L’auteur de la fusillade souffrait de problèmes mentaux, selon sa famille

La fusillade a coûté la vie à une femme de 18 ans, Reese Fallon, et à une fillette de 10 ans dont l’identité n’est pas encore connue; 13 autres personnes ont été blessées.
Photo: Mark Blinch La Presse canadienne La fusillade a coûté la vie à une femme de 18 ans, Reese Fallon, et à une fillette de 10 ans dont l’identité n’est pas encore connue; 13 autres personnes ont été blessées.

L’homme considéré comme le responsable de la fusillade meurtrière de dimanche soir à Toronto a souffert toute sa vie de graves problèmes de santé mentale, soutient sa famille.

Les proches de Faisal Hussain se sont dits dévastés par le drame perpétré par leur fils de 29 ans. Ils expliquent qu’il a notamment souffert de psychose et de dépression.

« Les mots nous manquent, mais nous devons parler pour exprimer nos plus sincères condoléances aux familles qui souffrent en ce moment à cause des actes horribles commis par notre fils », a écrit la famille Hussain, dans un communiqué publié lundi soir.

La famille exprime ses plus sincères condoléances aux proches des personnes touchées par les « actions horribles » de Faisal Hussain. Elle se désole que les efforts des médecins pour aider leur fils aient échoué.

« Alors que nous avons fait de notre mieux pour lui procurer de l’aide tout au long de sa vie, jamais nous n’aurions imaginé ce qu’il a fait », écrit la famille.

La fusillade a coûté la vie à une femme de 18 ans, Reese Fallon, et à une fillette de 10 ans dont l’identité n’est pas encore connue ; 13 autres personnes ont été blessées. La famille de Reese Fallon a précisé dans un communiqué qu’elle était dévastée et demandait que l’on respecte sa vie privée.

Selon des publications sur les médias sociaux, Reese Fallon avait obtenu en juin son diplôme d’une école secondaire du quartier. Une photo publiée sur ce qui semble être la page Facebook de son père indique que l’adolescente devait amorcer en septembre des études en sciences infirmières à l’Université McMaster de Hamilton.

« L’école secondaire : réglé… Prochain arrêt : les soins infirmiers à McMaster », a écrit Doug Fallon sur une photo de sa fille, tout sourire. « Félicitations Reese… Tellement fier ! »

Avec La Presse canadienne

Ils ont dit

« Je souhaite prompt rétablissement aux personnes blessées. Les Torontois sont forts, résilients et courageux, et nous les appuierons en cette période difficile. » 
— Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Je promets à tous les habitants de Toronto, et encore plus à ceux qui ont été touchés par cette tragédie, que nous ne ménagerons aucun effort pour fournir des réponses à cette attaque insensée. » 
— John Tory, maire de Toronto

« [Nous avons tenu] une réunion urgente pour discuter de la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour assurer la sécurité dans nos collectivités. Nous sommes tous solidaires avec les gens de Toronto pendant cette période difficile. » 
— Doug Ford, premier ministre de l’Ontario

« [J’ai parlé] au chef de police et au maire John Tory […] de la façon dont nous pouvons soutenir leurs efforts visant à mettre fin à la violence. Nous sommes unis dans notre détermination d’assurer la sécurité de nos rues. » 
— Bill Blair, ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé

«Il faudra résoudre le problème [des armes à feu] collectivement. Ça va prendre du temps, parce qu’il n’y a pas de solution magique, mais nos policiers vont tout faire pour rassurer les gens.» 
— Terry Browne, sergent-détective de la police de Toronto

4 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 24 juillet 2018 04 h 59

    C'est ça...

    Encore des lampions, enroe des nous sommes résiliants, encore, et encore des niaiseries de bien-pensants. Mais silence absolu sur ce qui se dit le soir en famille... Silence absolu sur la quai-propagande des médias - Radio-Canada en tête - sur les supposés discriminations en emloi, de reconnaissance de diplômes, de discriminations "systémiques", et autres blas blas plus ou moins loufoques...
    Quels sont les effets de ces informations biaisées sur les "cerveaux" plus ou moins déragés... Vous en avez le résultat à Toronto, tout comme celui à Québec...
    C'est comme l'histoire du médecin chauffeur de taxi... Jamais il n'est dit que 80% des médecins étrangers sont admis à la profession dans les 5 années de leur arrivée. Jamais il n'est dit que les infirmières étrangères peuvent faire un programme accéléré de 6 mois et obtenir le droit de pratique ici. Jamais il n'est dit que peut-être le diplôme étranger est inadéquat dans le "monde du travail d'ici"... Toujours, et toujours "c'est de la discrimination"... Conséquemment on a les résultats qu'on a.

  • Paul Gagnon - Inscrit 24 juillet 2018 08 h 48

    Ça presse

    ... un registres des mentaux!

  • Caroline Mo - Inscrite 24 juillet 2018 09 h 55

    Hussain et Bissonnette

    Les parents de Faisal Hussain affirment que leur fils souffrait de problèmes mentaux. Les parents d'Alexandre Bissonnette ont déclaré la même chose à propos de leur garçon... Dès lors, pourquoi accuser l'un de racisme et de xénophobie et pas l'autre? Ces deux tueries ne semblent ne rien à voir avec la religion mais avec un mal-être. La famille Hussain a perdu un fils ; la famille Bissonette voit le sien condamné à la prison.

    Nous devons aider ces jeunes de façon concrète et protéger nos sociétés.

  • Liliana G Perez - Inscrite 24 juillet 2018 11 h 52

    1996 les murs des hôpitaux psychiatriques tombent

    C'est l'integration de la personne avec troubles de santé mentale.
    C'est mondial, partout dans les grandes villes, le nombre de lits diminue.
    Mais les gouvernements profitent pour epargner de l'argent, en l'année 2007 un patient hospitalisé coutait 100.000$ par année.
    Si la personne est dans une residence ou batiment supervisé, (ressources intermédiaires) Le coût il était moins élevé $75.000.-
    Mais le suivi est mal fait. L'encadrement est faible.
    Et ses jeunes hommes sont de " la fibre facile à manipuler""" , ""son de la matière apte à être tissé """. Qui peut manipuler une personne avec des troubles? Avec quel intérêt? Où est le gouvernement et le ministère de la santé?
    Ils avaient de la dextérité avec les armes. Comment ils l'ont pris ? Avec les jeux en ligne, les jeux dans La Ronde? Qui à fait le suivi?