Une première édition du Monde Festival s’amène à Montréal

«Le Devoir» et «Le Monde» unissent leurs forces dans le cadre de la première édition du Monde Festival qui aura lieu cet automne à Montréal.
Photo: Lionel Bonaventure Agence France-Presse «Le Devoir» et «Le Monde» unissent leurs forces dans le cadre de la première édition du Monde Festival qui aura lieu cet automne à Montréal.

Les journalistes sont à la fois témoins privilégiés du monde et courroies de transmission des événements qui s’y produisent pour leurs concitoyens.

Qui de mieux placé pour organiser un événement visant à mieux cerner les grands enjeux qui façonnent nos sociétés et réfléchir à des solutions aux défis communs ? C’est ce que proposent les quotidiens Le Devoir et Le Monde, qui unissent leurs forces dans le cadre de la première édition du Monde Festival, qui aura lieu cet automne à Montréal.

L’événement porté par le prestigieux quotidien français tiendra sa cinquième édition parisienne en octobre prochain. Souhaitant l’exporter outre-Atlantique, ses organisateurs ont approché l’équipe du Devoir pour concevoir son édition montréalaise, dont le thème est « Ensemble ».

La mission du festival ? « Appréhender le monde qui change sous toutes ses facettes et en apporter un éclairage singulier et tourné vers l’avenir. »

C’est ce que feront une brochette de panellistes qui débattront le 26 octobre prochain, au Musée des beaux-arts de Montréal, de sujets aussi variés et complexes que la laïcité, le féminisme, l’environnement, la jeunesse, l’intelligence artificielle et le colonialisme, entre autres.

À l’image de l’événement, fruit d’une collaboration France-Québec, plusieurs de ces enjeux seront abordés à travers la lorgnette des deux régions.

Le tout sera présenté sous diverses formes : débats, spectacles, tables rondes, conférences et même ateliers culinaires ! La programmation complète sera dévoilée au cours de l’été.

Le ministère des Relations internationales s’est associé au Monde Festival en y investissant 100 000 $. En entrevue au Devoir, la ministre Christine Saint-Pierre s’est montrée particulièrement enthousiasmée par la tenue de cette journée où les idées seront au premier plan.

Un projet « extraordinaire »

« Quand on m’a présenté ce projet, j’ai trouvé ça extraordinaire, j’ai adoré », a confié l’ex-journaliste, elle-même une fidèle lectrice du Monde selon ses dires.

« C’est un journal très bien fait. Il faut le lire davantage pour comprendre ce qui se passe dans le monde, c’est très enrichissant. »

Selon elle, Le Monde Festival est un « événement exceptionnel et prestigieux qui offre une ouverture à quiconque souhaite réfléchir sur les grands sujets qui touchent, voire affectent nos sociétés contemporaines », écrit la ministre dans la page Idée de cette édition.

Mme Saint-Pierre estime que cet événement s’inscrit dans la « modernité » des relations France-Québec. « C’est une relation vraiment tournée vers l’avenir. Les Français voient le Québec comme leur porte d’entrée sur l’Amérique, de plus en plus souvent, et la France est notre porte d’entrée sur l’Europe. C’est privilégié et très particulier. »

Le directeur du Devoir, Brian Myles, se montre tout aussi emballé par la tenue du festival.

« Nous sommes très heureux du soutien financier du MRI pour cette première édition du Festival. Le Monde et Le Devoir sont deux marques qui se complètent admirablement bien. Nos équipes respectives ont développé une belle complicité dans l’élaboration d’une programmation qui s’annonce relevée, avec des invités d’une grande crédibilité », a-t-il déclaré.

Avec Marco Bélair-Cirino