Bataille de la bière en Mauricie

Le milieu de la microbrasserie avait été secoué quand Le Trou du diable avait annoncé qu’il entrait dans la famille Molson Coors.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Le milieu de la microbrasserie avait été secoué quand Le Trou du diable avait annoncé qu’il entrait dans la famille Molson Coors.

Des microbrasseries de la Mauricie ont riposté au Trou du diable, mais surtout à son propriétaire, Molson Coors, en l’excluant d’un nouveau projet touristique de route brassicole.

Au total, 12 microbrasseries — de Trois-Rivières, Yamachiche et La Tuque, entre autres — figurent sur la Route des brasseurs du Regroupement des microbrasseries de la Mauricie (RMM), lancé mercredi dernier.

Mais pas Le Trou du diable de Shawinigan, pourtant un pionnier parmi les brasseurs artisanaux.

« J’imagine que c’est le fait que nous soyons affiliés avec un grand brasseur », a convenu mardi l’un des fondateurs du Trou du diable, Isaac Tremblay.

Le passage de la microbrasserie dans le giron de Molson Coors, en novembre 2017, ne s’est pas fait en douceur. À l’épicerie Veux-tu une bière comme aux Délires du terroir, à Montréal, la transaction a sonné la fin des commandes. « Je ne donnerai pas d’argent à Molson », a résumé mardi le propriétaire du second établissement, Nicolas Beaudin.

À L’Axe du Malt de Québec, Rémy Du Berger a pris une posture résignée. « Si notre clientèle en veut, nous répondons aux demandes. Nous encourageons fortement les brasseries artisanales INDÉPENDANTES », a-t-il écrit au Devoir, en ajoutant les majuscules.

On fait une route des bières qui est mauricienne. Mais finalement, on a Trois-Rivières et ensuite, un gros trou, on s’en va vers La Tuque.

 

Le plus récent geste d’opposition à la transaction de 2017 est venu du RMM. Son président a pris la plume mardi pour justifier l’exclusion du Trou du diable et répondre aux critiques, dont certaines ont été formulées il y a quelques jours par le maire de Shawinigan, Michel Angers.

« Molson Coors exclut en permanence nos microbrasseries dans plusieurs restos-bars, chez des détaillants, dans les salles de spectacle, les complexes sportifs et les événements et festivals de la région en faisant signer aux promoteurs et clients des “ententes d’exclusivité” et usant d’autres stratégies concurrentielles déloyales », a écrit Alex Dorval dans une lettre partagée sur Facebook.

Des négociations

Dans un entretien avec Le Devoir, il a assuré avoir cherché « une façon de s’entendre avec Molson », afin que Le Trou du diable fasse partie du parcours brassicole.

« On a fait cinq mois de négociations, où toutes nos conditions d’inclusion ont été refusées en bloc. Par la suite, on a même invité Molson Coors à s’asseoir directement avec nos brasseries pour discuter, et ils ont refusé l’invitation », a-t-il déclaré.

Parmi ces conditions, celle d’inscrire « clairement que la marque Trou du diable est une marque déposée de la filière Molson Coors », ou encore celle exigeant que la bière continue d’être produite à Shawinigan, « à moyen long terme », a-t-il énuméré.

« On a essayé de s’entendre », a confirmé Isaac Tremblay, qui qualifie désormais l’entreprise qu’il a cofondée de « microbrasserie affiliée ». « On a fait des avancées et, à un moment donné, on est arrivés dans une impasse », a-t-il ajouté.

Aux reproches d’« intransigeance » formulés par Alex Duval, il a répliqué en assurant avoir proposé de recourir à un médiateur. « Rendu là, ce sont des idéologies qui se confrontent », a-t-il laissé tomber.

À la Ville de Shawinigan, la mairesse suppléante Nancy Déziel s’est dite déçue de voir Le Trou du diable — et la brasserie shawiniganaise Broadway, qui s’est exclue de la Route des brasseurs par solidarité — disparaître du projet du RMM. « Est-ce qu’on veut attirer des touristes ou contenter des puristes ? » a-t-elle demandé.

« On fait une route des bières qui est mauricienne. Mais finalement, on a Trois-Rivières et ensuite, un gros trou, on s’en va vers La Tuque », a-t-elle déploré. À son avis, la formule serait « plus gagnante » si elle proposait « une carte complète ».