Les pèlerins se mettent en route pour La Mecque

Des fidèles musulmans priaient autour de la Kaaba, le sanctuaire le plus sacré de l’islam, en Arabie saoudite, le 17 août dernier.
Photo: Ahmad Al-Rubaye Agence France-Presse Des fidèles musulmans priaient autour de la Kaaba, le sanctuaire le plus sacré de l’islam, en Arabie saoudite, le 17 août dernier.

Plus de deux millions de fidèles ont entamé dimanche, dans un climat de ferveur et sous un soleil de plomb, le pèlerinage annuel à La Mecque, dans une Arabie saoudite en mutation mais où l’islam conserve une place centrale.

Ce rassemblement religieux annuel — l’un des plus importants au monde — représente un défi logistique pour les autorités saoudiennes qui se sont toutefois déclarées prêtes à assurer son bon déroulement jusqu’à vendredi.

Le hajj est l’un des cinq piliers de l’islam. Tout musulman est censé l’accomplir au moins une fois dans sa vie s’il en a les moyens. « Je me sens si chanceuse », a dit Nazia Noor, une Néo-Zélandaise de 36 ans, en poussant son père dans un fauteuil roulant. « Qu’Allah nous vienne en aide. »

2 millions
C’est le nombre de fidèles qui participent cette année au pèlerinage annuel à La Mecque. Au cours des 25 dernières années, 54 millions de fidèles ont participé au hajj.

Les mouvements de pèlerins s’effectuent dans un climat de ferveur qui fait oublier la chaleur étouffante alors que la température excède largement les 40 degrés Celsius. Certains sont équipés de parapluies pour se protéger du soleil.

Les pèlerins viennent à La Mecque, dans l’ouest du royaume, des quatre coins de la planète. Parmi les plus gros contingents figurent ceux d’Égypte, d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et du Soudan, ont précisé les autorités. Leur nombre a dépassé les deux millions, a indiqué le ministère de l’Intérieur, précisant que l’immense majorité venait de l’étranger.

Les fidèles se sont rendus dimanche dans la vallée proche de Mina, à travers le lieudit de Mozdalifa où ils passeront la nuit avant le stationnement sur le mont Arafat, temps fort du hajj. C’est sur ce mont que le prophète Mahomet a prononcé son dernier sermon et c’est là que les pèlerins passeront une journée de prières et d’invocations en sollicitant la clémence d’Allah.

18 000
C’est le nombre d’employés de la défense civile qui contribuent cette année à la sécurité des pèlerins, selon des responsables saoudiens. Des milliers de caméras de surveillance ont été installées.

Le pèlerinage se terminera avec l’Aïd al-Adha, une fête de trois jours suivie par le rituel de la « lapidation de Satan ».

Les autorités ont amélioré la sécurité après une série de drames ces dernières années. En 2015, le pèlerinage avait été endeuillé par une gigantesque bousculade qui avait fait quelque 2300 morts, dont des centaines d’Iraniens.

Transformations

Le hajj de 2018 se déroule alors que l’Arabie saoudite, royaume ultraconservateur, est en pleine transformation et a entrepris des réformes concernant les femmes, qui ont été finalement autorisées à conduire. Dans le même temps, les autorités font preuve d’une grande fermeté face à toute voix dissidente. La religion conserve une place centrale dans la société.

Le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane a clamé la volonté de son pays de « renouer avec un islam modéré et tolérant », tout en multipliant les arrestations dans les milieux dissidents, y compris parmi les défenseurs des droits de la personne et les religieux critiques.

8 millions
C’est le nombre d’exemplaires du Coran et de ses traductions, ainsi que d’autres livres religieux, qui seront distribués aux pèlerins.

Le pèlerinage intervient en outre en pleine guerre au Yémen, où l’Arabie saoudite intervient contre des rebelles soutenus par l’Iran, le grand rival régional de Riyad.

Pour la deuxième année consécutive, le Qatar s’est plaint du fait que ses citoyens soient privés de hajj sur fond de crise diplomatique avec Riyad. Les autorités saoudiennes accusent au contraire Doha d’entraver le déplacement de ses citoyens vers les lieux saints.