Une publicité de la SPCA refusée par la STM

La STM a refusé d’afficher AniMAL, première campagne publicitaire menée par la SPCA.
Photo: SPCA La STM a refusé d’afficher AniMAL, première campagne publicitaire menée par la SPCA.

Une publicité dénonçant les conditions de vie des animaux d’élevage de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) a été refusée par la Société de transport de Montréal (STM), qui la juge mensongère, alarmante et dénigrante.

La STM a refusé d’afficher AniMAL, première campagne publicitaire menée par la SPCA, qui souhaitait profiter de l’élection provinciale pour que les citoyens interpellent les candidats au sujet d’une réglementation encadrant davantage les animaux d’élevage.

L’affiche en question montre un cochon vivant, derrière une cage. La souffrance des animaux de ferme y est dénoncée dans une déclaration qui se lit comme suit : « La souffrance infligée aux animaux de ferme est cruelle, inhumaine et intolérable. Pourtant, elle est complètement légale. Ensemble, exigeons que notre gouvernement réglemente le traitement des animaux de ferme pour mettre fin à la maltraitance. »

Respect du Code canadien

En 2015, Québec a adopté une Loi visant l’amélioration de la situation juridique de l’animal. Depuis, le Code civil du Québec a été modifié afin que le statut d’êtres sensibles soit reconnu explicitement aux animaux. Mais ces changements ne sont pas suffisants pour les animaux de ferme, estime la SPCA.

Image: SPCA La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux s’est vu refuser cette affiche par la Société de transport de Montréal, qui la juge mensongère, alarmante et dénigrante.

La STM soutient que le message et l’image véhiculés par l’affiche ne respectent pas trois des articles du Code canadien des normes de la publicité concernant les messages mensongers, l’utilisation de la frayeur dans une campagne ainsi que les descriptions qui peuvent offenser ou dénigrer un groupe de personnes ou d’entreprises.

« Transgesco, filiale commerciale de la STM, a refusé que la campagne d’affichage de la SPCA prenne place sous la forme qui nous avait été soumise […] Il a d’ailleurs été proposé à l’annonceur de revoir les éléments problématiques et de faire une nouvelle proposition qui aurait pu être diffusée, mais la SPCA a décliné cette solution », indique Philippe Déry, porte-parole de la STM.

Défenseur des normes

La SPCA, quant à elle, s’explique mal en quoi sa publicité enfreint la loi.

« Notre campagne est factuelle, elle a été développée par une agence professionnelle et elle a été revue par nos avocats […] On veut que la question animale devienne un enjeu électoral, et le but, c’est d’amener les citoyens à écrire à leurs candidats », mentionne Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA.

Benoit Duguay, professeur à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), estime que ce n’est pas à la STM de s’ériger en défenseur des normes de publicité.

« Ce n’est pas le rôle de la STM. Si une publicité ne respecte pas les normes,il existe un organisme national qui est responsable d’y voir », fait valoir M. Duguay.

Il souligne que c’est la deuxième fois en moins d’un an que la STM refuse d’afficher une publicité. En septembre 2017, la STM avait interdit une affiche du spectacle inaugural de la saison des Grands Ballets canadiens, la jugeant trop violente puisqu’elle montrait un corps ensanglanté et un pied cloué.