En bref: Salons de tatouage pour les détenus

Les prisonniers détenus dans des établissements fédéraux pourront avoir accès à des salons de tatouage derrière les barreaux grâce à un projet-pilote qui vise à réduire les risques de transmission de l'hépatite C et d'autres maladies infectieuses, a révélé le National Post.

«Il est de plus en plus reconnu que le tatouage présente des risques de transmission de maladies infectieuses, en prison comme dans la société», a dit Françoise Bouchard, médecin au Service correctionnel du Canada. Les détenus recevront une formation pour faire des tatouages à leurs collègues, qui paieront de leur poche pour obtenir le dessin de leur choix. Les emblèmes reliés aux gangs criminalisés et les images violentes qui pourraient nuire à leur réintégration dans la société seront cependant interdits.