La canicule aurait fait jusqu’à 70 morts au Québec

La région de Montréal a été la plus durement touchée, avec 34 décès rapportés.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La région de Montréal a été la plus durement touchée, avec 34 décès rapportés.

La plus récente vague de chaleur extrême pourrait avoir fait jusqu’à 70 victimes au Québec, selon le dernier bilan transmis par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Ces données indiquent des décès « potentiellement » liés à la chaleur, car une analyse plus approfondie doit être menée dans chaque cas pour déterminer si d’autres facteurs pourraient avoir causé la mort.

La région de Montréal a été la plus durement touchée, avec 34 cas rapportés. En périphérie de la métropole, on a recensé neuf décès en Montérégie, cinq à Laval, un dans les Laurentides et un dans Lanaudière.

Ailleurs au Québec, neuf victimes de la chaleur ont été comptabilisées en Estrie, contre huit en Mauricie et trois dans la région de la Capitale-Nationale.

Dernier bilan

D’après Alexandra Régis, attachée de presse de la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, il s’agit du dernier bilan que diffuse le ministère puisque « la situation est revenue à la normale ».

Lors d’une mêlée de presse au Saguenay—Lac-Saint-Jean, lundi, le premier ministre a été interrogé sur les décès liés à la chaleur et sur la climatisation dans les centres de soins.

Philippe Couillard a répondu qu’il est important de prévoir « des aménagements particuliers » dans les nouvelles constructions, « pas nécessairement des systèmes de climatisation centrale, mais une ventilation beaucoup plus efficace », a-t-il dit.

Le premier ministre ne s’est pas avancé sur les conditions dans les vieux immeubles, mais il se félicite du fait que « parmi les décès qu’on a malheureusement eus, il ne semble pas y en avoir eu dans nos établissements de santé ».

« Croisons nos doigts, parce que les personnes vulnérables sont les premières touchées lorsqu’arrive la canicule », a ajouté M. Couillard.