Michel Venne plaide non coupable

L’ancien journaliste et ex-directeur de l’Institut du Nouveau Monde (INM) Michel Venne
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir L’ancien journaliste et ex-directeur de l’Institut du Nouveau Monde (INM) Michel Venne

L’ancien journaliste et ex-directeur de l’Institut du Nouveau Monde (INM) Michel Venne a plaidé non coupable mercredi au palais de justice de Québec à des accusations d’agression sexuelle et d’exploitation sexuelle.

 

Michel Venne n’était pas présent lors de la comparution. C’est son avocate, Lida Sara Nouraie, qui s’est adressée au tribunal. 

 

Les faits reprochés à l’homme de 58 ans se seraient produits durant l’été 2008, dans la ville de Québec.

 

« Entre le 1er juillet et le 31 août 2008, à Québec, à des fins d’ordre sexuel [Michel Venne] a touché une partie du corps de [la victime] », indique le mandat d’arrestation lancé contre l’ex-journaliste du Devoir le 31 mai dernier.

 

La victime alléguée était une « adolescente vis-à-vis de laquelle il était en situation d’autorité ou de confiance », précise le document, dans une référence directe au chef d’accusation d’exploitation sexuelle. 

 

Michel Venne est aussi accusé d’avoir agressé sexuellement la victime alléguée durant la même période, pendant qu’il était directeur de l’INM. 

 

Il nie l’ensemble des accusations auxquelles il fait face. 

 

L’identité de la victime est protégée par une ordonnance de non-publication, puisque celle-ci était mineure au moment des faits allégués.

 

Dans une brève comparution mercredi, les deux parties ont convenu de revenir devant le tribunal le 11 septembre. 

 

« À cette date, l’accusé devrait nous informer de ses intentions », a déclaré le procureur au dossier, Michel Bérubé. « Est-ce qu’on veut une enquête préliminaire, est-ce qu’on veut un procès ; est-ce qu’on veut un procès devant juge seul, devant juge et jury ? Ou encore : on pourrait demander du temps, pour analyser la preuve et donner une direction au dossier. »

 

D’ici là, l’accusé et son avocate prendront connaissance de la preuve, a-t-il aussi expliqué.  

 

Michel Venne a annoncé la suspension de ses activités professionnelles en octobre 2017. 

 

Il fait face à des accusations formelles depuis le 6 juin. Il a été arrêté le 14 juin, après s’être livré au poste de police de Longueuil.

Michel Venne a quitté l’INM en mars 2017.

Il doit être de retour en Cour le 11 septembre.