirer?

    Pour avoir emprunté cette piste cyclable, ces obstacles et chicanes ne servent à rien. Au contraire, il est prouvé qu’elles provoquent plus de blessures qu’elles n’en préviennent. Il est beaucoup mieux de tout simplement retirer ces obstacles inutiles et... dangereux.

  • Mikhael Said - Abonné 30 août 2018 19 h 15

    650k pour améliorer les infrastructures pour le vélo

    Je ne sais pas ce que représenterait 650k dollars pour contribuer à de vraies pistes cyclables à Montréal et encourager la mobilité active qui fait cruellement défaut mais ça serait sans doute de l'argent mieux investi.